Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
23/10/2020 03:26

ASSURANCES : Pacifica va créer cent emplois en ouvrant une unité de gestion des sinistres à Dijon

Alors que relais de croissance rime avec bancassurance, la filiale assurance dommages du Crédit Agricole souhaite se développer à proximité de ses clients en maillant le territoire français. Le site de la métropole dijonnaise sera bas carbone et le recrutement s'effectuera à bac+2.

Aux yeux des dirigeants du Crédit Agricole, cela ne se sait pas assez mais la banque assure. À prendre dans le sens de l'assurance des clients bien sûr. Depuis 35 ans, la banque propose des produits d'assurance-vie et depuis 30 ans, des contrats assurance dommages. Au point de se revendiquer «premier assureur» en France tous produits confondus et le cinquième dans le champ de l'assurance dommages. «Bancassureur, c'est notre  quotidien» explique Emmanuel Vey, directeur général du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne.

Ce mardi 20 octobre 2020, le directeur de la caisse régionale reçoit Thierry Langreney, directeur général adjoint de Crédit Agricole Assurances et directeur général de Pacifica, la filiale assurance dommages du groupe. Ce dernier est à Dijon pour une annonce de taille : Pacifica va ouvrir une unité de gestion des sinistres au sein de la métropole. À terme, d'ici 2025, ce sont 100 emplois qui seront créés sur le nouveau site.

«L'assurance, c'est l'avenir de la banque dans tous les territoires»


Dans les départements de Champagne et de Bourgogne, le Crédit Agricole emploie à ce jour 1.700 collaborateurs dont 1.200 qui sont en contact avec des clients. Parmi eux, 1.000 sont formés à la bancassurance. La banque compte sur cette proximité et son maillage dans les territoires pour doubler les activités assurances d'ici 2030.
À l'heure actuelle, 40% des clients ont leur assurance auprès de la banque, ce qui représente une part de marché de 10% quand la part de marché bancaire est de 30%. Les dirigeants ont donc identifié là un relais de croissance. «La dynamique est extraordinaire» s'enthousiasme Thierry Langreney qui ajoute que «l'assurance, c'est l'avenir de la banque dans tous les territoires».

Une nouvelle protection pour les entreprises


Pacifica est née en janvier 1991 pour porter l'expertise en matière d'assurance. La filiale s'est intéressée au marché agricole en 2000 puis aux professionnels à partir de 2005. Depuis septembre 2020, la banque s'attaque au secteur des PME-PMI en se positionnant sur la responsabilité, la perte d'exploitation et l'assurance des véhicules.

La caisse régionale de Champagne-Bourgogne fait partie des dix premières qui vont proposer ces nouvelles prestations sur les 39 caisses régionales du groupe. «Avoir le souci de la protection de ces clients entreprises, c'est ce qu'on fait tous les jours sur le plan bancaire, ça fait un bel écho en venant sur la protection des actifs de l'entreprise, de ces dirigeants, de ces salariés» déclare Emmanuel Vey.

«Nous sommes une banque mutualiste donc un assureur mutualiste, nous avons une façon que nous estimons différente de faire le métier» explique Emmanuel Vey. Quand la caisse régionale traite 70 millions d'euros de sinistres «ce sont 70 millions d'euros qui reviennent sur le territoire et profitent souvent à des entreprises locales» signale-t-il.

Dans le cadre de la crise sanitaire, le groupe Crédit Agricole a décidé «un geste mutualiste» pour les clients empêchés dans leur activité professionnelle. Pour toute la France, ce sont 200 millions d'euros qui ont été mobilisés ; en Champagne-Bourgogne, 2,6 millions d'euros ont concerné 600 clients pour des montants allant de 1.500 à 10.000 euros.

«L'essentiel n'est jamais en option»


Pacifica explique son succès dans l'assurance dommages par le fait que «l'essentiel n'est jamais en option» et qu'elle veille à «donner plus de garanties pour le même prix aux clients» comme le souligne Thierry Langreney qui prend soin d'ajouter : «nous baissons aussi les franchises». Et de mettre en avant les retours des assurés : «93% des clients sont satisfaits dont 66% très satisfaits».

Face à cela, l'assureur a un problème de riches, autrement dit un problème de croissance avec 4% de contrats supplémentaires chaque année. La filiale a choisit de ne pas centraliser cette gestion des sinistres et de recruter pour accompagner les besoins des clients. Pacifica crée donc de nouvelles unités d'une centaine de personnes dans différentes villes de France.

Sans roulements de tambour, Thierry Langreney annonce que Pacifica va créer «à effet de fin 2022 une belle unité de gestion des sinistres à Dijon», ce qui représentera cent emplois nouveaux d'ici 2025. D'autres villes sont concernées par cette démarche : Saint-Étienne, La Roche-sur-Yon et Caen.

Un bâtiment bas carbone pour la future unité de gestion des sinistres


La localisation exacte de l'unité de gestion dijonnaise – la 21ème en France – n'est pas encore définie mais Thierry Langreney souhaite que ce soit au sein de la métropole dijonnaise, à proximité d'un arrêt de tramway, actuel ou futur. «En accueillant Crédit Agricole Assurances, l’agglomération dijonnaise démontre une nouvelle fois sa place de métropole attractive de premier plan» applaudit Emmanuel Vey.

Une autre nouvelle est annoncée à Dijon : se disant «sensibles au changement climatique», Pacifica entend faire réaliser un site bas carbone via la filiale Crédit Agricole Immobilier. Pour amortir les surcoûts de construction et les délais supplémentaires, l'assureur s'oriente vers une mutualisation entre les projets architecturaux à venir dans différentes villes, constituant ainsi une «nouvelle génération» de bâtiments.

Recrutements à bac+2 à partir de 2022


La campagne de recrutement débutera durant l'année 2022. Les profils recherchés commenceront à bac+2 avec une attention particulière non pas sur la technicité en assurance mais sur les savoir-être «pour accompagner du mieux possible nos clients lors des moments critiques que sont les sinistres» ainsi que le précise le directeur de Pacifica.

Quand un client est face à un sinistre, il a un problème urgent à gérer et attend de la part de son interlocuteur de la compréhension, de l'empathie et une prise en charge partagée du problème. À partir de ce premier critère viendra une formation en interne durant deux ans. Selon  Thierry Langreney, Pacifica comporte «tous les profils, c'est la richesse de nos unités de gestion des sinistres».

Jean-Christophe Tardivon