Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
11/09/2020 19:58

DIJON : La commémoration de la libération de la ville en images

Ce vendredi 11 septembre 2020 a marqué les 76 ans de la libération de la ville de Dijon. Retour en photos avec Infos-Dijon.
Le 11 septembre 1944, la ville de Dijon était libérée. Le rassemblement au Jardin Darcy en fin de matinée marquait donc le 76ème anniversaire de cette libération, débuté par la lecture de l’ordre du jour n°3 du maréchal de Lattre de Tassigny puis des hommages rendus devant la plaque Rhin et Danube.
Les masques n’empêchaient les temps de recueillement et les écoliers de l’établissement élémentaire Jean Jaurès pouvaient chanter la Marseillaise a capella, après un lâcher de ballons aux trois couleurs du drapeau français.

La deuxième partie de la commémoration consistait à rejoindre la cour d’honneur de l’hôtel-de-ville en défilant dans la rue de la Liberté au rythme de l’Harmonie municipale et des porte-drapeaux. Un dépôt de gerbe devait avoir lieu dans le passage du Logis du Roy, avant de voir les élèves à nouveau chanter, l’hymne européen cette fois-ci, dans la cour d'honneur.

À celles et ceux «qui ont su dire non» au nazisme


En clôture de cette fin de matinée, la parole est revenue au maire de Dijon François Rebsamen, ayant résumé cette commémoration tel un important mélange entre devoir de mémoire et aspects plus festifs.
La fête pour le jour de la libération et les scènes de liesse consultables aux archives. Le devoir de mémoire «pour celles et ceux qui ont donné leur vie pour libérer la France».
«Célébrer le 11 septembre 1944, c’est ne jamais oublier les personnes qui ont été victimes du nazisme», a-t-il déclaré notamment, en exprimant une pensée pour les déportés pour motifs raciaux, les héros de la résistance, les anonymes, «qui ont su dire non», sans oublier les alliés.
Henry Simon, résistant en Côte-d’Or dès l’âge de 16 ans, décédé le 9 juillet dernier, a été cité pour son courage mais aussi sa sensibilisation auprès des plus jeunes.

«Grâce à eux, la République et la démocratie ont pu être restaurées», a insisté le maire de Dijon ayant appuyé sur les mots de la devise républicaine lors de son discours, sur l’estrade où était aussi présent Fabien Sudry, préfet de la Bourgogne-Franche-Comté et préfet de la Côte-d’Or.

«Il ne peut y avoir d’avenir possible dans l’extrémisme, dans les discriminations...»


«Lucie Aubrac avait coutume de dire que le mot résister doit toujours se conjuguer au présent. Gardons en nous ces belles paroles. Il ne peut y avoir d’avenir possible dans l’extrémisme, dans les discriminations, dans le rejet de l’autre. L’humanité ne peut progresser qu’en épousant les valeurs d’égalité mais surtout de tolérance et de respect d’autrui», a lancé François Rebsamen, en affirmant son soutien aux anciens combattants dont la mémoire doit être ou devrait être un rempart aux atrocités pouvant se commettre aujourd’hui.

Notons aussi que des mots ont été exprimés envers le peuple américain, frappé il y a 19 ans par les attentats du World Trade Center. Au Jardin Darcy d'ailleurs, un pacanier pousse depuis plus de 9 mois maintenant, planté en décembre 2019 en signe de l'amitié franco-américaine.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier