Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
16/12/2020 17:56

DIJON : «L'instruction des enfants n'est pas à géométrie variable» déclare Franck Lehenoff

L'adjoint au maire de Dijon délégué à l'éducation se demande s'il faut croire le ministre de l'Éducation affirmant que les écoles ne sont pas des lieux de propagation du virus ou bien le Premier ministre annonçant la possibilité de ne pas envoyer les enfants à l'école les 17 et 18 décembre pour limiter les contaminations à Noël.

Communiqué de la Ville de Dijon du 16 décembre 2020 :

L’INSTRUCTION DES ENFANTS N’EST PAS À GÉOMÉTRIE VARIABLE

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la possibilité pour les parents qui le veulent de ne pas envoyer leurs enfants à l’école jeudi et vendredi. Le but, limiter les risques de contamination à Noël, selon une nouvelle préconisation du Conseil scientifique. Une tolérance sera donc appliquée pour les élèves absents.

Si toutes les mesures doivent être prises pour assurer la sécurité sanitaire des Français, cette décision porte atteinte au principe fondamental de notre système éducatif : l’instruction obligatoire pour tous les enfants. Elle en revient à considérer l’école comme facultative et brise, encore, le principe d’égalité entre des familles qui pourraient garder leurs enfants et les autres.
Une nouvelle fois, la stratégie gouvernementale pour faire face à la crise de la COVID-19 est incompréhensible. Depuis la fin du 1er confinement, un protocole sanitaire strict encadre les vies des écoliers et des enseignants, à qui je tiens ici à rendre hommage. Est-ce à dire qu’en réalité, il est insuffisant ? Qui croire entre le ministre de l'Éducation nationale affirmant que les écoles ne sont pas des lieux de propagation du virus et le Premier ministre suggérant de retirer les enfants de ces mêmes écoles pour des raisons exactement inverses ?

L’improvisation permanente du Gouvernement plonge les familles et les enseignants dans l’incertitude, après une année déjà très éprouvante. Pourquoi les collectivités territoriales ne sont pas elles consultées ? Elles s’adapteront, comme toujours. Mais elles ne pourront, par exemple, éviter le gaspillage alimentaire qu’induit cette nouvelle annonce. Notre cuisine centrale produit chaque jour 8 000 repas de qualité pour les enfants. Combien seront présents ? Nous l’ignorons parce que le Gouvernement ignore la réalité de la vie locale.

Monsieur le Premier ministre, l’instruction des enfants n’est pas à géométrie variable. Au lieu d'être rassurant, tout cela inquiète que ce soit sur le plan sociétal ou sanitaire.