Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
14/02/2023 16:57
4123 lectures

CULTURE : Laurent Bourdereau, un Dijonnais à la tête du MuséoParc Alésia

Un temps dans les ors du musée Magnin, un temps dans les pas de la Vache qui rit, Laurent Bourdereau rejoint le chaudron du centre d'interprétation de la bataille d'Alésia. Le nouveau directeur entend développer «l'idée de vivre dans la civilisation gallo-romaine».
Nommé directeur général de la société publique locale du MuséoParc Alésia, ce lundi 13 février, Laurent Bourdereau sonnera la réouverture, ce mercredi 15 février. Entre les deux, le nouveau directeur a participé à la conférence de presse de lancement de la saison 2023 de l'équipement culturel et touristique côte-d'orien (lire notre article).

Laurent Bourderau, 52 ans, arrive de l'établissement culturel Réseau Nièvre. Par le passé, il a dirigé la Maison de la Vache qui rit à Lons-le-Saunier (Jura) ainsi que le domaine départemental de Chamarande (Essone). Il a effectué un cursus en histoire de l'art à l'université de Bourgogne avec de premières fonctions au musée Magnin à Dijon d'où il est originaire.


En tombant dans le «chaudron» du MuséoParc Alésia, le nouveau directeur a salué son prédécesseur, Michel Rouger, ainsi que le «dynamisme» de l'équipe. Il envisage «une année 2023 exceptionnelle et foisonnante» avec «des expériences audacieuses, surprenantes, décalées au service de la compréhension de ce site exceptionnel d'Alésia».

Du conflit entre Gaulois et Romains à la culture gallo-romaine


À son ouverture en 2012, en tant que centre d'interprétation, le MuséoParc était centré sur le siège d'Alésia dans un contexte où l'imaginaire du public était encore très marqué par ce que véhiculait notamment la BD Astérix sur la fin du monde celtique.

Dix ans plus tard, après la suspension du musée qui aurait dû prendre place au niveau des vestiges de la ville gallo-romaine, la nouvelle scénographie a opéré un glissement nuançant l'antagonisme ethnique entre les Gaulois et les Romains pour aborder la culture romanisée de la Gaule et même tendre vers le Haut Moyen-Âge avec le mystère de sainte Reine, célébré depuis l'année 866.

«L'idée est de vivre dans cette civilisation»


«J'aimerais vraiment mettre en avant la notion de civilisation toutes thématiques confondues. Il y a la bataille, il y a cet événement historique qui est déclencheur et, ensuite, il y a un site qui a duré plusieurs siècles où s'est développé un mode de vie»,  a confié Laurent Bourdereau.

«Cette civilisation, c'est le manger, les artisans, la religion... C'est toutes ces notions que l'on doit être amené à découvrir et à faire découvrir. On est dans le cœur d'une civilisation. L'idée est de vivre dans cette civilisation. On n'est pas des regardants simplement, il faut que l'on soit des faisants, des apprenants. Ça passe par le son, l'écoute, le multimédia, les manipulations...», a développé le directeur.

Jean-Christophe Tardivon

Lancement de la saison 2023 du MuséoParc Alésia



Infos-dijon.com - Mentions légales