Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
24/11/2020 20:32

CONFINEMENT : Shop In Dijon table sur une réouverture des commerces le 28 novembre

En déplacement à Dijon ce samedi 21 novembre, le Premier ministre a pris soin de ne pas faire d'annonce avant l'allocution du président de la République prévue mardi prochain. Président de Shop In Dijon, Denis Favier a rencontré Jean Castex. Il décrypte les échanges avec le gouvernement. Actualisé : Denis Favier avait vu juste.

Actualisé le 24 novembre 2020 à 20h32 :

Le président de la République l'a confirmé dans son allocution : les commerces non essentiels rouvriront à compter du matin du samedi 28 novembre. L'ouverture pourra aller jusqu'à 21 heures.

Pour les restaurants, qui restent fermés pour l'instant, ils pourront recevoir une aide correspondant à 20% du chiffre d'affaires 2019 si le calcul leur paraît préférable aux aides actuelles.

Publié le 21 novembre 2020 à 15h51 :

Vendredi matin, en pleine visioconférence avec le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, Denis Favier a appris que le Premier ministre venait à Dijon ce samedi 21 novembre 2020 (lire notre article). Après un passage à la Librairie Grangier, Jean Castex était effectivement dans les locaux de la préfecture de Côte-d'Or ce samedi pour échanger avec les acteurs économiques.

Autour de la table, les ministres Olivier Véran et Alain Griset, les parlementaires François Patriat, Rémi Delatte, Didier Martin et Fadila Khattabi, les présidents de collectivités Marie-Guite Dufay, François Sauvadet et François Rebsamen.
Le secteur économique étant représenté par Patrick Jacquier (président de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie de Côte-d'Or ou UMIH 21),  Xavier Mirepoix (président de la CCI Dijon Métropole Côte-d'Or), Jacques Maillot (vice-président de délégation Côte-d'Or de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat) et Denis Favier (président de Shop In Dijon et vice-président de Commerçants et Artisans des Métropoles de France).

«Ce n'est pas le gouvernement qui veut la mort des commerces de proximité»


Pour Infos Dijon, Denis Favier décrypte la réunion au cours de laquelle seuls les acteurs économiques et le Premier ministre ont parlé. Ministres et parlementaires ont écouté. Les présidents des chambres consulaires ont pris la parole en premier.

«Le gouvernement est très à l'écoute, il était là pour ça et faire un rappel de pédagogie» explique Denis Favier. Le président de Shop In Dijon, antiquaire dans la cité ducale, ne mâche pas ses mots : «je ne suis pas là pour défendre le gouvernement mais je le répète : ce n'est pas le gouvernement qui veut la mort des commerces de proximité mais c'est une partie de la population qui ne respecte pas le confinement, qui n'a pas pas respecté le couvre feu avant et qui ne respecte pas les barrières sanitaires». À propos de cette partie de la population, il s'empresse d'ajouter ; «elle le fait peut-être de façon inconsciente mais c'est nous qui en pâtissons».

Le représentant des commerçants et des artisans souligne qu'ils sont «le poumon de la France» du fait de leur position bien particulière dans la chaîne économique. En aval de la production industrielle, agroalimentaire ou classique, en aval des transports, les commerçants sont au contact des consommateurs. Pour ce qui concerne actuellement les commerces non essentiels : «nous ne pouvons pas vendre les produits de tout ce qui avant nous a pu être fabriqué, nous bloquons une partie de l'économie française». De la même façon, la fermeture des restaurants ôte des débouchés non négligeables à la production agricole française. En conséquence, «je demande à ce que nous puissions rouvrir au plus vite» lance Denis Favier.

Réouverture le 28 novembre ?


L'allocution d'Emmanuel Macron semblait avoir initialement été prévue en fin de semaine prochaine. Elle a été avancée au mardi 24 novembre. Quelques jours de plus qui pourraient permettre aux commerçants de se préparer à rouvrir.

Alors que Jean Castex a indiqué que les commerces non essentiels pourraient rouvrir «autour du 1er décembre», Denis Favier s'avance un peu plus en estimant que le feu vert sera donné pour le «samedi 28 novembre». Néanmoins, rien n'est encore acté. Denis Favier rappelant le processus : «les ministres soumettent au Premier ministre qui soumet au président de la République qui soumet au conseil de défense».

Le Premier ministre l'a martelé à ses interlocuteurs «le sanitaire en premier», ce qu'approuve évidemment le représentant des commerçants : «ils se doivent de protéger de population, nous devons faire en sorte, nous population, de respecter les règles mises en place même si certains considèrent qu'elles sont privatives de liberté».

«Il y a des milliers d'emplois de salariés qui sont concernés»


Le vice-président de la CAMF a insisté pour que les acteurs économiques, petites ou grandes surfaces, magasins de centre-ville ou de périphérie, soient logées à la même enseigne : 8m² par client pour établir la jauge du lieu et ouverture tous les dimanches jusqu'à fin janvier. «Nous sommes tous dans la même galère, il y a des milliers d'emplois de salariés qui sont concernés» alerte Denis Favier.

Même, pour étaler les flux de consommateurs, Denis Favier en appelle aux entreprises comme aux administrations pour «pour libérer du temps pendant les heures creuses des commerçant» et permettre ainsi aux employés de faire des achats par exemple en début d'après-midi.

Le président de Shop In Dijon demande le «renforcement du contrôle sanitaire» afin de ne pas « être obligés de refermer parce qu'une partie de la population et une partie des commerçants ne respectent pas les mesures sanitaires». Ce à quoi, le Premier ministre a répondu que le préfet de la Côte-d'Or allait s'en charger.

Des subventions ont aussi été demandés pour les différentes associations de commerçants de France. «Nous passons au travers des tous de la raquette» explique Denis Favier.

Le sujet brûlant du Black Friday – opération de promotions qui, aux États-Unis, arrive après la période d'achats de cadeaux pour la fête de Thanksgiving – n'a pas été abordé. Les soldes non plus. La CAMF a rendu un rapport à Bruno Le Maire proposant un report de quinze jours des soldes d'hiver puis d'été.

«Le désarroi et la colère des cafetiers-restaurateurs-hôteliers»


Sur les réseaux sociaux, Patrick Jacquier s'est lui aussi exprimé pour évoquer cette réunion. Jean Castex l'a rappelé : les cafés et restaurants vont rester fermés après le 1er décembre. Si les hôtels peuvent actuellement ouvrir, beaucoup se retrouvent sans client.

Selon l'UMIH 21, Patrick Jacquier a attiré l’attention des ministres «sur la non visibilité de nos métiers, qui ne connaissent pas leur date de réouverture, la grande difficulté financière de certains, la perte d’exploitation, les charges et loyers qu’il faut payer, les dépôts de bilan qui pourraient en découler».

De plus, il a insisté sur «le désarroi et la colère des cafetiers-restaurateurs-hôteliers» qui ont investi dans les mesures de protection pour se retrouver obligés de fermer. «Nous sommes effarés de rester si longtemps fermés» a alerté Patrick Jacquier.

En réponse, le Premier ministre a indiqué que des aides arriveront, notamment à propos des congés payés actuellement à la charge de l’employeur. Il se pourrait que la demande de subvention à hauteur de 15 % de chiffre d’affaires pour soutenir les professionnels soit entendue.

Jean-Christophe Tardivon