> OPINION > De gauche
22/11/2023 09:32

CÔTE-D'OR : Les Jeunes Socialistes interpellent les députés de la majorité présidentielle

Les Jeunes Socialistes regrettent le choix du Sénat de supprimer l'Aide médicale d'État permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d'un accès aux soins.
Les sénateurs Renaissance ont d'ores et déjà annoncé qu'elle serait rétablie par leurs homologues lors de l'examen à l'Assemblée nationale.
Communiqué des Jeunes Socialistes de Côte-d'Or du 21 novembre 2023 :

Messieurs les députés,

La Loi Asile et Immigration quitte le Sénat et arrive à l’Assemblée Nationale. Suppression de l'Aide Médicale d'État (AME) au profit d'une Aide Médicale d'Urgence (AMU) qui consistera simplement à ne plus soigner les étrangers en situation irrégulière et à traiter uniquement les urgences. Manque d'humanisme ou populisme, au choix. La suppression de l'AME priverait les personnes en situation irrégulière d'un accès aux soins de base, ce qui pourrait entraîner des conséquences graves pour leur santé. Les maladies non traitées pourraient alors se propager, mettant en danger à la fois les personnes concernées et la santé publique en général.

Nous, jeunes socialistes, estimons que l'accès à la santé est un droit fondamental et que cette décision est contraire au principe d'humanité de notre pays, contrairement à ce que nous dit la droite extrême et l'extrême-droite pour s'autoconvaincre de l'utilité de cet article. Nous pensons véritablement que le traitement uniquement des urgences pourrait entraîner des coûts sociaux plus élevés à long terme, en raison de l'aggravation des maladies et des besoins médicaux urgents non traités.

De plus, la majorité des Sénatrices et Sénateurs sont allés encore plus loin en supprimant les aides sociales aux étrangers réguliers qui vivent, travaillent et paient des impôts comme tout un chacun depuis moins de 5 ans en France. Les mêmes devoirs mais plus les mêmes droits, c'est sûrement la définition de l'intégration pour la droite, ce n'est pas la nôtre.

Les étrangers réguliers, pour la plupart, travaillent et paient des impôts, contribuant financièrement à notre société.

Avec cette loi, demain, un étranger régulier qui travaille ne percevra plus d'aide au logement ni aucune autre allocation familiale, alors qu'elles permettent une stabilité sociale, favorisent l'intégration et l'égalité.

Nous connaissons vos histoires politiques, vos parcours à gauche, et nous espérons, comme le suggèrent certains de vos camarades, que vous ne voterez pas ce texte, mais qu'au contraire, vous reviendrez sur les bases qui ont fondé vos engagements.

L'égalité, la solidarité, l'humanisme, la fraternité sont des valeurs que nous espérons partager avec vous.

Militants de gauche que nous sommes, nous sommes déçus, mais pas choqués, des déclarations du Président de votre groupe au Sénat, François PATRIAT, ancien socialiste, qui a déclaré vouloir “co-construire” avec la droite quand on connaît leurs dérives sur ces sujets. Comment peut-on dire sur les plateaux télévisés que la suppression de l’AME “est une triple faute : éthique, médicale et financière” mais voter le texte de loi ?

Face à ce trouble, à ce double discours, nous espérons pouvoir compter sur votre clarté. Aux côtés des forces de gauche, socialistes :
- Refusez la suppression de l’AME, renforcez-la ;
- Refusez le conditionnement de 5 ans sur le territoire pour percevoir des aides sociales aux étrangers réguliers ;
- Rétablissez l’article 3 qui consiste à régulariser les travailleurs sans-papiers dans les secteurs en tension et élargissez le panel des secteurs ;
- Régularisez les étrangers ni expulsables ni régularisables.

Messieurs les députés de la Côte-d’Or, vous qui venez pour la plupart d'entre vous de nos rangs, de la gauche, sur cette loi, nous espérons pouvoir compter sur vous !

Veuillez agréer, Messieurs les députés, l'expression de nos salutations distinguées.