Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
28/04/2021 11:05

TALANT : «Mieux vaut une classe fermée que toutes les écoles», insiste la Dasen Pascale Coq

La directrice académique des services de l’Éducation nationale de Côte-d’Or a profité de la rentrée scolaire pour se rendre auprès des élèves et des enseignants. À l’école Elsa Triolet à Talant, un cadre pédagogique fondamental est retrouvé par les écoliers.
C’est à l’école maternelle et élémentaire Elsa Triolet, rue Pierre Brossolette à Talant, que Pascale Coq, directrice académique des services de l’Éducation nationale de la Côte-d’Or, s’est rendue lundi 26 avril 2021, jour de rentrée scolaire, après on le rappelle deux semaines de vacances qui avaient été «amorcées» par quelques jours à distance (dans notre zone) afin de ralentir la circulation de la Covid-19.

«On sent l’envie de reprendre le chemin de l’école et de se retrouver, mais aussi de se remettre dans les apprentissages», a assuré la Dasen de Côte-d’Or à la sortie d’exercices de calculs dans une classe de CP. Pour Pascale Coq, le besoin d’une rentrée présentielle était évidente.


Celle-ci se fait accompagnée d’un protocole sanitaire renforcé, «sur les même bases que le précédent, mais au premier cas détecté on procèdera à la fermeture de la classe dans lequel l’élève se trouve. Et puis classe fermée ne veut pas dire absence d’apprentissage. Si l’enseignant lui-même n’est pas malade, il mettra en place l’enseignement à distance et s’il est malade il sera remplacé».

«Les choses n’ont pas énormément changé»


«Êtes-vous heureux de revenir ?». C’est la première question qu’a posée Émilie à ses élèves de CP. La professeure des écoles a vécu la matinée «comme un jour de rentrée normal». En constatant : «Les choses n’ont pas énormément changé. On reprend nos habitudes d’avant». Les habitudes instaurées au fur et à mesure de l’avancée de la crise sanitaire, en même temps que la reprise de l’école en classe.

Séparation des groupes en récréation et sur les temps de restauration, limitation des contacts et d’échanges de matériel, désinfection des mains, port du masque, les habitudes font partie du quotidien des élèves aujourd’hui selon la professeure des écoles et «ce ne sont pas trois jours à distance avant le confinement qui les ont changées».

En revanche, la professeure des écoles note encore «des retards d’apprentissage» liés au premier confinement en mars 2020. Du fait de certains contexte familiaux, «des enfants ont été déscolarisés pendant six mois. On voit encore des marques psychiques et sociales de ce premier confinement».

«C’est difficile pour un parent de mettre tout ça en place»


Quant aux parents pouvant être angoissés et réticents à l'idée de remettre leur enfant sur le chemin de l’école en raison de la situation sanitaire actuelle, l’enseignante en CP assure : «Les familles les plus inquiètes le sont depuis le début de l’épidémie. Mais c’est plus un soulagement pour tout le monde. Le besoin de contact social, la pédagogie, c’est difficile pour un parent de mettre tout ça en place. En CP, ils ont besoin d’aller à école et d’avoir notre étayage de professionnels».

À l’école Elsa Triolet, on notait lundi 26 avril aucune absence due à une possible crainte de parents dans le contexte sanitaire, dans une école comptant une centaine d’élèves en primaire et autant en maternelle.

Des auto-tests doivent être distribués cette semaine aux personnels enseignants dans les établissements de l'académie de Dijon. Les tests salivaires se poursuivront pour les écoliers.

Au rendez-vous de la visite de la Dasen et de son adjoint, Fabian Ruinet, maire de Talant, a confirmé : «Il faut que l’école rouvre et au mieux. Elle s’inscrit dans le processus de retour à la vie normale».

Au sein d’un établissement scolaire situé dans un quartier politique de la ville (Le Belvédère), le maire de la commune parle d’un cadre important pour la sociabilisation et rappelle que cette école a accueilli une vingtaine d’enfants de personnels soignants durant le confinement ainsi qu’une dizaine d’enfants durant les dernières vacances scolaires.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier








Infos-dijon.com - Mentions légales