Recherche
> Vie locale > Vie locale
11/06/2020 03:27

DIJON : La bibliothèque la Nef, chamboulée mais déconfinée

La Rubalise s'intègre avec harmonie dans les espaces colorés de la Nef. Cette bibliothèque municipale dijonnaise a été la première de France à tout mettre en oeuvre pour accueillir de nouveau ses usagers en tenant compte des règles sanitaires.

Virginie, bibliothécaire de la bibliothèque la Nef


«Quand les premières annoncent de confinement ont été annoncés, les gens sont venu emprunter énormément de livres, ils ont fait des stocks. Alors dès que nous avons rouvert tous ces livres sont revenus. Nous avons donc fait un système à l’entrée de la bibliothèque. Si les gens veulent seulement déposer leurs livres, alors nous leur demandons de se laver les mains avec du gel hydroalcoolique et de les déposer dans des cartons mis à leur disposition ( une personne est toujours présente pour les aider). Cependant si la personne veut également emprunter, alors nous lui demandons de se laver les mains mais aussi de mettre une paire de gants jetables. Et elle peut ensuite poursuivre son parcours.»

«Tout d’abord nous avons créé un circuit avec des Rubalise afin que les gens ne se croisent pas. Nous avons également fait des zones afin que certains documents soient seulement manipulés par nous. Ils peuvent bien sûr être empruntés, nous encourageons les gens à aller voir sur le site de la bibliothèque les ouvrages qu’ils souhaitent emprunter. En effet toutes les références sont sur le site alors cela permet aux gens de chercher tranquillement à distance et cela évite que chacun touche plusieurs exemplaires pour au final n’en prendre qu’un seul.»

«Nous ne manipulons pas les rayons durant les heures d’ouverture.  Nous rangeons seulement au moment où nous réintégrons les documents qui sont en quarantaine, mais on évite au maximum de manipuler les documents. Il y a une vraie procédure sanitaire pour chaque réintégration de documents. En effet, nous désinfectons systématiquement les chariots, les espaces de travail. Et nous, nous travaillons avec masque et gants pour éviter toute contamination. Et cette procédure se répète à chaque carton.»

«Nous avons également disposé des cartons dans plusieurs endroits afin que les personnes qui ont manipulé un livre et qui ne souhaitent pas le prendre les placent dedans. En effet nous prônons le «je manipule donc j’emprunte». Cependant, si les personnes ne veulent finalement plus prendre l’ouvrage en question, ils le placent dans le carton et le carton part le soir même en quarantaine pour une durée de 11 jours. Nous avons actuellement 20 cartons par jour qui partent en quarantaine à la bibliothèque de la Nef mais sur tout le réseau nous tournons à plus d’une centaine de cartons par jour.»

«Nous avons été la première bibliothèque de France à avoir tout remis en œuvre afin que les gens puissent de nouveau venir. Il y a eu un gros travail de réflexion pour réussir à faire fonctionner cela puisqu’au départ les bibliothèques ne fonctionnaient que grâce à un système de drive. Ici cela n’a pas du tout été le cas.»

«Durant le confinement nous avons proposé une offre numérique très large comme par exemple des tutos cuisines ou encore des coloriages pour les enfants (mais aussi les adultes). Nous avons également appelé nos seniors (une grosse partie de nos adhérents ont plus de 75 ans) afin de prendre de leurs nouvelles mais aussi discuter avec eux de lecture. Ils ont été enchanté de la démarche et cela leur a autant fait plaisir a eux qu’à nous.»

Photographies Manon Bollery