Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
24/11/2020 05:56

CRISE SANITAIRE : La CGT met en cause Safran Electronics & Defense sur le recours à l'activité partielle et au télétravail

Alors que l'État est actionnaire majoritaire de Safran, la CGT écrit au préfet de la Côte-d'Or et s'interroge sur le recours du site de Dijon à l’Activité Partielle de Longue Durée simultanément à un accroissement de charge de travail. Parallèlement, «la direction industrielle de Safran Electronics & Defense est plus que frileuse quant à la mise en place du télétravail» selon le syndicat.

Communiqué du syndicat CGT Safran Electronics & Defense Dijon du 23 novembre 2020 :

Monsieur le Préfet
Préfecture de la côte d’or
53, rue de la préfecture
21041 DIJON Cedex
Dijon le, 19 novembre 2020

Lettre recommandée avec accusé de réception.
Copie à la DIRECCTE.

Monsieur le Préfet,

Par la présente, nous attirons votre attention sur l’utilisation, que nous pensons abusive, du dispositif de soutien à l’activité économique destiné aux entreprises confrontées à une réduction durable de leurs activités.

L’Activité Partielle de Longue Durée (APLD) permet de diminuer l’horaire de travail des salariés en contrepartie d’engagements sur le maintien de l’emploi. L’état finançant à hauteur de 60% le salaire brut du salarié.

Inscrite au cœur du plan de relance, l’APLD est donc mise en place pour aider les entreprises à faire face à l’impact économique de la crise sanitaire COVID-19.

L’objectif étant de préserver les emplois et de sauvegarder les compétences des salariées dans les secteurs où les entreprises sont menacées.
Hors sur le site Dijon, nous ne voyons pas de réductions d’activités, bien au contraire, durant le CSE du 15 octobre la direction nous a fait part d’un accroissement de charge nécessitant le recours aux heures supplémentaires, aux intérimaires et aux salariés en détachements de certains autres sites Safran.

Néanmoins la direction a fait le choix d’avoir recours à ce dispositif de soutien à l’activité économique par le biais de l’APLD.

Suite à cette présentation nous avons donc fait part de notre incompréhension en adressant le 26 octobre 2020 un courrier à notre direction (une copie de ce courrier est jointe avec cette lettre).

Une réponse nous est parvenue le 18 Novembre 2020, mais peu convaincante à nos yeux, nous vous laisserons donc juger en qualité de représentant du ministre du travail (une copie de cette réponse est jointe avec cette lettre).

Depuis, la situation sanitaire en France s’est dégradée, le gouvernement et les ministères (du travail en l’occurrence) ont donnés de nouvelles directives.

Notamment concernant le télétravail, où les instructions, on ne peut plus claire, renforcent les obligations de sa mise en place.

Le secrétaire d’état auprès de la ministre du travail, Laurent Pietraszewski, l’a rappelé une nouvelle fois le 9 novembre 2020 lors d’un déplacement et dans son communiqué de presse du 10 novembre 2020 (une copie du communiqué de presse est jointe avec cette lettre).

La direction industrielle de Safran Electronics & Defense est plus que frileuse quant à la mise en place du télétravail.

Lors du CSE extraordinaire du 10 novembre 2020 la direction, estimant que ce mode de travail serait un ‘’mode dégradé’’ (Terme employé par cette dernière), a fait une présentation de son déploiement sur le site de Dijon.

Elle n’exprime pas une réelle volonté de prévention et de protection de la santé des salariés et cela se traduit par le peu d’heures/journées de télétravail consentit.

Le 19 novembre 2020 lors d’un CSE la direction industrielle a quelque peu revue sa copie. Elle aurait identifié une centaine de salariés éligible au télétravail à raison de 1 à 5 jours par semaine avec une organisation hebdomadaire, elle n’est cependant pas en mesure de nous présenter un planning pour la semaine prochaine.

De plus ce serait au salariés d’exprimer leur envie de télétravailler en effectuant une demande via un logiciel de gestion des ressources humaines.

Aucune communication formelle de sa part auprès des salariés. La direction industrielle ne souhaite visiblement pas faire l’effort et accepter une organisation de l’entreprise adaptée à la situation pandémique actuelle.

A l’heure où les français se confinent et acceptent eux, à juste titre, de mener une vie en ‘’mode dégradée’’ nous ne comprenons pas la réticence de la direction dans cette mobilisation collective et déplorons son manque de responsabilité.

Comme l’indique explicitement le protocole national, actualisé le 13 novembre 2020, le télétravail n’est pas une option.

Nous déplorons, d’autant plus donc, le manque d’exemplarité de la direction d’un site industriel appartenant à un groupe comme Safran où l’état français est pourtant l’actionnaire majoritaire. Particulièrement soucieux de la santé des salariés, nous interprétons la conclusion du communiqué de presse de Laurent Pietraszewski comme un appel à la vigilance pour nous organisation syndicale afin d’interpeller la DIRECCTE attentive au déploiement du télétravail conformément aux orientations du gouvernement et de l’état dont vous êtes dépositaire de l’autorité.

Nous vous sollicitons à nouveau sur ce sujet afin de mettre en œuvre les politiques gouvernementales.

De notre côté nous utilisons, ce jour, les outils à notre disposition afin de ne pas exposer inutilement les salariés et la population en faisant valoir un droit d’alerte avec danger grave et imminent (une copie du droit d’alerte est jointe avec cette lettre).

Le but de nos différentes requêtes étant, vous l’aurez compris, de protéger la santé des salariés, mais également celle de toute la population.

En votre qualité de préfet, nous vous demandons de prendre les mesures nécessaires afin protéger la santé de vos concitoyens.

En espérant que le bon sens et la raison l’emporteront sur les considérations d’ordres financières, nous restons confiants en l’attention que vous porterez à notre courrier et dans l’attente de votre urgente intervention, veuillez croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de toute notre considération.

Pour le syndicat CGT
Safran Electronics & Defense Dijon
45, avenue de Stalingrad
21000 Dijon
Romuald TORTOSA
Secrétaire du syndicat
Contact : tortosa.romuald@gmail.com
0662860931

Safran Electronics & Defense met en avant les impératifs de sécurité