Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
18/10/2020 17:52

DIJON : Hommage des républicains à Samuel Paty

Selon la police, 3.500 personnes se sont rassemblées place la République ce dimanche 18 octobre pour rendre hommage au professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine. Représentants de l’État, élus, enseignants et citoyens attachés aux principes républicains étaient présents en nombre.

Au départ, il y eut les syndicats enseignants qui appelaient à un rassemblement. Puis, des citoyens choqués par l'assassinat d'un professeur se sont mobilisés pour se retrouver place de la République à Dijon ce dimanche 18 octobre 2020 à 15 heures.

Deux jours plus tôt, le 16 octobre, Samuel Paty, professeur en histoire-géographique et en enseignement moral et civique au sein du collège Bois d'Aulne situé à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a été tué par un terroriste islamiste qui lui reprochait d'avoir présenté en classe deux caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours portant sur la liberté d'expression.

«La promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité»


Ce dimanche, plusieurs milliers de personnes – 3.500 selon la Police nationale – se sont donc rassemblées dans le calme pour signifier leur soutien au corps enseignant et défendre la liberté d'expression. Étaient là plusieurs syndicalistes enseignants, des militants associatifs, de nombreux élus de l'agglomération dijonnaise mais aussi de la Côte-d'Or ainsi que les représentants de l’État, au premiers rangs desquels le préfet de la Côte-d'Or, Fabien Sudry, et la rectrice de l'Académie de Dijon, Nathalie Albert-Moretti.
Dans le communiqué appelant à ce rassemblement, les signataires disaient vouloir montrer «que nous sommes attachés à la liberté d’expression et que nous refusons les logiques extrémistes et obscurantistes, (...) que nous sommes attachés à la laïcité, qui garantit la liberté de conscience» et, en réponse à l'assassinat, souhaitaient faire «la promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité».

«Touche pas à mon prof»


Les signes revendicatifs étaient rares sur la place. Un collégien de Clos-de-Pouilly portait sobrement une pancarte «Touche pas à mon prof», une parente d'élève – aussi de Clos-de-Pouilly – appelait à «Rallumer les lumières» et des impressions «Je suis enseignant» figuraient accrochées à certaines vestes.

Les plus visibles furent les reproductions de la une de Charlie Hebdo «Tout ça pour ça» diffusée début septembre dernier, à la veille du procès de l'attentat ayant visé l’hebdomadaire en janvier 2015.

Quelques longues séquences d'applaudissements empreints de gravité ont rythmé le rassemblement qui a duré plus d'une heure. Une «Marseillaise» a été entonnée puis les participants ont repris leurs échanges pour partager leur indignation et leur émotion.

Jean-Christophe Tardivon