Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
08/07/2022 03:21
26654 lectures

CHENÔVE : Un mariage et cinquante amendes

Le 2 juillet dernier, la célébration d'un mariage s'est transformée en «débordements sur la voie publique». Ce mardi 5 juillet, le maire de Chenôve et le représentant de la police nationale ont apporté un éclairage aux habitants scandalisés.
Lors de la réunion sur la tranquillité publique organisée ce mardi 5 juillet 2022 par la Ville de Chenôve, en partenariat avec la police nationale et la justice, la toute première intervention du public a concerné une situation qui a scandalisé bon nombre de Cheneveliers.

Le samedi 2 juillet dernier, un mariage où participait environ 150 personnes a eu lieu à la mairie à 15 heures. Une partie des participants ont tardé à quitter la place à 15 heures 20 et ont alors célébré l'événement d'une manière qui a largement perturbé le mariage suivant jusqu'à plus de 16 heures.

Une «occupation de l'espace public»



Ce mardi 5 juillet une habitante a témoigné de la situation vécue : impossibilité de trouver une place de stationnement, «occupation de l'espace public», «les scooters sans plaque sans casque n'ont pas arrêté de tourner-virer entre ma famille» et «les scooters sont passés entre les enfants».

Malgré tout cela, la famille du mariage perturbé est restée «calme» tout en regrettant de ne pas avoir choisi la commune de Thorey-en-Plaine pour cet événement devant être «heureux». De nombreux applaudissements dans le public sont venus soutenir l'habitante, très émue.

«Ne pas créer un trouble supérieur»


Directeur départemental de la sécurité publique de la Côte-d'Or, Jean-Claude Dunand a indiqué avoir effectivement constaté un mariage avec «débordements sur la voie publique».

Selon lui, l'absence de situation où gérer un maintien de l'ordre par ailleurs – comme lors d'une manifestation revendicative – a permis à la police d'intervenir avec deux équipages à partir de 14 heures 30 même si certains habitants ont critiqué les modalités de cette intervention. «L'idée n'est pas de créer un trouble supérieur à celui que l'on observe», a-t-il signalé.

À l'occasion de ce mariage problématique, la police nationale a relevé 23 infractions, principalement au code de la route et, avec le recours à la vidéoprotection, la police municipale au moins 23 autres infractions, soit près de 50 amendes en tout. Il n'y a pas eu d'interpellation.

Bientôt des policiers municipaux le samedi


«On est sur des actes d'appropriation de l'espace public. (…) C'est proprement inadmissible», a réagi à son tour Thierry Falconnet (PS), maire de Chenôve. «Je m'associe à ta colère», a-t-il déclaré en s'adressant à l'habitante qui témoignait.

«La police nationale était dans l'incapacité d'intervenir sans qu'il y ait des accidents supplémentaires. La police nationale a fait son travail avec les moyens qui étaient les siens à ce moment-là», a-t-il néanmoins analysé tout en rappelant que la municipalité travaille à étendre les horaires de la police municipale au samedi pour assurer également une présence lors des mariages.

En revanche, si une charte des mariages existe depuis plusieurs années, elle n'est pas contraignante. Néanmoins, Thierry Falconnet se refuse d'instaurer une caution à la charge des mariés pour prévenir de tels débordements, faute de cadre réglementaire national adéquat.

Jean-Christophe Tardivon

«Nous aimons la police», lance Thierry Falconnet lors de la réunion annuelle sur la tranquillité publique


Le policier Jean-Claude Dunand dénonce «un trafic d'êtres humains» lié au business de la drogue à Chenôve et à Dijon



Infos-dijon.com - Mentions légales