Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
22/07/2021 11:46

CORONAVIRUS : Le passe sanitaire de rigueur pour entrer à la piscine olympique

Les réactions à l'entrée de la piscine olympique de la métropole dijonnaise ce mercredi 21 juillet, premier jour d'application du passe sanitaire.
À la piscine olympique mercredi 21 juillet 2021, un point de contrôle était mis en place avant même la toute première porte automatique. L’établissement géré par l’UCPA respectait en effet l’entrée en vigueur du passe sanitaire concernant les établissements de loisirs accueillant 50 personnes ou plus. L’affichage était d’ailleurs de mise.

Hormis une tolérance sur les justificatifs d’identité à montrer avec le passe sanitaire (tolérance d’une journée seulement), la règle est désormais la suivante : passe sanitaire scanné, vous pouvez entrer ; absence de passe sanitaire ou non-complet, vous n’avez pas d’autre choix que de faire demi-tour.


Le demi-tour, plusieurs personnes l’ont fait ce mercredi, certaines n’ayant pour l’instant qu’une dose vaccinale et d’autres n’ayant pas pensé que le passe sanitaire entrait déjà en vigueur ce 21 juillet.

«Non merci. Ça m’énerve déjà d’avoir dû faire un test pour venir à la piscine, vous savez ce que je pense», nous a-t-on également lancé sur le parvis de la piscine, à l’heure de prendre quelques réactions d’usagers.

Rappelons aussi qu'un test PCR de moins de 48 heures fait office de passe sanitaire. D’autres personnes, passe sanitaire en mains sur leur smartphone, comprenaient tout à fait la règle.

Élisabeth

Genlis

«Moi je suis vaccinée depuis le mois de juin donc c’est bon pour le passe sanitaire. Je me doutais un peu qu’il allait devenir obligatoire vu l’évolution du virus et les tests PCR bientôt payants. Chacun pense ce qu’il veut sur cette obligation mais je dis que c’est nous protéger nous et protéger les autres. Il faudra bien se vacciner car on ne pourra plus rentrer nulle part. Le passe sanitaire est une bonne mesure selon moi car des gens sont quand même négligents par rapport au virus. Certains disent qu’on ne sait pas ce que le vaccin va faire dans quelques années mais quand vous prenez un traitement médicamenteux c’est pareil. Prenez l’affaire du Médiator par exemple. Et puis, on s’est fait injecter un produit pour lutter contre le tétanos ou la variole.»

Théophile, 27 ans

Montauban

«Je viens rendre visite à de la famille et je m’aperçois que je ne pourrai pas aller à la piscine par exemple. J’ai reçu une première dose du vaccin il y a deux semaines. Je ne craignais pas tant que ça d’attraper le virus mais c’est plus pour me permettre de partir à l’étranger que je me fais vacciner.
Je trouve que l’entrée en vigueur du passe sanitaire est trop rapide. Ça n’a pas laissé le temps à certaines personnes de faire les deux doses. Il peut y avoir débat sur la question des restrictions de liberté mais imposer le passe sanitaire si directement, ça peut sembler trop stricte. Par souci d’éthique, des gens ne souhaitent peut-être pas être vaccinés et ils vont être privés de certaines choses. L’obligation est indirecte mais elle signifie bien la fin de certaines libertés.»

Anne-Laure, 42 ans

Dijon

«J’ai eu une première dose du vaccin ce mardi. Je suis surprise que le passe sanitaire soit exigé car je ne pensais pas qu’il allait être demandé si tôt. Ça manque d’informations sur son application je trouve.
On parlait d’inégalités, de ségrégation, ça commence avec ce passe sanitaire. Rien qu’aujourd’hui, moi qui ne suis pas vaccinée complètement, je ne peux pas prétendre à une séance de piscine.
Je respecte la vaccination même si j’attendais de voir au départ avec le peu de recul. Les avis peuvent être différents, mais à un moment donné pourquoi on empêche les gens de rentrer. Il y une discrimination. Il faut passer par la vaccination pour éradiquer le virus mais il y a la manière de faire. Celle-ci a mal été abordée dès le départ. Soit la vaccination est obligatoire, soit on a le choix. Au final, le choix devient une obligation déguisée. Ce n’est pas honnête de la part du gouvernement.
Moi qui suis infirmière puéricultrice au CHU, je trouve que l’obligation de vaccination est un chantage pour les soignants. N’avoir pas le droit au salaire en cas de non-vaccination alors qu’il permet de vivre, c’est ne pas avoir le droit de prétendre à ses projets. Il faut qu’on montre l’exemple mais c’est radical.»

Nathanaël, 38 ans

Dijon

«Je suis agent d’entretien aux espaces verts au lycée Montchapet. L’entrée en vigueur du passe sanitaire, je trouve ça sécurisant, pour moi et par le fait de savoir que les autres ne sont pas contaminés ou très peu.
Dans le cadre du boulot, nous avons déjà des tests réguliers. Ce n’est pas une restriction pour moi, c’est juste pour pouvoir reprendre une vie normal plus tard. Je n’étais pas du tout hostile à la vaccination en me disant que c’est un vaccin comme d’autres. Il faut vivre avec le virus. Je respecte les opinions de chacun mais que ces personnes-là ne viennent pas ensuite râler que l’on reconfine.
Au vu de la reprise épidémique, je me dis que je ne suis pas encore sûr de pouvoir revenir de Corse en août.»

Propos recueillis
par Alix Berthier

Entrée en vigueur du passe sanitaire le 21 juillet pour accéder à certains services municipaux à Dijon







Infos-dijon.com - Mentions légales