Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
18/08/2022 03:17

DIJON : «La rotation des véhicules participe également à l’activité commerciale de la ville», assure Dominique Martin-Gendre

Alors que le stationnement payant sera étendu dans plusieurs zones au 1er septembre, la Ville de Dijon met plutôt en avant l’extension du stationnement résidents et en parallèle les bienfaits des zones payantes pour le dynamisme commercial. Le point avec l’adjointe au maire en charge de ces questions, Dominique Martin-Gendre.
Au 1er septembre 2022, cinq zones et plusieurs rues seront concernées par l’extension du stationnement payant à Dijon (voir ci-dessous).

Éviter les problématiques des voitures ventouses


La majorité municipale parle plutôt d’une extension du stationnement résidents, «puisque l’intérêt est de générer une rotation des véhicules et de permettre aux habitants dijonnais de trouver une place en bas de chez eux».

Pour Dominique Martin-Gendre, adjointe au maire de Dijon déléguée notamment aux mobilités, il est question d’éviter les problématiques de voitures ventouses et de donner la possibilité aux résidents de «profiter de tarifs avantageux pour se stationner».


L’élue ajoute sur ce point : «25 euros par mois en centre-ville, 10 euros dans les autres secteurs et même 5 euros dans le quartier Hyacinthe Vincent, c’est quand même raisonnable». Elle appuie ses propos : «pour une telle décision d’extensions, les habitants alimentent nos réflexions. Oui, nous avons des personnes qui nous demandent ce stationnement résidents, juste pour pouvoir se garer près de chez eux».

Concernant par conséquent le stationnement payant, l’adjointe au maire défend le principe selon lequel la rotation des véhicules contribue aussi à la dynamique du coeur de ville et plus largement des zones commerciales dans les quartiers. En insistant : «les commerçants ont intérêt à ce que les voitures bougent pour que la clientèle soit nombreuse».

L’intermodalité plutôt que la stigmatisation de la voiture


«Vous n’aimez pas la voiture», avait implicitement lancé l’élu d’opposition Laurent Bourguignat lors du dernier conseil métropolitain du 30 juin dernier, en dénonçant au passage une augmentation de la première heure de stationnement à deux euros. Outre des explications données sur une tarification loin d’être exorbitante pour une capitale régionale, l’exécutif avait alors répondu en disant que l’intermodalité a encore du potentiel.

Dominique Martin-Gendre corrobore ce constat : «moins de voitures au centre-ville ne peut pas faire de mal, ne serait-ce que concernant les rejets de CO2 et la pollution sonore. Mais il faut aussi que les gens puissent se stationner pas très loin des rues piétonnes».
Selon l’adjointe au maire, les aménagements sont réalisés en ce sens et «les parkings en ouvrage représentent 5.000 places, ce n’est pas rien. De toute façon, pour être attractive, une ville doit offrir toutes les possibilités de circulation et de stationnement». 5.000 places dans les parkings en ouvrage, de même que 5.000 arceaux à vélo.

Un plan de déplacement envisagé pour les personnels de la clinique Drevon


Si le «tout payant ne serait pas justifié dans certains secteurs» pour ce qui est du stationnement des véhicules, Dominique Martin-Gendre met donc en avant des extensions au bénéfice des résidents, pour supprimer ou atténuer dans le même temps les désagréments et risques causés par les stationnements anarchiques. Une des raisons qui justifie le stationnement qui deviendra payant rues Fleutelot, Princes de Condé, Viollet Le Duc, Le Nôtre aux allées du parc, en précisant bien qu'«un plan de déplacement sera proposé aux personnels de la clinique Drevon».

«Ils n’étaient pas contents au départ à l’idée de payer le stationnement normal. Dans ce cas-là, on se rencontre et on trouve des solutions. C'est ce que nous allons faire avec la direction de la clinique», fait remarquer l’adjointe au maire, qui annonce dans un autre secteur que la refonte prévue de la rue Monge, de la CIGV à la place Bossuet, pourrait être l’occasion de travailler à la création de places de stationnement supplémentaires pour les motos.

Quant aux trottinettes électriques, celles proposées avec l’entreprise Ireine doivent être remises en place quotidiennement «à des emplacements bien précis, souvent proches des stations de vélo pour ne pas gêner les passants».

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les extensions des zones tarifées de stationnement au 1er septembre :

(éléments transmis par la Ville de Dijon)

- Zone de stationnement résidents gare Nord : dans le prolongement côté Ouest du secteur Gare Nord existant (rues de Talant, Paul Thénard, Lamartine, Théodore de Bèze et Legrand du Saulle) : création de 300 places résidents.

- Zone de stationnement résidents gare Sud: dans le prolongement côté Sud du secteur Gare Sud existant (rue Hoche, quai Nicolas Rolin, rue de Champmol, rue Joliet) : création de 127 places résidents.
        
- Zone de stationnement résidents Tivoli- Transvaal : dans le prolongement côté Est du secteur Tivoli existant (rues Daubenton, Charles Dumont, Bordot) : création de 140 places résidents.

- Zone de stationnement résidents Montchapet: dans le prolongement du secteur Montchapet existant (rues de Fontaine, Camille Saint Saëns, Rouen, Docteur Maillard, Docteur Henri Pingeat, Eugène Spuller, Docteur Durande, Bernard Courtois, Avenue Gounod) : Création de 271 places résidents.
        
- Zone de stationnement résidents Allées du Parc : dans le prolongement côté Est du secteur Allées du Parc existant (rues Fleutelot, Princes de Condé, Viollet Le Duc, Le Nôtre) : Création de 155 places résidents.





Infos-dijon.com - Mentions légales