Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
21/11/2021 13:00

DIJON : «Une belle occasion redécouvrir les arts de l’Islam, loin de la courte vue de la théorie du grand remplacement», affirme Christine Martin

L’exposition «Arts de l’Islam. Un passé pour un présent» est en place au musée des Beaux-Arts de Dijon jusqu’au 27 mars 2022. Son inauguration s’est déroulée le samedi 20 novembre.
À Dijon, l’exposition «Arts de l’Islam. Un passé pour un présent» est un événement pour plusieurs raisons.

D’abord, la ville de Dijon fait partie des 18 villes en France à l’accueillir, autrement dit à contribuer à «un projet unique». Coproduite par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et le musée du Louvre -, l’exposition se tient effectivement dans 18 villes (De Saint-Denis à Rouen en passant par Rennes, Nantes, Angoulême ou bien Narbonne et Mantes-la-Jolie). Un projet construit par le ministère de la Culture à la demande du Premier ministre, qui vise à mettre en valeur les arts de l’Islam.


Lors de l’inauguration de l’exposition ce samedi 20 novembre 2021 au musée des Beaux-Arts de Dijon, Christine Martin, adjointe au maire de Dijon déléguée à la culture, a insisté sur quelques idées fortes contenues dans la trame du projet.
Celui-ci «n’est pas un choc des cultures mais un dialogue fructueux». Il permet de «redécouvrir les arts de l’Islam, loin de la courte vue de la théorie du grand remplacement».

Pour l’élue municipale, ceux qui avancent cette théorie «devraient avoir honte» tellement les échanges entre les civilisations sont «profonds et féconds».

«Évoquer le lien entre la France et les arts islamiques, c’est tirer le fil d’un dialogue entre des cultures qui s’enrichissent mutuellement depuis plus de 13 siècles», préfère plus justement retenir Christine Martin, en faisant aussi remarquer que les richesses culturelles pouvant être admirées aujourd’hui sont «le contraire de l’obscurantisme qui anéantit les principes de l’Islam».

En parallèle, l’élue municipale voit en ce projet décliné à Dijon «une réponse directe à la haine et aux débats stériles».

«Une culture ouverte, une invitation au voyage»


Événement également car cette exposition, qui est celle temporaire accueillie au musée des Beaux-Arts cette année et qui comme les précédentes fut ouverte avec beaucoup de plaisir, est l’un des temps forts du festival dijonnais Les Nuits d’Orient.

C’est aussi dans ce cadre-là que Christine Martin a réaffirmé la volonté d’«une culture ouverte, une invitation au voyage», en l’occurrence au rythme des empreintes laissées par les civilisations de l’Islam.

Conservatrice des musées de la ville de Dijon et commissaire de l’exposition, Catherine Tran-Bourdonneau précise que «le format commun des 18 expositions n’est pas un formatage».
Au musée des Beaux-Arts de Dijon, l’exposition est déclinée d’après sa collection. Sont notamment exposés : des ivoires produits en Sicile au 13ème siècle, un coffret de l’Espagne sous dynastie nasride du 14ème siècle, une bouteille à décor peint de l’Égypte mamelouke du 16ème siècle, le nécessaire d’un bijoutier iranien du 19ème siècle, ou encore un portrait de jeune femme aux roses sous la dynastie persane des Qajars.
«Des objets perçus comme lointains mais qui sont devenus proches, des objets qui sont autant de fenêtres ouvertes sur la création en terres d’Islam, en Inde, au Proche-Orient mais aussi au Maghreb ou en Espagne», souligne Catherine Tran-Bourdonneau.

L’installation contemporaine de Michel Aubry, «Table militaire et sept tapis afghans» (en partenariat avec le FRAC Bourgogne) est une représentation des questions géopolitiques et conflits armés qui ont souvent dominé dans la perception du monde islamique depuis des décennies.

Autour de cette exposition, des actions de médiation et d’éducation peuvent être mises en place. Elles sont encouragées par le ministère de l’éducation nationale.

L’entrée à l’exposition est gratuite. Celle-ci est ouverte tous les jours de 9h30 à 18h, sauf le mardi. Exposition fermée le 25 décembre 2021 et le 1er janvier 2022.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier
















Infos-dijon.com - Mentions légales