Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
18/01/2021 12:47

DIJON : Le centre de vaccination de la salle Devosge est opérationnel

Dès 9 heures ce lundi 18 janvier, les premiers patients arrivaient salle Devosge pour être vaccinés contre le coronavirus. Dans un premier temps, le site pourra accueillir 200 personnes par jour. Le maire de Dijon déplore un manque d'approvisionnement en doses de vaccin.

Une nouvelle phase de la campagne de vaccination contre le coronavirus SARS-CoV-2 débute ce lundi 18 janvier 2021 avec l'ouverture aux personnes âgées de 75 ans et plus habitant à domicile et aux personnes à très haut risque. La Ville de Dijon a installé deux centres de vaccination qui sont encore en phase de rodage pour ce premier jour.

Le site Devosge en pratique


Pour faciliter la mobilité, devant la salle Devosge, des places ont été réservées par la Ville de Dijon pour un arrêt minute. La présence sur la liste des inscriptions est vérifiée à l'extérieur, la température est relevée au niveau du front et du gel hydroalcoolique est proposé. Dans le hall est effectué un préenregistrement.

Six tentes sont installées au sein de la salle Devosge. À ce jour, seules deux sont en service avec un rendez-vous toutes les quinze minutes. Un espace d'attente permet de remplir le formulaire puis le médecin appelle le patient, procède aux vérifications concernant les contre-indications, enregistre la Carte Vitale avant de réaliser l'injection.
Ensuite, toujours en respectant un principe de «marche en avant», en compagnie d'un sapeur-pompier du SDIS 21, les patients ont un temps de repos de quinze minutes pour vérifier l'absence d'effets secondaires avant de pouvoir repartir. Les surfaces et stylos utilisés dans l'espace d'attente sont régulièrement désinfectés. Du gel hydroalcoolique est de nouveau proposé à la sortie. Un ascenseur permet l'accès des personnes à mobilité réduite.

«On est habitué à prendre en charge des patients»


Faisant partie de la communauté professionnelle territoriale de santé Centre 21 (CPTS), le docteur Marie-Hélène Rapillard, médecin généraliste, a été  désignée responsable du centre de vaccination installé salle Devosge par l'Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté (ARS). À ses côtés, le docteur Laura Dusz participe à l'opération de vaccination.

Les médecins de la CPTS ont défini elles-mêmes l'organisation «la plus logique» pour préparer la salle Devosge. «On est habitué à prendre en charge des patients, on a des infirmières avec nous» souligne le docteur Marie-Hélène Rapillard. Ce sont donc deux médecins, deux infirmières et deux sapeurs-pompiers qui mettent en œuvre la partie sanitaire du centre de vaccination. Sont aussi mobilisés des personnels de la Ville de Dijon et des agents de sécurité.

Ce lundi 18 janvier, dix flacons de vaccin Moderna ont été livrés par la pharmacie hospitalière du CHU Dijon Bourgogne. Les flacons sont conservés dans le réfrigérateur des cuisines de la salle Devosge. À partir de ces flacons, les infirmières préparent les seringues prêtes à être utilisées pour les injections.

«Quand il y a des vaccins, je les fais»


Ayant un rendez-vous dès ce lundi 18 janvier 2021 à 9 heures pour la première injection, Yves, 75 ans, estime qu'«il faut être vacciné si on veut venir à bout [du virus]». La prise de rendez-vous sur Doctolib a été un travail de patience : «on a commencé le matin à 7 heures 30 et on a eu notre rendez-vous à midi moins le quart, on a gardé la tablette et on cliquait dessus tous les quarts d'heure».

A contrario, Françoise, 78 ans, a obtenu très rapidement un créneau via Doctolib : «j'ai essayé et ça a marché». «Quand il y a des vaccins, je les fais» explique tout simplement Françoise, «je fais le vaccin pour la grippe tous les ans». «Il n'y a pas d'autre solution pour essayer d'en sortir» considère-t-elle.

«Arriver à vacciner 1.000 personnes par jour»


Sur les sites de la salle Devosge et de la tribune du stade, «la Ville de Dijon a mobilisé tous les moyens pour arriver à vacciner 1.000 personnes par jour» explique François Rebsamen (PS), maire de Dijon, en venant échanger avec les personnels et les patients ce lundi matin. «Les services sont très habitués à faire ces choses-là, il y a des box en nombre suffisant, le personnel soignant avait été contacté et était prêt à agir» rappelle le maire de Dijon.

Néanmoins, Françoise Tenenbaum, adjointe à la santé, souligne le temps consacré aux aspects administratifs. Les numéros de Carte Vitale sont saisis manuellement alors que la Ville de Dijon a sollicité la caisse primaire d'Assurance Maladie pour doter les deux sites de lecteurs de Carte Vitale.

«Le gouvernement a joué les Cassandre»


«Si on arrive à en faire 200 aujourd'hui, on sera content» déplore pourtant François Rebsamen car «on n'a pas plus de vaccins que ça, c'est le problème des doses que reçoit le CHU». Début janvier, 16.600 doses de vaccin Pfizer-BioNTech ont été fournies par Santé Publique France au CHU Dijon Bourgogne puis, dans la semaine du 11 janvier, 4.800 doses de vaccin Moderna. L'établissement de santé dijonnais approvisionne ensuite l'ensemble des centres de vaccination de la Côte-d'Or.

«Je dois pouvoir dire à mes administrés pourquoi il n'y a pas plus de doses» proteste le maire de Dijon qui est prêt à comprendre les explications du gouvernement. «Quand il n'y a pas de transparence, c'est très compliqué» insiste-t-il. D'où une prise de position conjointe avec Anne Vignot (EELV), maire de Besançon, pour regretter des «carences» dans la livraison des doses de vaccin (lire le communiqué).

«Le gouvernement a joué les Cassandre et s'est fait peur mais la vérité, c'est que les gens vont venir se faire vacciner et, en plus, ils savent que ça marche, c'est le seul espoir que l'on ait de vaincre le virus» assure François Rebsamen qui se dit «impatient d'avoir plus de doses».

Jean-Christophe Tardivon

Les modalités pour prendre rendez-vous dans un centre de vaccination


Les premiers vaccinés rassurés au Parc des Sports de Dijon


Le premier centre de vaccination départemental


«Un vaccin qui est efficace à 94,5%, c'est exceptionnel» déclare le docteur Jean-Henri Perrin


Les professionnels de santé «tous unis dans la lutte contre la pandémie»


Le CHU Dijon Bourgogne a reçu 16.600 premières doses de vaccin Pfizer-BioNTech