Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
26/11/2020 18:23

SANTÉ : Les «oubliés du Ségur» rassemblés devant la préfecture à Dijon «pour réclamer leur dû»

Ils ont dénoncé «la discrimination» faite à l’égard des agents de la fonction publique hospitalière exerçant dans le domaine médico-social, quant à la revalorisation salariale appliquée dans cette même fonction publique hospitalière.

L’appel à la mobilisation de ce jeudi 26 novembre s’est traduit à Dijon par un rassemblement devant la préfecture dans la rue du même nom en début d’après-midi.

«Les oubliés du Ségur se rassemblent devant la préfecture pour réclamer leur dû», résumait Anne-Marie Poisot sur place. La secrétaire départementale de la CGT Santé Action Sociale parlait bien entendu de la revalorisation salariale accordée aux personnels hospitaliers de la fonction publique dans le cadre du Ségur de la santé, «incluant aussi les personnels des EHPAD mais excluant les agents de la fonction publique travaillant dans les services médico-sociaux».

Pour la représentante syndicale, il y a là une «rupture de l’égalité de traitement qui est une valeur fondatrice de la fonction publique hospitalière». Anne-Marie Poisot insiste : «Ce sont les mêmes études et diplômes entre infirmiers dans le médical et dans le médico-social... Durant la crise sanitaire, les conditions de travail ont été difficiles pour tous… C’est le Black Friday du médico-social en quelque sorte».

«On estime à 250 personnes le nombre d’oubliés du Ségur en Côte-d’Or»

La revalorisation salariale perçue - «pas par tous» donc - est de 183 euros mensuels en net. «25 agents de La Chartreuse sont des oubliés. Mais n’oublions pas non plus le pôle du Nord Côte-d’Or où les structures reçoivent des patients présentant à la fois des troubles psychiatriques et des handicaps… On estime à 250 personnes le nombre d’oubliés du Ségur en Côte-d’Or».

Ces derniers exigent que le gouvernement et plus particulièrement le ministère de la santé rectifie ce choix.. Sur place, on pouvait aussi remarquer des agents portant des drapeaux de l’Union syndicale Solidaires.

À La Chartreuse, un entretien s’est déroulé ce jeudi matin avec le directeur de l’établissement. Le rassemblement devant la préfecture a réuni une quarantaine de personnes mais allait être suivi d’une rencontre d’une délégation de 5 personnes avec deux représentantes du cabinet du préfet Fabien Sudry et une représentante de l'Agence Régionale de Santé.

Si la délégation syndicale reconnait que la préfecture se tient toujours à l'écoute des difficultés évoquées, aucune avancée concrète n'était attendue ou même espérée. La représentante de l'ARS aurait simplement indiqué que des négociations relatives aux «oubliés du Ségur» sont en cours au niveau national.
«Nos actions sont restreintes dans le contexte mais on ne lâchera pas. On ne va pas s'accommoder de cette injustice», a déclaré Jérôme Lallemant, infirmier à La Chartreuse, à la suite d'un entretien où les problématiques et tensions dans le médico-social sont également revenues dans les discussions.

Pour les organisations syndicales, la correction «que doit faire le ministre de la santé Olivier Véran» est possible. «Sur d’autres territoires, cette revalorisation a été accordée à tous suivant des accords avec les directions d’établissements. C’est possible de rectifier les choses». Des revendications réaffirmées en préfecture, en déplorant que «rien n’a avancé» depuis les premières demandes exprimées dans ce registre en octobre.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier