Recherche
> Vie locale > Vie locale
01/05/2020 17:41

DIJON : «Avec ou sans muguet, il y a toujours du bonheur !»

C’est notamment ce que l’on a pu constater chez Bourgogne Fleurs ce vendredi en fin de matinée.
«Plus de muguet», était-il inscrit ce vendredi 1er mai sur une feuille A4 affichée à l’entrée de la boutique située au 4 boulevard de Brosses. De quoi voir quelques personnes venues acheter les précieux brins faire demi-tour... Alors que d’autres se laissaient finalement tenter par des bouquets.

Sur le muguet, Cyrille Lelant, qui tient l’enseigne Bourgogne Fleurs depuis maintenant 12 ans, regrette une ambiguïté n’ayant pas aidé à l’approvisionnement. «On pouvait en vendre un jour puis on ne pouvait pas en vendre le lendemain… On ne savait pas trop sur quel pied danser en fait», dit-il.
Pour ce 1er mai 2020, sa compagne et lui en ont vendu «un quart voire la moitié de muguet par rapport à l’année dernière». Les 250 pots reçus en début de semaine, en provenance de leur fournisseur habituel à Rungis, sont vite partis. Mais ce n’était pas assez. Et plus largement, malgré la vente et les livraisons autorisées, le responsable de Bourgogne Fleurs, ayant dû mettre deux de ses employés à l’arrêt, parle d’une baisse du chiffre d’affaires de l’ordre de plus de 50%.

Malgré tout, l’ambiance était conviviale et détendue ce vendredi en fin de matinée. «Avec ou sans muguet, il y a toujours du bonheur !», entendait-on dans la boutique dont les préparations à livrer n’arrêtaient pas. De même que les compositions faites pour la clientèle à la porte, souvent des bouquets de belles roses blanches.
Cyrille Lelant et sa compagne faisaient oublier l’absence de muguet : «N’oublions pas que nous fleuristes, nous devons rester créateurs de bonheur».

En cette période de confinement, Bourgogne Fleurs dit «garder le sourire» face aux difficultés, en approvisionnement notamment, et «limite la casse» en montrant davantage de réactivité via les mails et les réseaux sociaux.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier