Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
14/07/2021 19:35

DIJON : Le centre numérique anime une dynamique large sur le territoire

Le centre numérique de Dijon est «tête de réseau» sur le territoire dijonnais. Labellisé par le Gouvernement «Fabrique numérique de territoire» fin 2019, il poursuit sa lutte contre la fracture numérique, tout en proposant des actions autour des nouveaux usages du numérique. Natacha Vieille, sous-préfète à la relance, a assisté le 9 juillet à un atelier robotique à MJC Dijon Grésilles.
Le centre numérique de Dijon, anciennement centre multimédia (l’appellation était en vigueur jusqu’au 1er janvier 2021), place au coeur de ses actions une mission de lutte contre la fracture numérique.

Le centre numérique est ouvert à l’ensemble des habitants de la métropole. Une attention particulière est portée aux habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (Grésilles et Fontaine d’Ouche à Dijon).

Le numérique comme service public


Entre 100 et 150 personnes par semaine sont accueillies au centre basé à la médiathèque Champollion dans le quartier des Grésilles. «Pour avoir accès au droit, elles n’ont pas le choix», note François Monnin, directeur du centre proposant un accompagnement aux démarches en ligne. Les demandeurs d’emploi notamment font partie du public aidé.


D’une étude de l’Irtess pour la Ville de Dijon il y a quelques années, il ressortait que la suppression de la ligne internet est au rang des premières options sacrifiées lorsqu’une personne ou un ménage rencontre des difficultés financières. «D’où l’importance du centre numérique. Et nous ne sommes pas là dans le but de permettre la maîtrise des nouvelles et dernières technologies. Ce qui compte avant tout, c’est le service public que peut apporter le numérique», souligne Joël Mekhantar, adjoint au maire de Dijon délégué aux nouvelles technologies, à la protection des libertés et à la lutte contre la fracture numérique.

Via une convention d’objectifs et de moyens liant la municipalité de Dijon et les Pep - dont dépend le centre numérique -, celui-ci est subventionné à hauteur de 180.000 euros par an par la Ville de Dijon, plus la mise à disposition d’un poste d’agent municipal.
Neuf PANDA (points d’accès numériques de Dijon et de son agglomération) sont animés par l’association.

De multiples actions déployées à Dijon


Si Joël Mekhantar insiste sur l’utilité première du centre numérique, il mesure également l’évolution des pratiques et des attentes des usagers. Depuis la première convention signée en 2004, les prestations du centre numérique ne se limitent plus aux fondamentaux peut-on dire.

François Monnin explique : «Nous proposons 22 cours, du basique sur le fonctionnement d’un ordinateur jusqu’à la navigation sur internet. L’objectif est d’amener les utilisateurs à l’autonomie. Et puis nous avons des ateliers pour les jeunes et adolescents. Celui sur l’identité numérique est proposé 50 fois par an. Nous en avons d’autres sur les fake news, sur la vidéo. Nous avons un fablab, nous animons par ailleurs des cafés numériques pour apporter cette culture aux personnes intéressées. Nous faisons également du drone».

Tout cela ne se fait pas qu’à la médiathèque Champollion. Ces multiples actions sont déployées à Dijon, via des partenariats associatifs avec des structures telles que les Maisons de quartier et centres sociaux. Le centre numérique est «tête de réseau» sur le territoire de Dijon Métropole.

Il est même centre de ressources à l’échelle de la ville de Dijon. Les institutions, PME, associations et structures de quartier peuvent s'appuyer sur celui-ci.

Une labellisation et 150.000 euros sur trois ans


C’est cette dimension qui a permis au centre numérique de répondre à l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé par le Gouvernement le 11 juillet 2019. Pour l’État, «l’objectif était d'encourager la dynamique des tiers-lieux dans les territoires et de soutenir des structures qui proposent de nombreuses activités autour du numérique aux habitants et aux professionnels». En fin d’année 2019, le centre numérique de Dijon a été labellisé «Fabrique numérique de territoire». Avec en prime un soutien financier de 150.000 euros sur trois ans. Des crédits s'inscrivant dans le plan France Relance.

Très concrètement, cette labellisation et le coup de pouce qui va avec ont permis au centre numérique d’embaucher une septième personne et d’ouvrir un atelier sur la robotique.

À la MJC Dijon Grésilles vendredi 9 juillet 2021 en milieu de matinée (rue Castelnau), c’est cet atelier qui donnait à voir des adolescents, les yeux rivés sur les tablettes numériques, à essayer d’élaborer un parcours aux robots. Les étapes de l’avancée de ceux-ci étaient à mettre en place suivant des challenges via une application adéquate. Une manière d’apprendre le codage de façon ludique.

Le développement de modules courts de médiation numérique pour les salariés des associations et la mise en place d’une permanence d’accompagnement numérique sur le marché du quartier des Grésilles sont inscrits aux projets devant être menés à bien. À la rentrée, un atelier contre les fake-news s’ajoutera à la liste des actions.

«Un lieu porteur qui tire la dynamique associative

sur des sujets de développement territorial»


Natacha Vieille, sous-préfète à la relance rattachée à la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon - accompagnée de Sabine Racine, chargée de mission numérique à la préfecture de région -, s’est déplacée à la MJC Dijon Grésilles lors de cet atelier.
L’occasion de justifier la labellisation du centre numérique, en parlant d’un «lieu structurant qui rassemble des initiatives, un lieu porteur qui tire la dynamique associative sur des sujets de développement territorial».

En Bourgogne-Franche-Comté, 13 structures sont labellisées, dont également La Coursive Boutaric à Dijon tel un pôle créatif culturel et portant le pôle territorial de coopération économique. «Les Fabriques de territoires sont des tiers-lieux structurants capables d’augmenter la capacité d’action des autres tiers-lieux du territoire dans lequel ils s’inscrivent. La présence d’une Fabrique de territoire facilite l’émergence d’autres tiers-lieux de moindre envergure sur le territoire concerné, notamment dans les villes moyennes et les territoires ruraux, moins pourvus en tiers-lieux que les métropoles».

Dans la région, les trois Fabriques numériques sont le centre numérique de Dijon, La Planoise, quartier d’excellence numérique du Grand Besançon, et le fablab des 3 lapins à Luxeuil en Haute-Saône.

Après une labellisation de Fabriques en zones urbaines, le Gouvernement souhaite poursuivre le maillage territorial en soutenant des Fabriques dans des zones rurales.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier













Infos-dijon.com - Mentions légales