Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> OPINION > EELV
24/11/2020 12:39

SÉCURITÉ GLOBALE : Les Verts appellent à restaurer la confiance entre l'État, la police et la population

Tout en reconnaissant que les policiers peuvent être victimes de harcèlement, Europe Écologie Les Verts de Côte-d'Or considère que le projet de loi sur la sécurité globale représente une «fuite en avant législative et techno-sécuritaire».

Communiqué d'Europe Écologie Les Verts de Côte-d'Or du 24 novembre 2020 :

A la place de la loi Sécurité Globale : restaurer la confiance entre l’État, la police et la population

L’article 24 de la loi Sécurité Globale a été voté le 20 novembre suite à un débat fébrile et expédié à l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une procédure accélérée voulue par le gouvernement.

Cet article de loi sur le floutage des policiers et sur l’utilisation des drones constitue un recul inédit vis-à-vis de la liberté de manifester, de la liberté de la presse et de nos vies privées.

Le prétexte serait de protéger les policiers du harcèlement dont ils sont parfois effectivement victimes.

Mais, s’il s’agissait d’y faire face réellement, il serait plus efficace de développer les effectifs de la plate-forme Pharos, de faciliter le dépôt de plainte pour les victimes de harcèlement, non seulement policières mais pour l’ensemble des autres victimes, notamment les femmes, et d’améliorer les conditions de la justice afin de remédier à l’impunité des harceleurs et des agresseurs.

Par ailleurs, cet article de loi de circonstance est une atteinte considérable contre la liberté de la presse, qui organise la censure des journalistes et remet en cause une des valeurs fondamentales de la démocratie.
De plus, l’article 21 de la loi prévoit l’instauration d’une surveillance généralisée de l’espace public via des drones dotés de caméras, notamment pendant les manifestations, portant là aussi une atteinte comme jamais aux libertés publiques.

Pour EELV Côte d’Or, plutôt que cette fuite en avant législative et techno-sécuritaire, il devient urgent de restaurer la confiance entre l’État, la police et la population en engageant un processus démocratique de redéfinition de la polique de sécurité, de ses moyens et des conditions d’une justice efficace, à la hauteur des valeurs dont la République se prévaut.

Europe Écologie Les Verts Côte d’Or