Recherche
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
20/07/2020 03:24

DIJON : ST’ART, l’application qui évolue pour et avec les passionnés de l’art urbain

L’application gratuite ST’ART, recensant les oeuvres d’art urbain là où l’on se trouve, en est aujourd’hui à sa troisième version. Elle est le fruit de la démarche de deux amis dijonnais. Focus.
Tous deux Dijonnais, Boris Regragui et Aurélien Mann avaient suivi une formation en informatique dans le même BTS au lycée Le Castel. Aurélien est aujourd'hui infographiste dans la gestion et la modélisation du patrimoine. Boris s’occupe d’une plateforme de formations en ligne. Voilà des compétences qu’ils ont su mettre à profit, autour d’une passion commune pour le street-art, l’art urbain devant lequel les deux amis ont pu s’arrêter des centaines de fois dans différents lieux, endroits, villes et pays.

Un catalogue mobile et touristique des oeuvres d’art urbain


Leurs stocks respectifs devenaient très importants. «Pourquoi ne pas tout regrouper et en faire profiter tout le monde ?». C’est en substance la réflexion qui s’est concrétisée par la création d’une application. Boris se souvient aussi avoir visité la Belgique «sans carte, à base de street-art».

L’application ST’ART, créée sous statut associatif (ST’ART Prod) par les deux amis après six mois de développement et sortie en avril 2019, se veut être un catalogue mobile et touristique des oeuvres d’art urbain, en France et même à l’étranger.
La troisième version de l’application, mise à jour dernièrement, visait à régler notamment les problèmes de géolocalisation sur le système d’exploitation iOS (Apple). Un paramètre déterminant quand on s’intéresse au contenu de l’application.

Gratuité et dynamique participative


C’est en fait l’utilisateur de celle-ci qui est amené à l’enrichir de photos de street-art prises ici ou là. Les photos sont prises par les passionnés et soumises à validation pour publication sur la map de ST’ART. Une publication contenant le nom de la rue où l’oeuvre a été photographiée, le nom du photographe (ou pseudo), sans oublier le nom de l’artiste.

La dimension participative laisse tout de même du boulot derrière à Aurélien et Boris. Valider et compléter les publications quand il peut par exemple manquer le nom de l’artiste, identifier chaque semaine les nouveautés afin que l’utilisateur les trouve plus clairement s’il le souhaite… Accompagnés d’un développeur, ils y passent, chacun, «entre une à trois heures par jour».
Aurélien ajoute même : «Aujourd’hui, l’application nous coûte entre 150 et 200 euros par mois, avec le compte développeur, l’hébergement sur les plateformes de téléchargement, l’édition de flyers pour la promouvoir… Peut-être nous créerons à terme des partenariats autour de rendez-vous sur le street-art».

Cependant, les deux créateurs tiennent à ce que l’application reste gratuite et participative, «pour les utilisateurs». Avec aussi l’envie de «faire le lien entre les gens dans la rue et les artistes».
D’autres rubriques pratiques sur l’application telles que les actualités et l’agenda d’événements d’art urbain en France (comment s’y rendre ? Contacter les organisateurs ?) s’inscrivent dans cette démarche, amenée à se développer sans cesse selon les deux porteurs du projet.

Plus d’un millier d’oeuvres envoyées par les utilisateurs


«Un quart des oeuvres répertoriées sur ST’ART nous ont été envoyées par les utilisateurs». Ils en ont rentré à eux deux la plus grosse part - environ 3.000 (ST'ART recense donc 4.000 oeuvres) -, mais Aurélien et Boris ont conscience que cet engouement participatif traduit bel et bien l’importance de la communauté, en se rappelant aussi que c’est grâce à un crowfunding de 1.500 euros que l’application a pu être lancée.

En ce moment, les deux créateurs disent recevoir une centaine de photos par semaine, «de France, du Mexique, d’Inde, d’Espagne»…
L’art urbain stimule les amateurs et passionnés... Aurélien et Boris le restent plus que jamais, en essayant de faire évoluer l’application selon les retours des utilisateurs avant tout et les sollicitations des artistes. L’objectif : aller plus loin dans chaque fonctionnalité, en phase et en réactivité avec le dynamisme d’un art urbain au caractère éphémère pour bon nombre d’oeuvres. D’autres ne le sont pas et apportent une certaine originalité permanente au cadre urbain.

Archiver les photos d’oeuvres éphémères ternirait un peu le charme de la carte de ST’ART, mais pourquoi ne pas les enregistrer dans les fiches des artistes ? À quand la publication sur les réseaux sociaux à l’instant T de l’ajout d’une photo sur l’application ? À quand la possibilité d’ouvrir un compte utilisateur pour être plus facilement identifié en tant que contributeur au «catalogue mobile» ? Ces questions sont d’ores et déjà des pistes travaillées pour la prochaine mise à jour par Aurélien et Boris.

La troisième version évoquée apporte plus de clarté au support et vous emmène au plus près des oeuvres. «Tout ce qui est art urbain, mosaïque, fresque, sculpture, graffiti, pochoir…», précisent les créateurs de l’application.
Pour des raisons commerciales, le nombre de téléchargements de ST’ART n’est pas dévoilé. L’application est téléchargeable sur Google Play et Apple Store.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Quoi de neuf pour cet été ? Le plein de nouvelles fonctionnalités


- Une nouvelle présentation des œuvres sous forme de vignettes, avec pour chacune d’entre elles le détail (artiste, date de publication, pseudo…) offre une meilleure visibilité.

- En plus de fonctionnalités déjà existantes, ST’ART enrichit l’expérience de l'utilisateur grâce à l’affichage en temps réel de la distance qui le sépare de l’œuvre, et calcule l’itinéraire le plus proche en mode piéton !

- Une nouvelle fonction de recherche permet de trouver rapidement les nouvelles publications ajoutées, signalées chaque semaine par une notification que l’on peut évidemment activer ou non.

- La fonction de géolocalisation a été améliorée. Plus précise, elle est 100% compatible sous iOS et Android.

Et très prochainement…


- Vous pourrez complétez le nom d'un artiste ou indiquer une mise à jour à effectuer sur une œuvre. Et vous pourrez directement poster sur vos réseaux sociaux une œuvre trouvée sur la carte ! Cette nouvelle version de la carte se veut résolument pratique, intuitive, et instructive.