> OPINION > EELV
07/11/2023 05:56

POLITIQUE : Les Verts appellent à «un cessez-le-feu et à un cessez-le-siège à Gaza»

Le 10 octobre dernier, les Verts étaient représentés lors de l'hommage dijonnais aux victimes de l'attaque terroriste du Hamas en Israël.
Aujourd'hui, les militants écologistes estiment que, si «Israël a le droit de se défendre», «rien ne justifie les bombardements de bâtiments dont la population civile subit les effets les plus meurtriers».
Communiqué Les Écologistes-Europe Écologie Les Verts de Côte-d'Or du 6 novembre 2023 :

La nouvelle guerre repose sur un conflit territorial et colonial enkysté depuis plusieurs décennies et l’injustice oubliée faite au peuple palestinien s’est rappelée au monde le 7 octobre, avec une violence cruelle à travers les attaques du Hamas.

Pour Les Écologistes 21, ces attaques ciblant des civils israéliens et exterminant les populations des kibboutz (le plus souvent promoteurs d’une solution pacifiste), nous renvoient aux moments les plus sombres du XXème siècle. Le Hamas, dont l’objectif est la destruction de « l’État juif », ne représente pas l’expression des palestiniens et de leur résistance face à la spoliation des terres à des fins colonialistes ainsi que de leur droit à vivre librement et dignement sur leur territoire.

Le Hamas et le gouvernement de Nétanyahou, soumis tous les deux aux extrémismes religieux se nourrissent des mêmes ressorts anti-démocratiques. Cela repose sur la violence, la négation de l’autre pour garder le pouvoir, avec une indifférence voire un mépris quant aux conséquences sur les peuples israéliens et palestiniens.

Pour Les Écologistes 21, Israël est un État légitime qui dispose du droit d’exister et du droit pour ses populations à vivre en sécurité. Et face à une organisation terroriste comme le Hamas qui lutte pour sa disparition, Israël a le droit de se défendre.

Tout aussi clairement, Les Écologistes 21 affirment, selon les mêmes principes fondés sur le droit international, que rien ne justifie l’état de siège de Gaza, les bombardements d’infrastructures et de bâtiments dont la population civile subit les effets les plus meurtriers.

Plusieurs milliers de palestiniens ont trouvé la mort dont de trop nombreux enfants. Aujourd’hui, la population palestienne manque d’eau, d’électricité, de nourriture, et voit ses services médicaux paralysés, car eux-mêmes attaqués.

Depuis le début de la riposte israélienne, 30 jours auparavant, Les Écologistes demandent l’arrêt des bombardements qui sont continus et indiscriminés. Déjà crimes de guerre, selon le droit international, ils pourraient s’apparenter à des crimes contre l’humanité, selon l’article 7 du Statut de Rome de la CPI.

Au-delà du temps long pour trouver le chemin de la paix, l’urgence est de procéder immédiatement à un cessez-le-feu ainsi qu’à l’arrêt du siège de Gaza. La France et son gouvernement doivent clairement s’engager en ce sens :

Pour un cessez-le feu immédiat.
Pour la libération immédiate et sans conditions des otages détenus par le Hamas.
Pour l’arrêt des bombardements et des  déplacements forcés de la population de Gaza.
Pour la protection des palestiniens à Gaza et en Cisjordanie.
Pour la levée du blocus de Gaza.
Pour l’arrêt immédiat du soutien politique et logistique à l’offensive militaire d’Israël.
Pour soutenir la résolution du Parlement européen – à l’initiative des députés écologistes-qui condamne la violence sur les populations civiles palestiniennes et israéliennes.

Le co-secrétariat,
pour la coordination départementale

Deux cents personnes dénoncent «la cruauté des attaques aveugles perpétrées par le Hamas contre la population israélienne»