Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Faits Divers > Faits Divers en Côte-d'Or
11/12/2020 18:44

DIJON : Plusieurs interpellations en gare SNCF lors d'une opération de la Police aux frontières

Une vaste opération de contrôle des identités s’est déroulée ce vendredi 11 décembre sous la direction de la Police aux frontières de la zone est. Sept ressortissants étrangers en situation irrégulière ont été interpellés.

En gare de Dijon Ville ce vendredi après-midi, c’est une opération de contrôles menée par la Direction zonale de la Police aux frontières, sur réquisition du procureur de la République, qui s’est déployée.

Des agents de la Police nationale mais aussi trois agents de la Police municipale de Dijon ainsi que des agents de la Sûreté ferroviaire de la SNCF -  une quarantaine - étaient mobilisés pour contrôler les identités des personnes arrivant en gare mais aussi celles des personnes descendant des trains.

Depuis l’intensification de ce type d’opérations liée aux attentats terroristes du mois d'octobre, c’est la cinquième fois que l’action était menée à l’échelle des frontières de la zone Est, sachant que la Direction de la PAF dont le siège est situé à Metz couvre en l’occurrence le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté.

«On agit sur réquisition du procureur de la République

dans le cadre d’un contrôle des identités»


À une heure de fort passage en gare mais dans une période où la circulation ferroviaire est diminuée du fait du contexte sanitaire, ces opérations sont mises en place pour une plus grande efficience à l’extérieur des trains.
En parlant du contexte sanitaire, des défauts d’attestation de déplacement pouvaient être constatés et verbalisables, mais le directeur zonal de la PAF, Pierre Bordereau, a tenu à bien préciser : «Au départ, on agit sur réquisition du procureur de la République dans le cadre d’un contrôle des identités. Il est vrai qu’une présence policière permet de rappeler que des mesures sanitaires sont à respecter, quand on voit par exemple que certaines personnes ont déjà oublié le confinement et prennent pas mal de liberté».

S’étant rendu sur place également, Danyl Afsoud, directeur de cabinet du préfet de la Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d'Or, a livré trois objectifs relatifs à cette opération : «identifier et interpeler le cas échéant des étrangers en situation irrégulière, identifier les faits de délinquance de droits communs et interpeler leurs auteurs, rechercher des infractions liées au nom respect des gestes barrières liés à l’épidémie du Covid-19».

Ayant débuté à 15 heures, l’opération devait durer «2h30-3h». Revenant sur l’efficacité d’un dispositif faisant en sorte que chaque point d’accès à la gare soit encadré par des forces de l’ordre, Pierre Bordereau a noté au coeur de l’opération : «Après une demi-heure de contrôles, nous avons interpelé trois étrangers en situation irrégulière. Une des interpellations est celle d’un Tunisien en possession d’un faux document d’identité italien, qui avait déjà été ramené en Tunisie en début d’année et qui était sous le coup d’une interdiction d’être sur le territoire car impliqué dans une affaire de trafic de stupéfiants en septembre dernier. À Metz, c’est une personne recherchée dans le cadre d’une affaire criminelle en Italie qui a été arrêtée».

Le bilan de l’opération à Dijon


Au total en gare de Dijon Ville, selon les chiffres communiqués par la préfecture de la Côte-d’Or en fin de journée, 3.000 personnes ont été contrôlées. Avec notamment : 7 interpellations d'étrangers en situation irrégulière dont l'un porteur d'un faux permis de conduire de son pays d'origine, une interpellation d'une personne recherchée pour violences aggravées et détentrice d'une matraque télescopique (port d'arme), une interpellation d'une personne pour port d'arme (couteau), 12 procès verbaux pour défaut d'attestation de déplacement, 4 procès verbaux pour non port du masque.

Aucun calendrier n’étant défini, les prochaines opérations seront dictées en fonction des flux et des affaires ciblés. Un dispositif devrait être déployé sur l’axe Moselle - Luxembourg en cette fin d'année.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier