Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
17/04/2022 20:19

DIJON : «Le cirque est un spectacle total», s'enthousiasme le directeur du festival Prise de CirQ’

Jusqu’au 27 avril, l’association dijonnaise CirQ’ônflex propose une programmation dense de cirque contemporain, présentée le 14 avril dernier au cinéma Eldorado. Cette année, le festival jouera même les prolongations début juillet.
Le printemps est là et le festival Prise de CirQ’ est de retour. Pour la quatorzième année, l’association dijonnaise CirQ’ônflex remet le couvert à Dijon et dans la métropole, pour faire découvrir et aimer le cirque contemporain, ses différentes formes et ses multiples influences artistiques.

Cette nouvelle édition marque aussi un tournant pris par les organisateurs puisqu’ils joueront les prolongations dans l’espace public du 2 au 9 juillet prochains.

N’oublions pas non plus de dire que les artistes investissent cette année encore le jardin de l’Arquebuse. Ce fut le cas ces 15 et 16 avril, de même que les 21, 26 et 27 avril prochains pour la clôture de ce premier temps du festival. Résidences et ateliers accompagnent les représentations professionnelles, l'association dijonnaise poursuivant ses actions culturelles et son éducation artistique.


«Partager la culture de façon joyeuse et intelligente»


La projection de «La grande aventure du Cirque Plume» a lancé le festival au cinéma Eldorado jeudi 14 avril 2022, en présence notamment de Christine Martin, adjointe au maire de Dijon déléguée à la culture, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, et François Dugourd, vice-président délégué du Département de la Côte-d’Or.

«C’est un festival incontournable qui a su, dès sa création, accueillir un public important. Même si le langage du cirque peut être parfois complexe en flirtant avec d’autres disciplines, ça reste un art populaire et le développer dans l’espace public est une manière de convier les habitants, les enfants à assister à des spectacles pour partager la culture de façon joyeuse et intelligente», a souligné Christine Martin.

Les trois collectivités citées sont au rang des principaux partenaires d’un festival au budget de 130.000 euros «qui réunit en moyenne 7.000 personnes chaque année».

Questions à Nathan Jannaud

Directeur artistique du festival

Comment présenter le festival Prise de CirQ’ ?

«Ce festival est un temps fort dédié à la création circassienne contemporaine, au spectacle de cirque d’aujourd’hui qui mélange autant le théâtre que la danse mais aussi les arts plastiques. On en est aujourd’hui à la 14ème édition, dont deux dernières éditions un peu chamboulées.

L’aventure a commencé dans la rue Berbisey en 2009 et on grandit encore. C’est un festival qui chemine dans la métropole dijonnaise et qui permet de croiser les publics. L’esprit transgénérationnel est aussi cultivé au travers de la programmation. Toute cette diversité casse les barrières habituelles des spectacles réservés à une tranche d’âge.

Le cirque d’aujourd’hui est très demandé par les familles mais pas que. On peut même voir du cirque à l’Opéra.»

La réussite de CirQ’ônflex est de mettre en avant du cirque qui évolue avec son temps, non ?

«Complètement, c’est faire fi des étiquettes artistiques classiques et s’inspirer de multiples influences. Le cirque est devenu un spectacle total qui varie selon les créateurs, avec des formes et des propos différents, très intimistes parfois, en circulaire, en frontal, ça dépend des compagnies.»

La crise Covid a-t-elle poussé certaines compagnies, ou certains festivals comme le vôtre, à se réadapter ?

«Certainement. Ces deux années compliquées nous ont posé des questions pour faire mieux sans considérer que tout est forcément acquis. L’avantage de la période de crise sanitaire est que nous avons pu programmer un peu plus sur l’été, un peu plus en extérieur. Ce sont des nouvelles possibilités à explorer qui nous ont fait dire que le mois d’avril, le mois historique du festival, n’est pas forcément inscrit dans le marbre et qu’on peut réunir le public et les artistes à d’autres moments. La période de juin-juillet nous intéresse pour les futures éditions. Et pourquoi pas s’installer dans un deuxième lieu un peu comme l’Arquebuse. Mais rien n’est figé.»

Quelles sont donc les grandes dates du festival Prise de CirQ’ 2022 ?

«Il se déroule jusqu’au 27 avril mais nous ferons également ce qu’on a appelé des prolongations du festival, du 2 au 9 juillet à la Fontaine d'Ouche et à Talant notamment.
Pour le premier temps du festival, on a commencé à l’Eldorado et on finira dans le jardin de l’Arquebuse, en passant par le théâtre Mansart, la Minoterie, la Vapeur, la ville de Quetigny.»

Quelles sont les têtes d’affiche de cette édition ?

«On a la compagnie Rasposo qui joue en ce moment son spectacle Oraison à Quetigny (jusqu'au 23 avril, sous le chapiteau de l'esplanade Mendès-France), que l’on devait accueillir en 2020 et en 2021. Et puis on aura «Le pas grand chose» de Johann Le Guillerm, une sorte de conférence pataphysique, ludique, qui raconte de manière pseudo-scientifique toutes ses recherches artistiques. Une conférence très décalée qui change de ce qu’on peut voir.»

Propos recueillis par Alix Berthier
Photos : Alix Berthier (sauf mention particulière)

Toute la programmation du festival




 Photos : Edouard Barra






Infos-dijon.com - Mentions légales