Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
06/02/2024 19:53
4064 lectures

SALON DE L'AGRICULTURE : «Les plus belles rencontres sont naturelles», pour thème de l'édition 2024

Les organisateurs comptent «faire connaître le métier» des agriculteurs du 24 février au 3 mars, à Paris, en incitant à adopter la «SIA'ttitude».
«La valeur fondamentale du Salon international de l'agriculture est la pédagogie», explique Valérie Le Roy, directrice du premier événement de France, ce mardi 6 février 2024, en présentant les grandes lignes de l’événement : «les exposants viennent pour faire connaître leur métier».

Avec 600.000 visiteurs attendus porte de Versailles, à Paris, du 24 février au 3 mars, «1% de la population française peut entrer en contact direct avec un agriculteur» au gré de la thématique «les plus belles rencontres sont naturelles».

Les organisateurs du Salon de l'agriculture espèrent également «déclencher des envies de rentrer dans le métier» au cours de l'événement puisque, en moyenne, plus de 30.000 personnes viennent exclusivement pour des raisons professionnelles.


«Le respect des animaux, le respect des visiteurs entre eux»


Pro ou badauds sont incités à adopter la «SIA'ttitude» fondée sur «le respect des animaux, le respect des visiteurs entre eux».

Les organisateurs insistent tout d'abord sur les mesures prises en faveur du bien-être animal. «On a travaillé depuis des années avec un cabinet de vétérinaires qui sillonne les allées et fait un rapport en fin de salon pour faire un point d'amélioration», expose Jean-Luc Poulain, président du Salon de l'agriculture.

Ainsi, au lieu de seaux qui avaient tendance à se renverser et à devenir inaccessibles pour les animaux, un abreuvoir automatique des bovins a été mis en place.

Le sol des bovins, habituellement fait de paille sur un plancher, a été complété par un tapis de caoutchouc.

Cette année, toujours pas de volailles en raison de la prophylaxie à mener face au risque de grippe aviaire.

Des «temps nocturnes» imposés aux exposants


Concernant le rythme de vie des animaux, «on impose des temps nocturnes la nuit, on baisse la lumière au niveau de veilleuse», signale Jean-Luc Poulain évoquant des mesures similaire pour la température et le bruit.

La majorité des bovins restent quatre ou cinq jours porte de Versailles. Une rotation est effectuée dans la nuit du mardi au mercredi.

680 tonnes de fumier à réutiliser


Durant 21 jours, prestataires, animaux et visiteurs se relaient porte de Versailles, soit une «ville éphémère» d'un million de personnes.

En matière d'environnement, «on fait des efforts», assure Valérie Le Roy, «on passe des économies d'énergie à la réduction d'utilisation de certains fluides comme l'eau». Les organisateurs favorisent également le tri des déchets, le recours aux énergies renouvelables et la réutilisation des biodéchets.

Ainsi, le Salon de l'agriculture génère 680 tonnes de fumier à réutiliser. GRDF installera une mini-cuve de méthanisation pour présenter le procédé aux visiteurs.

Vers «une maîtrise plus importante» de la consommation d'alcool


«On rappelle au public de ne pas toucher les animaux», appuie Valérie Le Roy. «Et aux journalistes de ne pas monter sur les animaux», enchaîne Jean-Luc Poulain, «on a déjà retrouvé un journaliste à califourchon sur une vache lors de la visite du président de la République».

Autre sujet sensible, la consommation d'alcool qui est abordée dans un «code de bonne conduite». «Il est difficile d'interdire», relève Valérie Le Roy, «en revanche, on peut encadrer pour arriver à une maîtrise plus importante». «On propose que, de manière collective, on contribue à faire que le Salon se déroule dans une ambiance correcte, familiale et festive pour toute sorte de public.»

«On affirme que pour que le Salon reste un salon convivial on va mettre en place de la prévention, déployer des actions sur site et passer à des sanctions», prévient Valérie Le Roy, «si exposant sert trop d'alcool, on fera respecter la loi».

Ainsi, après une étape d'information puis d'avertissement, un stand qui ne respecterait pas ses engagements pourra être fermée de «plusieurs heures à plusieurs jours».

«On va suivre les chiffres d'entrée à l'heure»


En 2023, devant l'affluence, le Salon a dû fermé de façon anticipé à 16 heures le deuxième samedi pour des raisons de sécurité. «On a tiré des leçons», assure Valérie Le Roy, «on va suivre les chiffres d'entrée à l'heure».

Une campagne de communication sera déployée pour inciter à préférer les jours de semaines, ce qui devrait être facilité par la fin des vacances scolaires de la zone C dès le premier dimanche.

Jean-Christophe Tardivon

Le dossier des organisateurs du Salon de l'agriculture 2024


Oreillette, vache égérie de la soixantième édition du Salon de l'agriculture


«C'est le salon d'une confiance qu'il faut retisser», estime Marc Fesneau à propos du Salon de l'agriculture 2024



Infos-dijon.com - Mentions légales