Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
05/10/2020 19:57

CINÉMA : «30 jours max» enthousiasme le public du Ciné Cap Vert

Le film de Tarek Boudali s'annonce comme la comédie française de l'automne avec un anti-héros inspiré des personnages de Pierre Richard. Le 1er octobre, Tarek Boudali et Julien Arruti, deux membres de la bande à Fifi, étaient présents au Ciné Cap Vert pour une avant-première devant près de 500 personnes réparties en deux salles.

Pour honorer la mémoire de son père, Rayane (joué par Tarek Boudali lui-même) est devenu policier mais le métier ne lui réussit guère. Trouillard et maladroit, il n'attire que les moqueries quand lui n'a d'yeux que pour sa collègue Stéphanie (Vanessa Guide), en tout point plus compétente.

Quand Rayane apprend par son médecin qu'il n'a plus que trente jours à vivre, il décide de forcer son tempérament et devient une tête brûlée faisant face à un caïd de la drogue surnommé Le Rat (José Garcia). Une histoire qui mènera cet anti-héros de gags en rebondissements.

Pour présenter son second film, après «Épouse-moi mon pote» en 2017, Tarek Boudali s'est rendu au Ciné Cap Vert le jeudi 1er octobre 2020 en compagnie de Julien Arruti, autre membre de «la bande à Fifi» – du surnom de Philippe Lacheau – qui s'est fait connaître en passant dans «Le grand journal», l'émission de Canal+.

Dans deux salles organisées selon les mesures sanitaires en vigueur (un siège d'écart entre deux groupes de spectateurs, masques de protection obligatoire durant la projection...), près de 500 fans de la bande à Fifi ont suivi les aventures de Rayane et ses collègues.

«Quand je réalise, je suis hyper-concentré»

En arrivant sur scène après la projection, Tarek Boudali et Julien Arruti sont accueillis par des spectateurs applaudissant chaleureusement debout, ce qui vaut au public dijonnais d'être qualifié de «plus beau public de France» par le réalisateur.

Durant trente minutes, la rencontre oscille entre échanges autour du film et spectacle d'humour, le réalisateur et le comédien ne manquant pas de placer une vanne. Références, effets spéciaux, caméos de personnalités et autres anecdotes de tournage sont passées en revue par un public à la fois jeune et familial, addict aux films de la bande à Fifi.

Le scénario de «30 jours max» a été écrit par Tarek Boudali et Pierre Dudan. Même si l'écriture et la réalisation se sont pas faites en commun, les autres membres de la bande à Fifi peuvent avoir leur mot à dire sur la construction du film. «Quand c'est Philippe qui réalise, Julien et moi, on fait dans son sens, on travaille vraiment entre copains» explique Tarek Boudali au public. «Quand je réalise, je suis hyper-concentré, j'ai 20.000 problèmes à gérer dans la journée, Philippe et Julien font les cons» ajoute le cinéaste.

«Pas peu fier», Tarek Boudali explique qu'il a effectué lui-même toutes les cascades, «comme Tom Cruise», afin d'ajouter «un plus au film». Le comédien a aussi passé son permis moto deux mois avant le début du tournage. En revanche, on ne sait pas si le hérisson ou le pigeon ont été doublés pour leurs propres cascades.

Julien Arruti tient à faire savoir qu'il a lui aussi payé de sa personne : «j'ai embrassé Chantal Ladesou, en plus, elle met la langue !». Par ailleurs, le comédien s'est dit «impressionné» de tourner une scène avec du feu : «on se rend compte à quel point le feu aspire l'oxygène rapidement».

Un célèbre footballeur – dont on n'indiquera pas le nom pour ne pas divulgacher la surprise – fait une apparition en fâcheuse posture dans le film. Tarek Boudali précise qu'il a eu un geste très sport en reversant son cachet à la Fondation Lenval qui œuvre pour améliorer l'accueil et la prise en charge des enfants à l'hôpital.

«On est fan de Pierre Richard»


«Je pars du principe que, plus c'est réel, plus ça peut être drôle» souligne Tarek Boudali qui s'est immergé avec la brigade anti-criminalité qui opère dans le XVIIème arrondissement à Paris. Avant de donner son accord, la préfecture de police de Paris a lu le script. «Quelque part, ils m'ont donné leur aval» signale Tarek Boudali. Par la suite, le réalisateur n'a pas modifié le scénario mais a adapté l'ambiance du commissariat lors du tournage.

«Le film est haletant, surtout en termes de comédie. Il y a des gags sans arrêt, des vannes sans arrêt» revendique Julien Arruti. Tarek Boudali fait volontiers référence aux comédies françaises des années 1970 : «on est fan de Pierre Richard, c'est une des personnes qui nous ont donné envie de faire ce métier». D'où le personnage de Rayane, «looseur, gaffeur, timide et peureux».

Après ce premier passage à Dijon, les deux compères ont repris la route vers Paris pour participer au tournage de «Super-Héros malgré lui», film réalisé par Philippe Lacheau dont la sortie est prévue en 2021. D'ici là, «30 jours max» sortira dans toutes les salles le 14 octobre prochain.

Jean-Christophe Tardivon

La fusion avec Pathé Gaumont renouvelle le Ciné Cap Vert