Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SORTIR, VOIR, ECOUTER, DECOUVRIR > Sortir, voir, écouter, découvrir
02/02/2024 22:57
5142 lectures

TOURISME : «Des Jeux et des dieux» au MuséoParc Alésia en 2024

L'équipement culturel et touristique de l'Auxois ouvre ses portes au public en proposant des animations dès le 10 février prochain. Le 23 mars débutera une exposition tissant des liens entre les Jeux olympiques antiques et Paris 2024.
L'année 2024 s'annonce olympique au MuséoParc Alésia. L'exposition temporaire 2024 «Ô Sport, des Jeux pour des dieux» a pour ambition de raconter du 23 mars au 30 novembre ce qu'étaient les Jeux olympiques dans l’Antiquité et comment le Français Pierre de Coubertin a réinventé les Jeux olympiques en 1894.

Les familles continuent d'être le principal public visé par le centre d'interprétation du siège d'Alésia – opposant Vercingétorix et César en 52 avant notre ère – situé au pied du mont Auxois où se déploient les vestiges d'une ville gallo-romaine et trône une statue du guerrier gaulois.


«Notre force est d'accueillir du matin jusqu'au soir des visiteurs avec des enfants et d'avoir ainsi un mode de picorage des activités, des visites», indique Laurent Bourdereau, directeur du MuséoParc Alésia, ce vendredi 2 février 2024, lors de la présentation de la saison 2024 (lire notre article).

La direction de l'équipement dédie cette saison à Sébastien Pitoizet, chargé de communication, décédé brutalement en décembre dernier (lire le communiqué).

Des animations dès le 10 février


Nouveauté 2024 : la saison démarre dès le 10 février prochain puisque des animations seront désormais proposées durant les vacances scolaires des trois zones, ainsi que lors des week-ends prolongés.

Ces animations porteront sur l'histoire d'Alésia et sur l'histoire des Jeux olympiques et seront complétés par des animations physiques pour pratiquer des sports antiques comme le lancer de javelot, le lancer de disque, le saut en longueur mais aussi le break dance ou le trampoline.

«Tisser des liens entre l'Antiquité et les Jeux modernes»


«On va avoir une thématique autour de l'Olympe et des dieux – puisque les Jeux sont portés par les dieux à cette époque-là –, on va parler de discipline, des juges, de la tricherie, qui existait déjà à l'époque», explique Laurent Bourdereau. «On va essayer de transmettre ces thématiques aux visiteurs de la façon la plus immersive et ludique possible.»

«L'idée est de tisser des liens entre l'histoire, l'Antiquité, et la partie contemporaine avec Pierre de Coubertin et les Jeux modernes», précise le directeur. «Il ne s'agit pas de montrer des objets anciens mais plutôt d'expliquer ce qu'étaient les Jeux».

«Une piste d'athlétisme dans le hall d'accueil»


Avec «Ô Sport, des Jeux pour des dieux», le MuséoParc Alésia proposera donc «une exposition d'atmosphère, didactique, immersive et familiale», insiste Mathilde Le Piolot-Ville, responsable de l'action culturelle du MuséoParc Alésia. L'agence Freaks a signé la scénographie et l'agence Headquarter le graphisme.

Comme l'explique Cyril Gauthier de l'agence Freaks, l'exposition débutera «dès l'entrée du musée avec une piste d'athlétisme dans le hall d'accueil». Il s'agira d'une exposition «à découvrir sous plusieurs angles» de façon à «donner une expérience aux visiteurs, immergés totalement dans des arènes avec un propos inversé, le spectateur étant dans l'arène et les objets dans les gradins». Certaines statues seront reproduites à l'échelle 1.

Réalisé avec le partenaire Gerflor, la piste d'athlétisme sera réutilisé dans une école une fois l'exposition terminée.

Pour caractériser l'année, l'agence Temps réel a dessiné une identité visuelle spécifique basée sur une Flamme olympique symbolisé et des couleurs des anneaux olympiques.

Les chercheurs de l'université chassent les fake news sur les JO


Durant l'exposition temporaire, le laboratoire Artéhis proposera six conférences sur les Jeux olympiques. Seront abordés notamment les athlètes, les enjeux politiques, le sanctuaire d'Olympie et la fin des Jeux dans le contexte de développement du christianisme.

Comme l'explique Sabine Lefebvre, professeur d'histoire romaine et directrice du laboratoire Artéhis, les chercheurs proposeront un «carnet hypothèse» pour battre en brèche les «fake news» concernant les Jeux olympiques.

Temps forts les 12, 13 et 14 juillet


L'INRAP installera une nouvelle «archéocapsule» à l'entrée du bâtiment qui portera sur l'histoire du sport de l'Antiquité à nos jours.

En terrasse, les visiteurs pourront découvrir «une olymphonique» : le créateur sonore Stéphane Marin a imaginé une diffusion en hexaphonie sur 60 mètres au pied des bouleaux.

Lors de la Nuit des Musées, le 18 mai, la société suisse Firefox proposera un «rituel du feu» autour des fortifications en ayant recours à 750 pots de feu tandis que 150 musiciens locaux interviendront.

Un extrait du spectacle Sol invictus de Hervé Koubi sera joué juste avant le passage du Relais de la Flamme olympique, le 12 juillet. De plus, le MuséoParc Alésia proposera d'apprendre une chorégraphie de Hervé Koubi pour réaliser ce jour-là un flash mob avec une centaine de personnes.

De nombreux reconstitueurs gaulois, romains et grecs seront présents lors du traditionnel week-end De ballo gallico, les 13 et 14 juillet, pour lequel les parades seront repensées par rapport aux années précédentes avec notamment plus de chevaux.

Jean-Christophe Tardivon

MuséoParc Alésia
«Ô sport, des Jeux pour des dieux» du 23 mars au 30 novembre
Exposition créée dans le cadre du label Terre de Jeux 2024 du Département de la Côte-d’Or.
Avec le soutien du Musée Olympique à Lausanne, la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie, le Conseil départemental de Côte-d’Or, la DRAC Bourgogne-Franche-Comté - Ministère de la Culture, les Ateliers d'art de la Réunion des musées nationaux - Grand-Palais, l’Olympiade Culturelle - Paris 2024, l’université de Bourgogne - UFR STAPS de Dijon.

Toute la programmation 2024 dans le dossier du MuséoParc Alésia


«Il y a une rencontre évidente entre les Jeux olympiques et Alésia», selon François Sauvadet



Infos-dijon.com - Mentions légales