Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> OPINION > Autres
26/05/2021 02:49

RÉGIONALES : Le Rassemblement National veut «protéger le patrimoine oublié et en danger»

Colistière de Julien Odoul, Inès Martin s'insurge devant «la disparition du patrimoine bâti». Le candidat du Rassemblement National propose de créer un fonds de soutien régional au petit patrimoine délaissé.
Communiqué d'Inès Martin du 18 mai 2021 :

La disparition du patrimoine bâti est une triste réalité en région Bourgogne Franche-Comté. Il est grand temps de regarder les choses en face, et de mettre un terme à la dégradation de nos édifices, qui s’est accélérée depuis que les socialistes sont à la tête du Conseil régional.   

Patrimoine dégradé :

Le constat est effrayant : des églises ont été pillées tout l’été dans le Jura, à Rochefort-sur-Nenon, Nevy-sur-Seille, Menotey, Rans et même Baume-les-Messieurs dans l’indifférence la plus totale. Des objets liturgiques, nécessaires au culte et précieux, ont été dérobés.  


On ne peut que se désoler qu’aucune enquête aboutisse. Les ostensoirs, calices, ciboires et autres crucifix dérobés seront au mieux revendus à des antiquaires, au pire fondus pour récupérer le métal précieux.

Les églises anciennes, depuis la loi de 1905, sont pourtant des biens collectifs et il est important que le public continue à y accéder librement. Au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, le Rassemblement National proposera un grand plan d’équipements en vidéo-protection des églises, pour épauler les communes et protéger ce patrimoine qui fait la richesse de nos terroirs. Un inventaire précis des biens devra aussi être mené en coopération avec les communes.  

Patrimoine négligé :

Notre région compte aussi beaucoup de monuments inscrits et classés.  

Un tri a cependant été réalisé, tant par les services du Ministère de la culture que par les socialistes à la Région, laissant les communes seules pour assurer l’entretien de leurs monuments peut-être moins connus mais d’un grand intérêt patrimonial.

De nombreuses pétitions sont d’ailleurs chaque jour signées par des associations locales et des habitants, fiers de leur château, de leur église, ce qui témoigne du profond attachement des Bourguignons et des Francs-Comtois.  

Ce sont ces bénévoles de tous les jours qui pallient l’inaction de la Région, en s’attaquant eux-mêmes aux chantiers de restauration, comme pour le château de Rochefort en Côte-d’Or ou bien le château de Pisy dans l’Yonne.  

Les associations de défense patrimoniale pointent même du doigt le silence et l’indifférence de la DRAC et la mise en vente des biens collectifs par les conseils départementaux.

Julien Odoul et le Rassemblement National s’engagent pour que la Région Bourgogne Franche-Comté crée au sein de ses services une cellule spécialement dédiée au soutien aux associations de défense du patrimoine, pour les aider dans leur projet de restauration ou de protection (mise à disposition d’experts, conseils techniques, publicité…).  

Patrimoine oublié :

En 2017, le Conseil régional a décidé de ne plus subventionner les édifices religieux non classés. On ne peut y voir que le mépris de la gauche pour notre richesse culturelle et une discrimination vis-à-vis du patrimoine local qui susciterait moins d’intérêt touristique et donc lucratif mais qui est cher aux habitants.

Et qu’en est-il du patrimoine industriel, qui porte une partie non négligeable de l’histoire régionale, totalement délaissé ? A Ronchamps en Haute-Saône, le puits Sainte-Marie souffre de sa solitude, l’avenir du musée des forges de Pesmes est compromis avec la disparition progressive de ses anciens ouvriers. La liste des gares abandonnées est trop longue à énumérer, alors que le patrimoine ferroviaire est aussi au cœur de notre identité régionale.

À la tête de la Région Bourgogne Franche-Comté, Julien Odoul et les élus Rassemblement National mettront en place un fonds de soutien régional au petit patrimoine délaissé (églises, lavoirs, ponts, moulins, écluses, gares, puits, mines…), non-protégé mais pourtant qui fait notre identité.  

Patrimoine en danger :

Enfin, on ne compte plus les bâtiments remarquables totalement abandonnés et qui se dégradent très rapidement. Il a fallu par exemple attendre le dernier moment et le cri d’alarme de plusieurs passionnés pour que les travaux soient lancés sur le clocher de la cathédrale Saint-Bénigne à Dijon.

Combien de monuments historiques connaîtront le sort du couvent des Annonciades à Vesoul ? Ce bâtiment du 17e siècle avait été converti en école, puis au début des années 2000, le propriétaire l’avait laissé à l’abandon car son projet de résidence était trop coûteux. La tragédie s’est poursuivie par un incendie en 2009. En février dernier, la municipalité a racheté le couvent pour le détruire et en faire un parking.

Si rien n’est fait, l’église de Palise dans le Doubs sera détruite dès cet été car les travaux de rénovation sont jugés trop importants et trop onéreux.  

A la tête de la Région Bourgogne Franche-Comté, Julien Odoul s’engage pour qu’à chaque fois qu’un bâtiment historique sera menacé, la collectivité engage une campagne d’alerte de l’opinion massive, pour empêcher toute destruction et amorcer une collecte de fonds.  

***

Rendons fiers les Bourguignons et les Franc-Comtois du patrimoine qui les entoure : ces bâtiments et ces ouvrages sont les moteurs de l’attractivité de la Bourgogne Franche-Comté.  

Le patrimoine bourguignon et franc-comtois, riche de sa diversité, est en effet une force considérable pour notre Région, pour encourager le tourisme et donc le développement économique.

Si les socialistes ont abandonné toute ambition en la matière, le Rassemblement National portera haut et fort sa volonté de protéger notre région, ses habitants et son patrimoine, qui fait notre identité et la fierté de nos terroirs. 


Infos-dijon.com - Mentions légales