Recherche
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
17/04/2020 14:18

HOMMAGE : «Christophe aimait les musiciens»

L’interprète des chansons Aline, Les Mots bleus, Les Marionnettes, Les Paradis perdus… a succombé, jeudi, à une maladie pulmonaire. A Dijon, le chanteur Romain Lamia connaissait bien Christophe.  
C’est en 1963 que Christophe, Daniel Bevilacqua pour l’état civil, enregistrera son premier 45 tours intitulé, Reviens Sophie. Une chanson qui restera confidentielle. La notoriété arrivera en 1965 avec la célèbre balade, Aline. Suivront ensuite une multitude de titres comme, Les Marionnettes, Les Mots bleus (1974) Succès Fou (1983) ou encore, Ne raccroche pas (1985).

A Dijon


Si le chanteur s’est produit en 2014 lors du concert de rentrée, place de la libération, Christophe connaissait bien un dijonnais rencontré quelques années plutôt dans le sud de la France. Il s’agit du chanteur Romain Lamia. Lire ICI 

Vous vous êtes connus dans un petit village du sud de la France ?


Romain Lamia : «C’est ça, sur la place centrale ou il avait ses habitudes et moi les miennes. Nous avons cohabité lors de nos parties de pétanques. Nous étions voisins de table, et puis notre passion commune pour la musique nous a rapproché» 

Il respectait votre travail


«Quand je lui ai cité les noms des musiciens avec lesquels je travaillais, il m’a dit que c’étaient des monstres, que j’avais beaucoup de chance. Christophe a été un des rares à avoir pris le temps de me recevoir et à écouter mes albums»

Il vous a donné son avis sur vos albums ?


«Il me ne donnait jamais son avis sur mes chansons, et il m’avait répondu : Ceux qui donnent leur avis sont des cons…Il avait tellement raison. Lui que la presse a applaudi, critiqué, applaudi, critiqué... et qui lui rend aujourd’hui hommage»

Un extraterrestre


«Christophe vivait dans son monde, dans sa bulle. C’était un extraterrestre, mais très humain. On se voyait tous les ans, me demandait toujours des nouvelles de ma famille. On parlait musique mais surtout des musiciens. On avait vraiment ce point commun»

Si vous deviez retenir une chanson


«En fait j’en ai deux. Il y a, Les mots bleus, à cause de sa sonorité et sa façon de l’interpréter. Cette chanson résume bien l’artiste qui n’était pas un chanteur à voix, mais plutôt un passeur de mots et de sons. Et puis la reprise de, Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux. Là, on a une interprétation qui est de loin la meilleure, à part celle de Michel Berger. Cette reprise nous fait vraiment rentrer dans l’univers de Christophe»

Hospitalisé le 26 mars 2020 à Paris pour insuffisance respiratoire, le chanteur avait ensuite été transféré à Brest par un TGV médicalisé. Dans un communiqué sa femme Véronique Bevilacqua et sa fille Lucie ont annoncé son décès le jeudi 16 avril 2020 «des suites d’un emphysème». Christophe avait 74 ans.

                                                                                                                                                                                     Norbert Banchet
                                                                                                                                                          Photo archives : Romain Lamia