Recherche
> Vie locale > Vie locale
29/06/2020 18:24

CORONAVIRUS : Deux cas confirmés amènent le rectorat à fermer le lycée Hippolyte-Fontaine à Dijon

Un enseignant et un personnel administratif ont été diagnostiqués positifs au coronavirus les 19 et 27 juin. Les élèves n'ont pas été en contact avec les personnes concernées. Cours et activités sont suspendus jusqu'aux vacances. Actualisé : la réaction de Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l'académie de Dijon.
Communiqué du rectorat de l'Académie de Dijon du 28 juin 2020 :

Deux personnels du lycée Hippolyte Fontaine, situé boulevard Voltaire à Dijon, ont été diagnostiqués positif au coronavirus Covid-19. Dès la confirmation de ces cas, l'ARS et les services du rectorat ont engagé les investigations afin d'identifier l'ensemble des personnes qui ont pu être en contact rapproché avec ces personnels. Par mesure de précaution, cours et activités sont suspendus.

Un premier cas positif au COVID 19 a été signalé chez un enseignant du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon le 19 juin dernier. Les services du rectorat de Dijon ont immédiatement mis en œuvre les protocoles sanitaires nécessaires, en lien avec l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Dans ce cadre, les personnes contacts à risque ont été mises en isolement durant quatorze jours et ont effectué des tests PCR dans les délais prévus. Les élèves et familles ne constituaient pas des contacts à risque, mais ont été informées de la situation et de la possibilité d’effectuer également des tests.

Samedi 27 juin, un second cas positif parmi l’équipe administrative a été signalé. Cette information conduit l’ARS et les services du rectorat à procéder à de nouvelles recherches pour isoler et dépister toutes les personnes ayant été évaluées comme contacts à risque, soit l’ensemble des équipes administratives et vie scolaire du lycée. Dix-huit contacts, adultes uniquement, sont évalués à risque par les équipes médicales du rectorat et de l’ARS. Les dépistages sont en cours à cette heure.

Le lycée Hippolyte Fontaine suspend cours et activités par mesure de précaution

Par mesure de précaution, et sur avis préalable de l’ARS, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon, a demandé la suspension des cours à partir du 29 juin prochain jusqu’à nouvel ordre.

Ces derniers jours, le lycée accueillait chaque jour une centaine d’élèves. Ces derniers n’ont toutefois pas été en contact avec les personnes actuellement en quatorzaine.

Les réunions des jurys des examens qui étaient programmées à partir du lundi 29 juin dans l’établissement sont déplacées. Les épreuves du 2 nd groupe du baccalauréat, programmées les 8 et 9 juillet dans l’établissement, seront organisées par d’autres établissements.

Les inscriptions dans l’établissement, prévues pour les élèves de 3 ème dans les semaines à venir, se poursuivent selon les modalités initialement définies. Les familles des élèves de 3 ème pourront être accompagnées dans les collèges de proximité favorisant ainsi la télé-inscription des enfants.

Des tests possibles pour les personnels et les élèves qui le souhaitent A ce stade, il n’y a pas de recommandation spécifique formulée pour les personnels et élèves scolarisés dans l'établissement. Ceux qui le souhaitent peuvent toutefois bénéficier d’un test virologique (RT-PCR) de dépistage du COVID-19 à la faveur d’une prescription collective éditée par l’ARS.

Actualisé le 29 juin 2020 :

Nathalie Nathalie Albert-Moretti :

«La chaîne-contact a vite été reconstituée et 13 tests ont été pratiqués, tous négatifs»


Interrogée par nos soins lors d'une visite à l'école Paul Langevin de Talant ce lundi après-midi, la rectrice de l'académie de Dijon a assuré : «Grâce au protocole mis en place entre le rectorat et l’ARS, on peut avoir une très grande réactivité. C’est ce qui s’est passé ce week-end. Toutes les équipes ont été mobilisées pour isoler, mettre en place les tests et communiquer auprès des familles. La chaîne-contact a vite été reconstituée et 13 tests ont été pratiqués samedi, 13 tests négatifs. Les cours sont donc suspendus et les activités devant avoir lieu dans l’établissement ont été réparties dans d’autres établissements, s’agissant des opérations d’orientation ou autres. C’est sûr que ça tombe encore moins bien quand ça nous mène jusqu’à la fin d’année mais nous avons pris les dispositions nécessaires.»