Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> SPORTS > BASKET
15/01/2023 03:16
4967 lectures

Vincent Collet : «Avec la JDA Dijon et Cholet, on chasse derrière Monaco»

L’entraîneur de Boulogne Levallois - qui est aussi le sélectionneur de l’équipe de France de basket -, se confie dans une interview à Infos Dijon. Il parle de la JDA Dijon, du championnat de France, du prodige Victor Wembanyama, des J.O. de Paris 2024 qui le font rêver, mais aussi de l’Elan Chalon.
Il n’a pas soixante ans, donc pas l’âge de la retraite, mais il a une place tellement importante dans le basket français, qu’il est déjà une légende. Vincent Collet, sélectionneur de l’équipe de France, est aussi l’entraîneur heureux de Boulogne Levallois. Heureux, car le prodige du basket français Victor Wenbanyama travaille sous sa houlette. Et celui que tous les clubs de NBA voudraient faire signer assure aux Métropolitans des salles pleines partout. Comme au Palais des Sports de Dijon, ce 15 janvier. Forcément, pour un entraîneur, des salles pleines c’est enthousiasmant. Avant le match choc à Dijon, Vincent Collet s’est confié dans une interview à infos-dijon. Et c’est passionnant.

 
Affronter la JDA au Palais des Sports de Dijon, c’est un match que vous redoutez ?
VINCENT COLLET : «Il n’y a pas de match facile. Ils sont tous difficiles. A Dijon, comme ailleurs, ou comme chez nous. Ce n’est pas un match plus spécial que les autres, même si on vient affronter une équipe que l’on devance d’une seule victoire…»
 
Vous avez battu l’ASVEL, la semaine dernière, comme la JDA Dijon l’a fait. Battre l’ASVEL c’est un label ?
«Non car l’ASVEL n’est pas aussi redoutable qu’on le pensait au début de saison. Dans ce championnat cette saison, il y Monaco et les autres. Monaco est au-dessus. Je considère qu’avec Boulogne – Levallois on fait partie des équipes qui chassent derrière le club de la Principauté. Au même titre que Dijon, Cholet. On a tous pris un petit ascendant sur Bourg en Bresse et Limoges. Mais le championnat va être encore très long. On est seulement à la moitié»
 
Partout où vous vous déplacez, les salles sont pleines. C’est plus compliqué ?
«Non, non, ce n’est pas plus compliqué à gérer. On sait que beaucoup de passionnés veulent voir Victor Wembanyama. Et c’est très bien et très bon pour le basket. Non seulement on ne se plaint pas, mais on est très heureux».
 
Comment l’avez-vous convaincu de vous rejoindre ?
«C’était sa décision. Ce n’est pas moi qui suis allé le chercher. C’est lui qui a demandé à venir à Boulogne – Levallois pour travailler avec moi. Avec ses agents, il a estimé que j’allais, qu’avec le club on allait lui permettre de progresser. C’est vrai que l’équipe est construite autour de lui, avec des conditions favorables pour développer son jeu. Il sait qu’à l’âge où il a, il a encore beaucoup à apprendre, alors si on peut l’aider…»
 
Si vous aviez à lui conseiller de choisir entre la NBA et l’Euroligue, que diriez vous ?
«Ce n’est pas une discussion. Il rêve de la NBA comme beaucoup d’autres joueurs et il a bien raison. C’est une évidence qu’il rejoigne la NBA. Et je suis convaincu qu’il va réussir en NBA. Ma seule question, la seule question, c’est à quel niveau sera sa réussite. Mais je le répète, Victor est jeune et c’est certain il va encore progresser».
 
Vous comptez donc sur lui pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Vous en rêvez de ce rendez-vous ?
«Toutes les équipes, tous les joueurs rêvent des JO. L’objectif sera évidemment d’avoir une équipe forte et performante. Dans un an et demi, Victor sera obligatoirement plus fort et plus performant. Je suis franc, les JO de Paris, j’y pense très souvent. Il y a deux jours j’ai travaillé avec le coach mental de l’équipe de France. Oui, mine de rien on est déjà dans la préparation de ce formidable rendez-vous, on y pense. On est dans une phase de préparation. Sur un plan plus personnel, les JO de Paris, je les voie comme mon Everest. Je place cet objectif au plus haut !»
 
Dans une interview récente à L’Equipe, Jean-Denys Choulet, l'entraîneur de la Chorale de Roanne, a dit son opposition à voir le nombre d’équipe diminuer dans le championnat de France. Qu’en pensez-vous ?
«J’ai plutôt évolué dans le même sens. Le fait que l’Euroligue évolue, la diminution du nombre d’équipes dans notre élite n’est pas nécessaire. Car il n’y a pas lieu de protéger les équipes qui sont en Euroligue. Il est à mon sens important pour le basket, pour notre basket, d’avoir un bon maillage territorial. Je remarque que dans notre championnat aujourd’hui, même les équipes du bas du classement sont de bonnes équipes. Je rappelle que la volonté de diminuer le nombre d’équipes est née pour répondre à la demande des diffuseurs. Mais il n'y a pas de diffuseur qui postule. Jean-Denys Choulet a donc raison par rapport à nos joueurs. Il faut aussi des matches pour le public dans toutes les salles…»
 
L’Elan Chalon semble cette saison en mesure d’atteindre son objectif de remonter. C’est important pour vous ?
«C’était incongru que ce club soit descendu si vite après son titre de Champion de France. C’était surprenant, car la chute a été brutale. Chalon a sa place dans l’Elite, comme d’autres. Regardez, Nancy est remonté et joue à guichets fermés chez lui à tous les matches».
 
Entre Dijon et Bourg, avec Chalon au milieu, il y a une grosse centaines de kilomètres. Croyez-vous en une fusion de deux clubs ?
«Non, ce n’est pas possible. Une fusion c’est trop compliqué. Dijon, Chalon sur Saôbe, Bourg en Bresse, sont des places fortes du basket. Dijon a pris aujourd’hui le leadership, s’est remis du départ de Laurent Legname et le Palais des Sports est souvent plein, avec en prime de la constance au niveau européen… Bourg est un exemple pout les autres clubs, avec un bassin économique pas énorme, mais beaucoup de partenaires, parce qu’ils travaillent bien. Ils ont construit une belle salle, mais qui est trop petite aujourd’hui. 5000 places ce serait bien. DEt puis Chalon c’est aussi une belle salle, avec de belles assistances. C’est cela le maillage du territoire».
Recueilli par Alain BOLLERY
(Photo Boulogne – Levallois)
 


Infos-dijon.com - Mentions légales