Recherche
> SPORTS > FOOTBALL
15/07/2020 19:07

FOOTBALL : Le DFCO Féminin reprend sur un vent de fraîcheur

Outre la période post-confinement inhérente à toute reprise sportive et le besoin de reprendre, l’équipe DFCO Féminin prépare une nouvelle saison en Division 1 sans plusieurs de ses cadres mais en ayant misé sur des talents offensifs pour se faciliter la quête du maintien voire plus si affinités.
Du côté du DFCO Féminin, l’«après-confinement» apparait d’autant plus comme un renouveau dans le sens où la longue intersaison a vu partir des cadres de l’effectif évoluant en Division 1.
Elise Bussaglia et Laura Bouillot ont décidé d’arrêter au niveau professionnel. Alexia Trevisan et Tatiana Solanet ont rejoint Thonon. Emmeline Mainguy quant à elle ne gardera plus la cage dijonnaise… La défenseure Pauline Dechilly n’a pas été conservée par le club.

«C’est peut-être une page qui se tourne effectivement mais ça fait partie de la vie d’un club», dit aujourd’hui l’entraîneur Yannick Chandioux, pas du tout amer de ces départs et souhaitant de bonnes réussites à ces désormais anciennes joueuses dijonnaises.

«Une belle saison passera par plus de buts, automatiquement»


Ce mercredi 15 juillet, c’était donc un groupe renouvelé, rajeuni, qui s’est présenté à l’entraînement, avec des nouvelles têtes. Car le DFCO Féminin a aussi répondu à ces départs en recrutant, notamment trois attaquantes. «C’était une volonté d’apporter de la puissance et de la vitesse. Une belle saison passera par plus de buts, automatiquement», justifie l’entraîneur dijonnais, comptant désormais parmi ces éléments offensifs Mylène Tarrieu arrivant de Bordeaux, Désiré Oparanozie, nigériane venant de l’En Avant Guingamp, et Sh’nia Gordon, américaine ayant passé la saison 2019-2020 à Metz.
En 16 matchs de championnat joués sur la saison 2019-2020, le DFCO Féminin ne totalisait que dix buts marqués. La saison 2020-2021 sera la troisième consécutive en Division 1 pour le club.

Avec Hélène Fercocq (milieu de terrain) en provenance du FC Metz, Salma Amani (milieu de terrain) qui jouait à Issy et Maryne Gignoux (gardienne de but) qui vient du FC Fleury, six recrues doivent s’intégrer. Ce qui ne pose «pas de problème» selon Yannick Chandioux sachant qu’«elles connaissent le championnat français», convaincu même de disposer d’un groupe assez équilibré.

Il vise une recrue supplémentaire, en défense centrale. «Le recrutement n’est pas terminé. On recherche une joueuse pour remplacer Alexia Trevisan dans l’axe derrière. On va certainement se tourner vers l’étranger», a-t-il lâché lors de l’entraînement.

L’année dernière, les jeunes joueuses Camille Pinel, Amanda Chaney, Coline Stephen et Inès Barrier avaient rejoint le groupe professionnel. À l’aube de cette saison 2020-2021, ce sont les U19 Marie-Jo Girardot et Alicia Soleilhet qui sont promues.

«L’objectif sera de faire plus» que la 9ème place


Compte-tenu des départs de joueuses expérimentées, Ophélie Cuynet, 27 ans, au DFCO depuis 2011, se dit prête à assumer davantage un rôle de cadre, avec l’envie de mettre à profit la préparation pour apprendre à connaitre les nouvelles et leur inculquer les valeurs d’un club familial. Pour ce qui est de la compétition : il faut faire mieux que la 9ème place.

«On a cette volonté de faire mieux. Je pense qu’on avait la capacité, en finissant la saison, de grappiller une ou deux places. Peut-être que notre 9ème place n’est pas réellement la nôtre. L’objectif sera de faire plus», dit en effet Yannick Chandioux. Et plus vite le maintien sera acquis, mieux ce sera, forcément.

Pour l’instant, l’heure est à la reprise on l’a dit. «Le vrai objectif va être de maintenir tout le monde sans blessure, de prendre son temps. On a quasiment 8 semaines de préparation, ce qui est exceptionnel. En tout cas, les 15 premiers jours seront beaucoup plus progressifs que les saisons précédentes».
Yannick Chandioux a prévu plusieurs matchs de préparation et 2 stages. La première rencontre est fixée au 5 août à Oyonnax, contre les joueuses du Servette de Genève. Reims, Paris FC et Fleury notamment sont à l’affiche de cette préparation.

«C’est vraiment un pur bonheur»


Noémie Carage reprenait l’entraînement et revenait d’une grosse blessure ce mercredi. En octobre 2019, la joueuse qui évolue en défense, était éloignée des terrains pour une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit. «J’ai tout fait pour revenir au mieux et les résultats sont positifs».
Pour le coup, son confinement a été «un mal pour un bien» dans le sens où elle s’en est servie à bon escient pour bosser sa réathlétisation. Mais sur le terrain d’honneur des Poussots, un certain soulagement d’en être sortie l’emporte : «Retrouver le ballon, avec le groupe et les filles, c’est vraiment un pur bonheur et j’attendais ça depuis des mois. Tout est au vert et je dois en profiter pour reprendre confiance en mon genou».

«Un soulagement de pouvoir reprendre. Ça fait vraiment du bien d’être sur le terrain», c’est aussi le sentiment exprimé par Maryne Gignoux, la gardienne nouvelle dans le groupe, qui avait envie d’une nouvelle aventure après trois ans à Fleury, se dit prête à s’intégrer aux côtés de son homologue Mylène Chavas.
«Ça va être une concurrence positive. On peut se tirer vers le haut et progresser», dit-elle, appréciant dans un autre registre le style joueuse de l’équipe dijonnaise qui l’a séduite.

Pour cette «rentrée des classes», Yannick Chandioux entend, en parallèle de la montée en puissance progressive vers un rythme compétitif, observer le comportement de son groupe, de ses joueuses, pour caler certains repères peut-on dire… L’ordre des gardiennes n’est pas fixé et le capitanat non plus.
Il s'agit aussi de s'imprégner de la vie du groupe. Tout cela dans une configuration particulière à respecter selon le protocole sanitaire.

La date de la reprise de la D1 Arkema est fixée par la FFF au 5 septembre, sous réserve de modifications possibles.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Retrouvez nos photos sur la reprise de l’entraînement

en cliquant ici