Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> OPINION > Autres
30/01/2021 11:13

DIJON : Une Marche des libertés le 30 janvier

Un collectif d'associations, de syndicats et de partis politiques appelle à une manifestation le samedi 30 janvier à Dijon pour s'opposer à la loi sur la sécurité globale. Actualisé : la manifestation est maintenue après que le tribunal administratif a annulé un arrêté préfectoral.

Communiqué de la section de Dijon de la Ligue des Droits de l'Homme du 30 janvier 2021 :

30 organisations appellent ce jour à une marche pour les libertés à 14h place de la Libération à Dijon.

Un arrêté préfectoral avait été pris pour interdire ce lieu de rassemblement. Par un recours en référé , les organisateurs viennent de faire annuler cet arrêté.

Nous ne pouvons que nous en réjouir, la manifestation pourra donc se tenir comme prévu

L'espace public, la ville appartiennent à tous les citoyens.

Pour les organisations
Paul Garrigues
Co-président de la LDH Dijon

Communiqué de l'union départementale de Côte-d'Or de la CGT du 26 janvier 2021 :

Nos libertés sont en danger !

Marche pour les libertés samedi 30 janvier 14h place de la Libération Dijon

Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 200 villes de France, pour dénoncer cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.
Ce projet porte des graves menaces à la liberté d’informer et d’être informé. Son article 24 vise à dissuader de filmer ou de photographier les interventions policières. L’importance de telles images est pourtant cruciale pour attester des cas de violences policières, comme l’actualité nous l’a rappelé ces dernières semaines :

Le 31 décembre 2020, les forces de l’ordre expulsent violemment un campement de personnes migrantes à Calais. En plein hiver, leurs tentes sont lacérées, afin d’être rendues inutilisables : ce sont les photos de deux journalistes qui ont permis de faire connaître cette nouvelle violation des droits fondamentaux, alors que ces pratiques sont documentées de façon quasi quotidienne par les associations.

Le 3 janvier 2021, une marche commémorait la mort de Cédric Chouviat, mort étouffé des suites d’un banal contrôle policier. Ce sont des vidéos amateur de témoins de l’interpellation, recueillies par les avocats de la famille suite à un appel sur les réseaux sociaux, qui ont permis de démontrer la violence et l’illégalité de l’interpellation

A l'inverse, depuis le 6 octobre 2019, la famille d'Ibrahima Bah réclame les vidéos des trois caméras de surveillance qui ont filmé la mort de leur fils et frère, lors d'une intervention de police à Villiers-le-Bel. Mais la justice leur en refuse l'accès.

L’article 24 de la loi Sécurité globale ne vise pas à protéger les policiers, mais bien les violences policières. Et la surenchère sécuritaire du gouvernement ne s’arrête pas là. D’autres dispositions de la loi visent à permettre à l’État d’accroître le contrôle sur la population (articles 21 et 22), à travers des outils de surveillance indiscriminés (drones et caméras-piétons), utilisables en manifestation ou lors de contrôles d’identité.

La loi dite « Séparatisme » intègre et élargit les dispositions de l’article 24 de la loi Sécurité globale. Et tandis que les propositions élargissant les mesures de surveillance de toute la population ont été votées à bas bruit par l’Assemblée nationale, le Conseil d’État vient quant à lui de légitimer les décrets d'extension du fichage de chacun·e sur la base de nos « opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses, ou à une appartenance syndicale".

Confronté à une mobilisation sans précédent pour la défense des libertés, le gouvernement a opposé une fin de non-recevoir. Les enjeux touchent pourtant au respect même de l’État de droit, qui suppose le contrôle effectif des pratiques des personnes dépositaires de l'autorité publique par les citoyens, le parlement, la justice et la presse. Les mesures de surveillance de la population doivent quant à elles demeurer l’exception.

En France, la Défenseure des droits, la Commission Nationale Consultative des droits de l’homme, et à l’international, 5 rapporteurs spéciaux des nations unies, et la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe ont tous vivement critiqué la proposition de loi Sécurité globale. La coordination nationale d'associations et syndicats a demandé à être reçue par le président de la République, censé veiller au respect des libertés constitutionnelles. Cette requête est à ce jour restée lettre morte.

Nous marcherons le 30 janvier, : pour le droit à l’information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester, pour le respect de notre vie privée, pour nos libertés.

LDH, ATTAC, Amnesty International,  OXFAM, SOS Racisme, CSF,CGT,  FSU, MRAP, coordination Sud, MAN, Henri Barabant et Cercle Martinet  Libre Pensée, MVT de la Paix, Amis de la Terre, ARAC21, Ligue de l'Enseignement, AFPS21, UJFP, NPA, ADH, Génération.s, PCF, LFI, POID, PS, Ensemble ! EELV