Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
10/01/2024 12:08
4711 lectures

SÉCURITÉ : Bruno Gallot est le nouveau directeur interdépartemental de la police nationale de la Côte-d'Or

Réforme de la police nationale oblige, le Côte-d'Orien supervise désormais des agents opérant également dans la Saône-et-Loire et le Jura. Il s'agit d'«apporter une meilleure réponse à nos concitoyens», a-t-il expliqué, ce mardi 9 janvier.
Police nationale, police judiciaire, police aux frontières, renseignement territorial... les quelques 700 agents basés en Côte-d'Or sont désormais placés, depuis le 1er janvier dernier, sous l'autorité d'une seule direction. Pour certains, leur mission s'étend à la Saône-et-Loire et au Jura.

Ainsi, précédemment directeur départemental de la sécurité publique de la Côte-d'Or (DDSP), le commissaire divisionnaire Bruno Gallot a été nommé directeur interdépartemental de la police nationale de la Côte-d'Or (DIPN).

«Une unicité de direction»


«Je me félicite qu'il y ait une unicité de direction parce que je pense qu'on sera plus efficace», a déclaré le préfet de la Côte-d'Or Franck Robine, ce mardi 9 janvier 2024, lors de ses vœux aux forces de sécurité intérieure. «Chacun peut comprendre que l'échange de renseignements sera plus facile, que le décloisonnement permettra de répondre plus facilement à des enjeux qui surviennent.»


Selon les services de l’État, la réforme de la police nationale voulue par le ministère de l'Intérieur amène à fusionner trois directions territoriales : la direction départementale de la sécurité publique (DDSP), la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) et la direction interdépartementale de la police aux frontières (DIDPAF). Est ainsi créée la direction interdépartementale de la police nationale (DIPN) placée sous l'autorité du préfet.

Cette DIPN articulera quatre métiers stratégiques : la police judiciaire (lutte contre la criminalité organisée et contre la criminalité du quotidien), la sécurité publique (lutte contre la délinquance du quotidien et gestion de l’ordre public), la police aux frontières (contrôle des frontières, lutte contre le travail dissimulé  et lutte contre l’immigration irrégulière) et le renseignement territorial (lutte contre les différentes formes de radicalité et d’extrémisme violent).

«Toutes les unités gardent leur savoir-faire»


«La réforme a prévu une départementalisation de la police nationale qui se traduit par un regroupement sous une seule autorité, un seul chef de la police nationale dans le département, donc le directeur interdépartemental de la police nationale», a expliqué Bruno Gallot, interrogé par Infos Dijon.

«Toutes les unités gardent leur spécificité, leur savoir-faire qui est, pour certaines directions anciennement dites spécialisées, à un très haut niveau mais elles travaillent ensemble sous la direction d'un seul chef, ce qui doit permettre une amélioration des synergies, du traitement de la délinquance et d'apporter une meilleure réponse à nos concitoyens», a ajouté le commissaire.

«À l'échelle du département, c'est LA police nationale avec un directeur de la police nationale qui est l'interlocuteur unique pour les autorités et les citoyens, avec quatre filières métiers spécialisées», a-t-il complété.

Ainsi, aux réunions de sécurité organisées de façon hebdomadaire par le préfet le nouveau DIPN se présentera en lieu et place des anciens DDSP, DTPJ et DIDPAF. À ses côtés, interviendra également le responsable départemental du renseignement territorial. Lors de réunions spécifiques – concernant la lutte contre le trafic de stupéfiants notamment –, les nouveaux chefs de filière pourront également être conviés.

La particularité des effectifs de police judiciaire interdépartementaux


Dijon étant précédemment le siège de l'ancienne direction territoriale de la police judiciaire couvrant la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura, les agents du service fusionné continueront d'opérer sur ces trois territoires. Les agents de la police aux frontières poursuivront leur mission sur toute la Bourgogne.

Par exemple, en Saône-et-Loire, les effectifs de police judiciaire placés sous l'autorité du nouveau directeur interdépartemental de la police nationale de la Côte-d'Or iront travailler au profit des procureurs de la République de Chalon-sur-Saône et de Mâcon.

L'ancien directeur de la police judiciaire de Dijon est resté en place mais a vu son poste évoluer en chef de la filière investigation de la DIPN qui rassemble désormais ses précédents effectifs ainsi que les services judiciaires de l'ancienne sécurité publique. «Il a gardé sa capacité à se projeter, pour le haut du spectre de la délinquance, dans la Saône-et-Loire et dans le Jura», a insisté Bruno Gallot.

Cet aspect de la réforme concernant spécifiquement la police judiciaire a été l'élément le plus contesté en 2023 par des syndicats policiers et des représentants du monde de la justice.

Création de DDPN dans la Saône-et-Loire et dans le Jura


«Il n'y a plus de direction de la sécurité publique mais il y a une nouvelle filière métier qui a gardé l'appellation de sécurité publique», a continué d'expliquer Bruno Gallot. «Elle ne fait plus exactement la même chose qu'avant, c'est à dire qu'elle est devenue une direction spécialisée.»

Ainsi, en Saône-et-Loire et dans le Jura, la réforme conduit également à la création de directions départementales de la police nationale, conduites par les précédents DDSP, respectivement Thomas Kieffer et Bertrand Pic, qui conservent l'autorité sur les policiers de la filière de sécurité publique.

En termes organisationnels, la DIPN de la Côte-d'Or regroupe également les services de ressources humaines et de budget et pourra ainsi venir en appui des directions départementales.

Jean-Christophe Tardivon

«Acheter de la drogue, c'est avoir du sang sur les mains», alerte le préfet Franck Robine lors de ses voeux aux forces de sécurité intérieure



Infos-dijon.com - Mentions légales