Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
28/08/2020 12:57

VIN : Au coeur des vendanges à Pommard

Au sein des domaines Albert Bichot, découvrez en côte de Beaune la récolte d'une parcelle de pommard premier cru, une appellation prestigieuse des vins de Bourgogne. Les vendanges 2020 sont marquées par leur précocité et par des baies de raisin plus petites que la moyenne, pouvant varier en fonction de la pluviométrie.
Les vendanges ont démarré le 21 août dernier aux domaines Albert Bichot, avec plus de deux semaines d'avance par rapport à la moyenne décennale et même encore plus tôt qu'en 2003, année de référence en termes de canicule.

Une dizaine de jours avant la date potentielle, des prélèvements ont eu lieu dans chaque parcelle afin de réaliser des analyses oenologiques qui sont complétées par des dégustations des raisins et même des pépins et des rafles. Un calendrier prévisionnel a ensuite été établi en vue d'avertir les vendangeurs.

Mesures sanitaires pour les vendangeurs


Les domaines Albert Bichot ont leur propre réseau de recrutement des vendangeurs avec quelques fidèles qui reviennent d'année en année. La rémunération se base sur le SMIC horaire. La moyenne d'âge des recrues est très jeune avec beaucoup d'étudiants, ce qui est, encore une fois, lié à la précocité des vendangeurs. Les conditions de ramassage étant excellentes, la récolte n'aura duré que dix jours en côte de Beaune.

Cette année, les domaines Albert Bichot ont pris des mesures sanitaires particulières pour la protection des personnels. Les consignes ont été transmises par écrit. Chaque vendangeur a reçu un sac banane numéroté contenant un sécateur, un gobelet et un masque de protection. Ce masque est obligatoire au moment des transports, chacun se voyant attribuer un véhicule et une place. De plus, un temps d'hygiène des mains est prévu avant de s'installer dans un minibus.

Les pauses-déjeuners ont lieu dans un local à Beaune en fournissant des plateaux-repas pour éviter les manipulations. Là aussi les vendangeurs portent un masque durant les allées et venues et des solutions hydroalcooliques sont à disposition.

Ambiance musicale dans les vignes


Au lieu d'une seule cuverie concentrant le stockage des vins de l'ensemble de la région, chaque zone de culture est associée à une cuverie spécifique ayant son propre vinificateur. Ainsi, le domaine du pavillon à Pommard reçoit la récolte des parcelles de la côte de Beaune, ce qui représente 17 hectares. Une équipe de près de 50 personnes est mobilisée sur cette zone pour des vendanges manuelles.

Ce mercredi 26 août, l'équipe termine la journée en s'affairant dans la parcelle «Les Rugiens» qui donnera un pommard premier cru dans quelques années. La terre rouge de Pommard a donné ce nom à la parcelle près de laquelle s'élève la «Croix des Rugiens». Cette vigne a conduite en agriculture biologique depuis 2012. La surface est de 8 ouvrées soit 0,32 hectares.

Dans les vignes, l'atmosphère est joyeuse mais concentrée. L'équipe travaille vite et se motive par des remarques qui fusent dans de nombreuses langues : français, anglais, italien, espagnol, polonais... Une seule parcelle, plusieurs ambiances. En effet, un outil tend à se généraliser : l'enceinte bluetooth. Accrochée à la ceinture, c'est un compagnon high-tech du vendangeur d'aujourd'hui qui diffuse ainsi autour de lui ses goûts musicaux qui rythment le travail.

2020 marquée par la sécheresse


À l'arrivée en petites caisses à la cuverie, les grappes de raisin sont soigneusement triées avant d'être recouvertes de glace carbonique, ce qui permet d'abaisser leur température et d'avoir un effet protecteur. Elles sont ensuite mises en cuve afin que démarre une nouvelle étape.

L'art de la vinification consiste à s'adapter à chaque effet de millésime. L'année 2020 étant marquée par la sécheresse, les baies sont particulièrement petites, les peaux épaisses et les pépins importants comme l'explique Dominique Bon, chef de culture pour le secteur de la côte de Beaune. Cela veut donc dire que la matière solide est relativement présente par rapport à la matière liquide constituée par le jus des raisins. Le rendement sera donc plus faible cette année d'autant plus qu'au moment de la pressée, il faudra avoir le pigeage léger pour ne pas trop extraire et conserver des tannins équilibrés.

À noter que ce phénomène se retrouve principalement sur les parcelles qui n'ont pas reçu de pluies d'orages durant l'été. «Les orages font partie du micro-climat» qui caractérise chaque terroir explique le chef de culture. Dominique Bon constate cet effet du changement climatique : «avant, il pleuvait un peu partout pareil sur la côte alors qu'aujourd'hui, c'est beaucoup plus localisé». À Savigny-lès-Beaune par exemple, les vignes ont reçu plus d'eau qu'à Chassagne-Montrachet, les deux communes de la côte de Beaune étant distantes de 15 kilomètres à vol d'oiseau. Le phénomène tendrait à se répéter depuis trois ans.

Les Rugiens, parmi les meilleurs pommards


La Maison Bichot ne cherche pas à donner un «style» global à ses vins. «L'idée est de respecter chacun des terroirs» indique Dominique Bon ajoutant néanmoins que l'«on va retrouver dans chacun des vins une élégance, une accessibilité, une expression du fruité». Les vinifications sont donc abordées en vue de rendre les vins agréables à déguster dans leur jeunesse tout en offrant un potentiel de garde.

Si des fûts neufs sont utilisés, le chef de culture veille à ce que cela soit bien intégré en fonction des appellations. Le pourcentage de fûts neufs varie entre 25% pour des appellations villages et 60% pour les grands crus.
Du fait, de la pluviométrie très variable selon les parcelles, chaque vin sera pris en charge de façon spécifique, cuve par cuve. «Chaque vin a une personnalité en tant que tel» souligne Dominique Bon. Les Rugiens sont chers à son cœur : ce pommard «mériterait le grand cru» s'enthousiasme-t-il. Un dossier d'évolution de la classification a d'ailleurs été déposé en ce sens.

«Ce n'est pas un vin d'altitude, c'est un vin de coteau, on est sur les Rugiens bas, c'est parmi les meilleurs vins de Pommard» ajoute le chef de culture. La vinification durera 20 jours et l'élevage 18 mois. Le pommard premier cru «les Rugiens» sera donc disponible en avril 2022 et devrait être doté d'un grand potentiel de garde.

Jean-Christophe Tardivon

Albéric Bichot se félicite de «vendanges rondement menées» en Bourgogne