> OPINION > Les Républicains
28/10/2023 03:54

MOBILITÉS : «Le coeur de la Haute-Saône une nouvelle fois abandonné»

Conseiller départemental d'opposition en Haute-Saône, Dimitri Doussot revient sur les débats au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté concernant le contournement routier d'Amblans-et-Velotte, Genevreuille et Pomoy.
Communiqué du groupe de Droite au conseil départemental de la Haute-Saône du 27 octobre 2023 :

Lors de la dernière assemblée plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, le volet "mobilité" du contrat de plan "Etat - Région" (CPER) a été approuvé. Ce document fixe la trajectoire financière des prochains investissements soutenus par l'Etat et la Région en matière de mobilité, dont les routes. Pour la période 2023 - 2027, il n'a pas retenu le contournement tant espéré d'Amblans-et-Velotte, Genevreuille et Pomoy. Cette portion de la route nationale 19 (RN 19) est - comme chacun le sait - particulièrement dangereuse et enregistre un nombre vertigineux de morts (plus de 60 en 30 ans, soit un tous les deux ans !). L’accident qui s’est encore produit hier à Genevreuille en témoigne tristement. Ainsi, « au-delà de la question du désenclavement du département, elle représente un réel enjeu de sécurité routière » pour le groupe de Droite au Conseil départemental.

Pour son Président, Dimitri Doussot, "une nouvelle fois l’aménagement routier du cœur de la Haute-Saône est abandonné. La non-inscription de la déviation des 3 villages dans le CPER est une très mauvaise nouvelle pour sa concrétisation. Clairement, aujourd'hui, avec ce nouveau CPER, la Région et l’État disent clairement qu’elle n’est pas prioritaire !". Pour le Conseiller départemental de Dampierre-sur-Salon, sans revenir sur l’historique des 25 dernières années[1], « c’est un renoncement de plus de la part de l’État, rejoint aujourd’hui par la Région, alors que l’amélioration du niveau de service de la RN 19 est fondamentale pour la Haute-Saône. ».

Par ailleurs, si - comme cela a été annoncé - la réalisation de ce contournement doit faire l'objet d'une convention ad hoc avec l'État, le groupe de Droite au Conseil départemental est particulièrement méfiant. "Le niveau de financement qui sera prévu par l'État et la Région sera-t-il le même que celui pour les projets retenus dans le CPER, à savoir 75 % ? De la même manière, quid de son calendrier ?". Pour Dimitri Doussot, si ce niveau de financement n’est pas assuré, ce sera la double peine : une réalisation reportée de cet aménagement essentiel et un reste à charge plus important pour le Département, donc les Haut-Saônois. Particulièrement attaché à ce dossier, il craint que ce projet, qui pourtant semble faire l'unanimité chez les élus haut-saônois, soit reporté sine die, voire aux calendes grecs.

Malheureusement, comme les mauvaises nouvelles n'arrivent jamais seules, lors de la séance plénière régionale il a également été exposé aux élus que la déviation d'Amblans-et-Velotte, Genevreuille et Pomoy, si elle devait se réaliser un jour, ne le serait pas forcément en 2 X 2 voies. Cette information était d’ailleurs confirmée au même moment par Yves Krattinger lors d’une commission permanente au Département. Cette solution est également défendue avec ardeur par les élus écologistes de la majorité régionale de Marie-Guite Dufay.

"Une déviation en 2 X 1 voie est totalement incompréhensible" pour le groupe de Droite au Conseil départemental de la Haute-Saône, car cette portion de RN 19 "reçoit chaque jour le passage de plusieurs milliers de véhicules" (en moyenne 7200 par jour, dont 2100 poids-lourds). Pour son Président, « il faut avoir une totale méconnaissance de la situation et ne jamais emprunter la RN 19 entre Vesoul et Lure pour pouvoir imaginer un tel scénario ». Tous les élus de la Droite départementale comptent se battre avec tous les élus haut-saônois qui se retrouvent sur ce dossier : pour que la déviation des 3 villages ne soit pas abandonnée et qu'elle soit bien réalisée en 2 x 2 voies. "Cette question n'est pas négociable", préviennent-ils à l’unisson.

[1] *Abandon d’un projet autoroutier à deux reprises ; allongement interminable des délais pour la réalisation des chantiers (déviation de Port-sur-Saône…) ; abandon du projet de déviation Est de Vesoul ; etc.