Recherche
> Vie locale > Vie locale
21/06/2020 07:11

DIJON : «Inquiétant, angoissant, au début j’ai perdu espoir»

Ouvert il y a un an, le café-théâtre Darcy-Comédie vit des heures sombres en raison de la crise sanitaire. Après un bilan positif, «le coronavirus a tout foutu en l’air». Cette salle de spectacles unique en son genre sur Dijon Métropole survivra-t-elle malgré le lancement d’une cagnotte ? 
Rencontre avec l'homme-orchestre du Darcy Comédie, Carlos Goncalves.
C’était en mars 2019. Un nouveau lieu de spectacles venait d'ouvrir en centre-ville, rue Devosges. Un café-théâtre sous le nom de «Darcy Comédie». Pendant un an le lieu a accueilli des soirées d'humour sous plusieurs formes. Artistes locaux, régionaux et têtes d'affiches ont foulé les planches de ce lieu unique sur Dijon Métropole.

Dans une interview donnée à Infos-Dijon lors de l'ouverture, l'homme-orchestre du Darcy Comédie, Carlos Goncalves        nous confiait  «On va faire un grand écart entre le théâtre de Boulevard, les pièces plus légères, les one-man-show et les seul-en-scène. Nous aurons des artistes locaux et régionaux mais aussi des comédiens de toute la France» 

Un an après vous n’avez plus le sourire


Carlos Goncalves : «J’ai perdu le sourire le 15 mars. Et pourtant on avait un bilan positif. Nous avions une bonne fréquentation, la présence du public, les artistes répondaient présents. D’autant que le site pouvait aussi être loué à titre privé, ce qui était le cas avec de grandes entreprises dijonnaises comme SNCF, Doras, pour des colloques, mais aussi par des particuliers pour des anniversaires et autres moments festifs…et puis le coronavirus a tout foutu en l’air»

Vous avez perdu espoir


«Quand on est chef d'entreprise et qu'il n'y a plus de rentrée d'argent, croyez-moi c'est inquiétant, angoissant. On dort tout de suite beaucoup moins bien. Au début j'ai d'ailleurs perdu espoir. J’ai pensé jeter l’éponge. Et puis on a fait une cagnotte qui est toujours en cours. Le public commence à nous suivre, c’est motivant mais on reste très fébrile. Nous ne sommes pas certains de nous en sortir»

Payer les loyers avant tout


«La cagnotte, c’est le pot solidaire qui nous aidera à payer les loyers avant tout. Sachant que nous avons pratiquement 4 000 euros de loyer par mois. Je vous laisse faire le calcul, si nous reprenons en septembre, cela fera au moins cinq mois de loyer à régler sans aucune rentrée d’argent. Et là, je ne parle que des loyers»    

Des projets à l’horizon 


«C’est vrai que cette cagnotte nous remotive. Mais le coronavirus aura eu raison de notre espace restauration. J’avais une équipe prête pour la saison d’été. Vue les circonstances, elle est partie sur un autre projet. Mais pour la rentrée nous allons proposer une cave à vins. Chacun pourra choisir son vin et éventuellement l’emporter en fin de soirée. Nous aurons aussi une véranda qui est en cours d’aménagement»

Une programmation en cours


«Grace à mon réseau, de nombreux artistes m’ont promis de venir se produire ici à Dijon. On est en train de caler certaines dates. Mais la première soirée aura lieu le week-end du 24, 25 et 26 septembre pour la fête de la fin des vendanges avec le festival Rire et Vins au féminin. Des artistes, femmes, seront sur scène pendant trois jours. Ça c’est pour le lancement de la saison. Mais je touche du bois pour qu’elle est lieu»

                                                                                                                                                                                 Norbert Banchet
                                                                                                                                             Photos d'archives : Norbert Banchet

Le Pot Solidaire :  Cliquer ICI sur Sauver le Café-Théâtre Comédie Darcy à Dijon