Recherche
> Vie locale > Vie locale
19/07/2020 14:40

DIJON : Contre le racisme, l’antisémitisme et en l’honneur des Justes

Une cérémonie s’est déroulée ce dimanche 19 juillet en milieu de matinée devant la gare de Dijon. Retour en photos avec Infos-Dijon.
La Journée nationale d’hommage à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’«État français» et à la mémoire des «justes» est instaurée depuis le décret du 11 juillet 2002.

À Dijon, c’est sur le parvis de la gare SNCF qu’une commémoration a eu lieu ce dimanche matin, devant la gare SNCF donc... 21 noms, personnes déportées en juillet 1942, ont été lus par Israël Cemachovic, président de l’Association cultuelle israélite, avant la prière des morts prononcée par le rabbin Simon Sibony.
«Le 14 juillet 1942, ces 21 personnes quittèrent la cour de Bar où elles étaient rassemblées. À 12h56, sous escorte de la Gendarmerie, elles quittent la gare de Dijon pour le camp de Pithiviers».

«Le 17 juillet, ces personnes étaient déportées par le convoi n°6 vers Auschwitz-Birkenau, vers une mort programmée par les nazis, avec la complicité du gouvernement de Vichy», a rappelé tel un terrible constat Israël Cemachovic. Si Samuel Schachter et Jacqueline Ribstein avaient survécu à cette déportation, «tous les autres ont rejoint la longue liste des 76.000 juifs déportés depuis la France entre 1942 et 1944».

C’est cette Mémoire lourde de cette Shoah et notamment de la rafle du Vel d’Hiv’ (16 et 17 juillet 1942) qu’il convient d’avoir à l’esprit «pour mieux comprendre, pour éduquer, et nous permettre d’être vigilant face à l’émergence de nouveaux génocides partout dans le monde», selon le président de l’Association cultuelle israélite.

C’est Myriel Porteous - qui présidait la cérémonie -, sous-préfète de l’arrondissement de Beaune, qui représentait l’État et qui a donné lecture du message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des armées (message à retrouver en intégralité en cliquant ici).

Les dépôt de gerbes ont ensuite été effectués. Le colonel Laurent Thiry, commandant en second de la région et du groupement de Gendarmerie, et le lieutenant-colonel Etienne Royal, commandant de la place d’armes de Dijon et délégué militaire départemental adjoint, représentaient l’autorité militaire.
Étaient présents au  rang des personnalités élues : Michel Neugnot et Françoise Tenenbaum pour le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Benoît Bordat pour la Ville de Dijon, et les députés Fadila Khattabi et Rémi Delatte.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les 21 noms de déportés cités


- Hermann Gerson, 37 ans, arrêté à Crépey.
- Marika Berkowitz, 38 ans, rue Jean-Jacques Rousseau à Dijon.
- Erna Kahn, 40 ans, réfugiée d’Alsace à Châtillon-sur-Seine.
- Szmul Kaleka, 44 ans, de Voulaines-les-Templiers.
- Thérèse Katz, 17 ans, rue Paul Thénard à Dijon.
- Herta Kohlmann, 21 ans, rue Babeuf à Dijon (aujourd’hui rue de la Chouette).
- Aron Kuperberg, 18 ans, arrêté à Crépey.
- Ruberg Makarowski, 44 ans, arrêté à Crépey.
- Edmond Michel, 37 ans, rue de la Charmette à Dijon.
- Irma Michel, 34 ans, rue de la Charmette à Dijon.
- Lillie Michel, 40 ans, rue de la Charmette à Dijon.
- Anita Oppenheimer, 19 ans, rue Paul Thénard à Dijon.
- Jacqueline Ribstein, 19 ans, rue des Perrières à Dijon.
- Erich Rosner, 17 ans, arrêté à Crépey.
- Severin Safrys, 28 ans, arrêté à Messanges.
- Nathan Salman, 29 ans, arrêté à Crépey.
- Samuel Schachter, 36 ans, arrêté à Crépey.
- Rose Steinitz, 44 ans, avenue Victor Hugo à Dijon.
- Mireille Steinitz, 17 ans, avenue Victor Hugo à Dijon.
- Rachel Zlotowitcz, 36 ans, rue de la Manutention à Dijon.
- Joseph Zyskind, 41 arrêté à Crépey.