Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
01/07/2021 19:56

CORONAVIRUS : Dijon Métropole se prononce «en faveur des vaccins comme biens publics universels»

À l'initiative de la vice-présidente Sladana Zivkovic, le conseil métropolitain du 30 juin a adopté le vœu demandant «la levée des brevets vaccinaux» en s'appuyant sur les propos d'Emmanuel Macron devant l'OMS en mai 2020.
Vœu présenté par Sladana Zivkovic au conseil métropolitain du 30 juin 2021 :

Un an et demi après le démarrage de la pandémie Covid-19, le coronavirus continue à se développer dans certaines  communautés, à en ravager d'autres, comme au Brésil ou en Inde, et de nombreux variants voient le jour. L'effort mondial pour bloquer le virus dépend très clairement de notre aptitude collective à vacciner le plus possible en un  minimum de temps.

La vitesse de développement des vaccins anti-SARS-Cov-2 et de leur production est un exploit scientifique qu’il convient de saluer. Mais cet exploit a été rendu possible grâce à l’aide massive apportée par les États pour la recherche sur les formules. Ainsi, les États-Unis ont engagé 11 milliards d’euros dans la recherche, de même que la Commission européenne ou encore la France à hauteur de 3 milliards. Et les bénéfices d'une vaccination de masse rapide sont évidents ; on le voit aux Etats Unis, en Israël ainsi que dans plusieurs pays européens. Mais, la situation est totalement différente en Afrique, en Amérique latine et en Asie où les gouvernements font face à une pénurie de vaccins, et à des services d'urgences débordés dans les hôpitaux.


Aujourd’hui, les brevets restent la propriété exclusive des entreprises pharmaceutiques, et ce, malgré les aides publiques massives. Pour accélérer le rythme de la vaccination au niveau mondial, l'idée de suspendre temporairement les brevets appartenant aux laboratoires qui ont développé les vaccins est de plus en plus souvent évoquée ; l'administration Biden a soutenu  cette proposition le mercredi 5 mai dernier, ce qui a joué un rôle d’accélérateur de la campagne mondiale en faveur de la levée des brevets. Le constat est général, c’est dans les laboratoires publics que se font la recherche fondamentale d’une part, et les premières étapes tendant vers un « candidat médicament » d’autre part. Puis des sociétés privées de biotechnologie, souvent des starts up, prennent le relais. Et quand l’une d’entre elles trouve un médicament, un grand laboratoire le rachète et détermine à qui elle va vendre son produit et à quel prix. A ce jour, 70?% des doses vaccinales produites dans le monde l’ont été à destination des cinquante pays les plus riches tandis que seulement 0,1?% sont allés vers les cinquante les plus pauvres.

Or ces derniers ne doivent pas être les grands oubliés de la vaccination. Et pourtant, le 18 janvier 2021, le Directeur général de l’OMS, constatait « l’échec moral » à venir, dans la mesure où les pays les plus pauvres du monde n’ont pas accès au vaccin dans des conditions équitables. L’Union européenne s’est engagée à acheter 1,3 milliard de doses spécifiquement dédiées au titre du programme COVAX (Covid-19 Vaccines Global Access). Elle est le plus important contributeur du programme, avec 850 millions d’euros d’ores et déjà financés.

Le Président de la République, fin mai 2020, à l’issue de l’Assemblée annuelle de l’OMS, déclarait : « Un vaccin contre le Covid-19 doit être vu comme un bien public mondial, un vaccin pour les peuples ». Avec d’autres chefs d’Etats, Emmanuel Macron avait promis de faire du vaccin un bien public mondial. Cette promesse n’est pour l’instant pas tenue.

Plusieurs communes de Dijon métropole sont membres de Cités Unies France ; l’un des piliers de notre réseau s’appuie sur les échanges et l’entraide entre collectivités. Nous affirmons donc être solidaires de nos collègues africains, latino-américains, asiatiques qui n’ont pas accès aux vaccins. C’est pourquoi, nous, Dijon métropole, engagées dans des partenariats internationaux :

- Affirmons notre conviction de la nécessité de mener collectivement, avec les organisations internationales, une action forte et opiniâtre pour accélérer la prise de conscience en faveur d’une solidarité universelle réelle ;
- Demandons aussi, avec les autres acteurs de la société civile, la levée des brevets vaccinaux, la mobilisation française en faveur d’une accélération du programme COVAX, et un soutien à la capacité de produire ces vaccins dans les pays où les  besoins sont aujourd’hui criants ;
- Insistons sur la nécessité de développer des plans et programmes prévoyant des ressources financières adéquates pour assurer le transfert des technologies et des intrants nécessaires à la production de ces vaccins dans ces pays et, ce faisant, créer les conditions pour que davantage de pays puissent lancer leur propre production nationale de vaccins contre la COVID-19.

Le conseil métropolitain du 30 juin



Infos-dijon.com - Mentions légales