Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
19/09/2021 10:17

DEVOIR DE MÉMOIRE : Le résistant et déporté Henri Mosson à l’honneur dans un film-documentaire pour sa conviction face à l’adversité

Le Comité de parrainage du Concours national scolaire de la Résistance et de la Déportation et la Ville de Chenôve soutiennent le nouveau film-documentaire réalisé par le chenevelier Jean-Marc Bordet. «Le choix se réduit à une simple alternative : être soumis ou être résistant», tel est le message transmis aux générations futures.

« Henri Mosson alias Raoul Desbois NN 6290 » réalisé par Jean-Marc Bordet

En partenariat avec le Comité de parrainage du Concours national scolaire de la Résistance et de la Déportation et la Ville de Chenôve

Attaché à son passé, la Ville de Chenôve se souvient de son histoire en commémorant 10 dates dans l’année parmi lesquelles figurent des événements liés à l’esprit de résistance qui demeurait à Chenôve pendant la guerre. C’est dans ce travail de mémoire que s’inscrivent les films documentaires de Jean-Marc Bordet, ancien agent en retraite de la Ville de Chenôve en charge de la réalisation vidéo.

 
Un premier film documentaire, réalisé en 2010 par Jean Marc Bordet et la Ville de Chenôve, restituait la parole d’Henri Mosson. Dans ce premier film, « Au plus profond de la nuit », Henri Mosson est l’un des 8 témoins qui décrivent l’enfer concentrationnaire du camp de Natzweiler-Struthof.
 
Ce deuxième film-documentaire présenté à la salle des fêtes de l’hôtel-de-ville de Chenôve vendredi 17 septembre 2021 et produit par Palumanifilms à la demande du Comité de parrainage du CNSRD (Concours National Scolaire de la Résistance et de la Déportation), est entièrement consacré à Henri Mosson, à ses années de résistance et de déportation.

Le film est disponible sur demande auprès du Comité de parrainage du concours national de la résistance et de la déportation par mail: f-elloy@orange.fr
 
Synopsis du film-documentaire
« Henri Mosson alias Raoul Desbois NN 6290 »

Pour beaucoup, le nom d’Henri Mosson est synonyme de sports mécaniques. De fait, c’est à cette passion qu’il a consacré la plus grande part de son existence. Successivement pilote de moto et de rallye auto, il devint commissaire technique du championnat du monde de F1, côtoyant les plus grands de ce sport sur tous les circuits de la planète.

Mais cette magnifique carrière, il n’aurait jamais dû la vivre ! Accusé de détention d'armes, il est condamné à mort au printemps 1943. Il a 19 ans.

Miraculeusement épargné, il n’échappe ni à l’emprisonnement ni à la torture. Otage au fort de Romainville, puis déporté NN au camp de Natzweiler-Struthof et divers autres « kommandos », victime de multiples sévices, sa vie n’a tenu qu’à un fil jusqu’à sa libération en avril 1945.

Dans le film « Au plus profond de la nuit », il avait déjà livré quelques bribes de son parcours dans l’enfer concentrationnaire nazi. Le présent documentaire reprend et complète ce premier témoignage.

A l’aube de ses 97 ans, en décembre 2020, Henri Mosson a accepté de revenir sur les lieux où tout a commencé. Dans la vallée de l’Oze, là où le natif de Boux sous Salmaise s’est lancé en résistance avec quelques camarades, notamment en récupérant et en cachant les armes de l’armée française en débâcle. Et à Dijon, là où son arrestation a basculé dans la tragédie.

Ce film est la chronique des deux années qui ont marqué Henri Mosson de manière indélébile. Sans haine, sans colère, avec son inaltérable force de caractère, il transmet aux générations futures son expérience édifiante et sa conviction que face à l’adversité, face à l’intolérable, le choix se réduit à une simple alternative : être soumis ou être résistant.

Communiqué

Infos-dijon.com - Mentions légales