Recherche
> Vie locale > Vie locale
23/08/2020 05:53

DIJON : De l’optimisme quant aux activités commerciale et touristique

Lors d’un point presse sur le bilan touristique de la période estivale majeure, c’est un optimisme quant à la relance de l’activité qui a été affiché par les élus municipaux.
En ouverture de la conférence de presse au restaurant L'Epicerie et Compagnie place Emile Zola vendredi en fin de matinée et alors que son équipe allait notamment annoncer le prolongement de l’extension des terrasses jusqu’au 30 septembre (retrouvez l’annonce en cliquant ici), François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole, a tenu à faire remarquer que les mesures d’exonération prises par la Ville en soutien à la relance de l’activité commerciale et touristique «représentent un effort financier estimé à 600.000 euros».
Des mesures établies après concertation avec l'UMIH et autres partenaires représentants des commerces.

Mise au point sur l'extension des terrasses


Sur la question des extensions de terrasses, «216 demandes ont été traitées, pour 90% de réponses positives. 3.132 m2 supplémentaires de terrasses ont été accordés, en plus des 6.700 m2 existants».
Début août, François Rebsamen avait été interpellé via une lettre ouverte au sujet d’extensions non-permises sur certaines places de parking. «Barrer la route est parfois impossible dans des secteurs à forte circulation, comme rue Auguste Comte par exemple…», a-t-il répondu implicitement.

Rue Auguste Comte, c’est là où se situe le bar Alchimia justement, dont les gérants sont les auteurs de la lettre ouverte évoquée (à lire en intégralité en cliquant ici). «Deux critères empêchent parfois l’extension des terrasses : la sécurité et la faisabilité technique», a ajouté au cours de la conférence de presse Nadjoua Belhadef, adjointe au maire déléguée au commerce et à l’artisanat.

«On ne s’en sort pas si mal»


Pour en venir à l’activité touristique, «on ne s’en sort pas si mal», trouve François Rebsamen, soulignant que la relance est sur une pente ascendante qui peut laisser espérer des jours meilleurs à la rentrée de septembre.

Tels des chiffres encourageants, le maire de Dijon prend l’exemple du musée des Beaux-Arts : «Zéro visiteur en mai certes (réouverture post-confinement début juin)… Par contre, si on regarde en juin et en juillet, on a une fréquentation supérieure à celle de 2018. On a eu 7.000 visiteurs en juin, 18.000 en juillet. 2019 était une année vraiment spéciale après la grosse rénovation. On voit bien que c’est reparti à la hausse».

«On peut parler d’une reprise d’activité prometteuse»


En tant que présidente de l’Office de tourisme de Dijon Métropole, Sladana Zivkovic mesure : «75% de notre clientèle sur juillet-août est française, avec des retombées de la campagne de communication ciblée sur l’Île-de-France, le Grand-Est et en Rhône-Alpes. On constate aussi une augmentation de visiteurs qui viennent de la Nouvelle-Aquitaine. Le retour du top 5 des visiteurs européens se confirme». Un retour que Sladana Zivkovic avait déjà apprécié lors d’un point presse fin juillet (retrouvez notre article en cliquant ici).

«Depuis le 1er juin, 65.000 visiteurs ont été accueillis à l’OT, dont près de 60.000 en juillet et août. C’est évidemment moins que l’année dernière, de l’ordre de -30%, mais la vitesse de progression est bonne. On peut parler d’une reprise d’activité prometteuse».
Dans les hôtels, le taux de remplissage est estimé à «plus de 70%», sachant toutefois qu’il était au-delà des 90% l’année dernière… L’absence de la clientèle asiatique, qui représente en temps normal 10% des nuitées à Dijon, se ressent.

«On constate qu’il y a du monde au centre-ville, du flux»


Avec à ses côtés Jean-Paul Durand, conseiller municipal délégué au coeur de ville, Nadjoua Belhadef est convaincue que le maintien des animations en centre-ville («2.115 commandes à ce jour sur 9 Brunch des Halles à emporter», «plus de 3.500 spectateurs sur les terrasses pour le festival Garçon la Note jusque-là») contribuent «à apporter un peu d’air aux commerçants», de même que le confirme Alexandre Hulin du restaurant Grill & Cow qui fait part d’une forte dynamique recréée autour des Halles.

Plus largement au centre-ville, Shop In Dijon via l'association CAMF (Commerçants et Artisans des Métropoles de France) aurait aimé voir les soldes d’été débuter en cette fin du mois d’août. Celles-ci «en demi-teinte» selon Matthieu Honnorat n’empêche pas le responsable commercial de la fédération des commerçants et artisans dijonnais de parler d’une activité satisfaisante dans le contexte, où la baisse de fréquentation dans les magasins est compensée par l’augmentation du panier moyen.
«On constate qu’il y a du monde au centre-ville, du flux. Les chiffres qui nous ont été communiqués par les commerçants sont encourageants. Certains retrouvent leurs chiffres N-1, d’autres font même plus par rapport à 2019», assure Nadjoua Belhadef.

Des aides à poursuivre, à accentuer ? François Rebsamen annonce qu’un travail est entretenu avec le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté quant au fonds de soutien économique (1 560 000 d’euros d’aides directes aux entreprises et 780.000 euros en avances remboursables) et la possibilité de prendre en charge les loyers des petites entreprises.
Celles-ci sont invitées à se rapprocher des chambres consulaires (CCI et CMA) ou du service Commerce de la Ville de Dijon pour plus de précisions sur les aides possibles.

La vigilance et non la peur face au virus


Malgré des contre-coups de la crise (amortis aujourd’hui par les aides d’Etat et autres) redoutés dans plusieurs secteurs en septembre, l’optimisme est affiché, en tout cas pour ce qui est du dynamisme touristique. Et la peur d’un rebond épidémique ne souhaite pas être véhiculé, même si la tendance ne met pas à l’abri du regain d’un certain climat anxiogène à la rentrée.

«Je dis aux touristes : vous pouvez venir à Dijon, vous êtes protégés», déclare François Rebsamen. En insistant : «On a fait le travail avec la préfecture pour que les gestes barrières et le port du masque soient respectés. On a même rajouté la place Emile Zola pour le port du masque obligatoire. Je m’appuie aussi sur ce que disent les scientifiques : le virus revient mais il est moins agressif. Ce serait bien d’ailleurs que l’ARS publie les tests réalisés quotidiennement».
Sladana Zikovic rappelle que l’OT a rouvert dès le 11 mai et que le cadre sanitaire est rodé, tout en saluant les professionnels du tourisme pour leur respect des protocoles sanitaires.

Pour finir, rappelons que les limites d'horaires autorisés pour les terrasses extérieures sont fixées à minuit (23 heures le dimanche). Un arrêté a aussi été pris pour l’interdiction de la vente d’alcool sur la voie publique après 21 heures.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier