> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
02/06/2022 19:27

DIJON : La bibliothèque Mansart se transforme dans l’ère du temps

La Ville de Dijon poursuit un projet de transformation de la bibliothèque Mansart. L'adjointe au maire Christine Martin a présenté ce mercredi 1er juin la démarche entreprise au sein de la structure municipale.
Il est des bâtiments culturels bien plus identifiés, visibles. La bibliothèque Mansart, située à l’angle du boulevard Mansart et de la rue d’Auxonne, se remarque peu voire pas du tout, son entrée principale se trouvant même dans le sas de la mairie annexe.

La refonte de cette entrée demanderait une opération conséquente mais il n’empêche que la bibliothèque en question poursuit un projet de transformation, en son sein mais aussi avec la volonté de s’ouvrir vers l’extérieur.

La genèse du projet remonte à la révision des services du réseau des bibliothèques municipales de Dijon entamée en 2018. À la bibliothèque Mansart, où la fréquentation ainsi que le nombre d’abonnés sont en baisse, il fallait repenser le cadre tout en s’interrogeant sur les usages des publics, aussi bien actuels que potentiels, et par conséquent sur les nouveaux services à proposer ou bien sur ceux à faire évoluer.

Faire venir et aller vers le public


«On a par exemple constaté une baisse de la lecture mais l’attachement à la bibliothèque disons classique perdure tout de même. L’intérêt n’est pas que les collections de livres disparaissent, mais les usagers attendent aussi autre chose de leur bibliothèque aujourd’hui, des ateliers créatifs, des conférences, des débats, ou même venir boire un café, regarder un film et jouer aux jeux vidéo. Et puis l’idée n’est plus seulement de faire venir le public, mais de faire venir le service au public. Même si on transforme cet espace en Disneyland, des personnes ne viendront jamais», explique Maxime Dhôtel, responsable de la bibliothèque Mansart.

On n’ira pas jusqu’à parler de révolution mais d'une évolution déjà bien engagée. Cela notamment dans une structure qui date du début des années 1970 et qui n’a jamais fait l’objet de travaux complets.

«Vous êtes ici dans le grand bain d’un laboratoire participatif», a lancé Christine Martin, adjointe au maire déléguée à la culture, en présentant la démarche entreprise à la bibliothèque Mansart ce mercredi 1er juin 2022. Une démarche s’inscrivant «dans la volonté de la majorité municipale de réorienter les politiques publiques vers une plus grande participation des usagers, pour créer des éléments qui les concernent, dans lesquels ils se sentent intégrés et auxquels ils auront participé. Ça va nous servir de laboratoire d’expérimentation pour d’autres sites de la ville, pour créer des lieux qui vous ressemblent».

«Comment s’intéresser également à celles et ceux qui ne viennent pas ?»


L’élue municipale a alors souligné à propos de la structure culturelle municipale au centre des discussions : «Il s’agit aujourd’hui de réfléchir sur ce que peut être la bibliothèque Mansart de demain. Comment elle s’inscrit dans ce vaste quartier ? Comment elle est agréable à utiliser ? Quels services souhaitent y trouver celles et ceux qui participent à la vie du lieu ? Comment s’intéresser également à celles et ceux qui ne viennent pas ? La meilleure des démarches est aussi d’aller au-devant des personnes qui ne se sentiraient pas à l’aise ou qui penseraient que ce lieu n’est pas fait pour elles».

S’appuyant sur une enquête menée de mars à mai 2022 hors les murs par les bibliothécaires auprès des habitants du quartier, une centaine de personnes ayant été interrogées et plus de 250 retours ayant été enregistrés, un diagnostic poussé mais aussi une modélisation 3D de la possible bibliothèque Mansart de demain ont été réalisés par l’agence de design de services Itinéraire Bis. Des ateliers de co-conception se sont aussi tenus.

Une bibliothèque modulable pour d’autres pratiques que la lecture


«Demain, il faut que la bibliothèque soit modulable pour pouvoir accueillir d’autres pratiques mais aussi qu’elle garde quand même son cadre et sa singularité», a résumé Gaëtan Barbé de l’agence de design. Les premières touches-tests de la transformation annoncée se remarquent au travers de nouveaux mobiliers et de nouveaux espaces, dont un meuble multi-usages, une bouturothèque à l'entrée, un coin café, un hamac, une maison en bois sur roulettes dans l’espace des enfants et l’agora ayant permis aux usagers et porteurs du projet de se retrouver ce mercredi autour d’axes d’amélioration et d’idées à développer.

Dans les axes identifiés justement, la bibliothèque Mansart doit devenir à terme un troisième lieu, «solidaire et intégrée dans son territoire, avec les habitants et les partenaires» a retenu Christine Martin. Sans oublier de mieux faire connaître les services numériques existants. La dimension d’une structure «hors les murs» est ressortie parmi les premiers travaux à développer.

Des travaux en 2023


Maxime Dhôtel a par exemple annoncé qu’un vélo-cargo permettra «d’aller au pied des immeubles, dans les cours de résidences, d’amener la culture aux habitants». Un partenariat avec la maison de quartier L’Archipel est envisagé en ce sens. D’autres actions devraient être mises en place avec Cynécyclo, le Panda et ses espaces numériques, le multi-accueil Mansart, le Bistrot de la Scène, l’Atheneum et l’Afev.

À la bibliothèque Mansart à proprement parler, une amélioration de la signalétique, un rafraîchissement complet et une réorganisation du mobilier afin de mieux aérer les collections sont prévus au printemps 2023, avec des travaux qui s’étaleront jusqu’au dernier trimestre 2023. Les modalités de fermeture durant cette période ne sont pas encore définies.

Selon les projections et préconisations faites par l’agence Itinéraire Bis - modélisées mais pas définitives suivant les expérimentations poursuivies autour des usages -, le coût total de l’opération pourrait s’élever entre 450.000 et 600.000 euros, les arbitrages budgétaires n'étant pas encore arrêtés.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier