Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
31/03/2021 19:46

DIJON : «Le combat pour l'égalité réelle passe par la restauration de la fraternité», déclare la présidente de SOS Racisme 21

L'exposition «Passeport pour la Fraternité», installée à la MJC Dijon Grésilles, a été inaugurée ce mercredi 31 mars. Elle représente la diversité française au travers de portraits réalisés par la photographe Bettina Rheims.
Issue d'un projet né après la vague d'attentats en 2015, l'exposition présente des roll-ups affichant des portraits en noir et blanc de personnalités de la société civile, des artistes, des intellectuels ou encore des sportifs qui soutiennent la cause de la fraternité.

Pour SOS Racisme, «Passeport pour la Fraternité» reflète la diversité française pour délivrer un message fédérateur. Dans le cadre de la semaine nationale de lutte et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme, l'exposition a été installée un temps à l'université de Bourgogne avant d'arriver à la MJC Dijon Grésilles où il est possible de la découvrir jusqu'à fin avril.

Des photographies de Bettina Rheims


Les images ont été réalisées en studio par la célèbre photographe Bettina Rheims. Chaque portraituré a choisi une citation en lien avec la fraternité. L'exposition a été mise en page par Archibald & Abraham, elle a bénéficié du soutien de la Dilcra et du mécénat de LVMH et de Casino.

On retrouve donc le réalisateur Abderrahmane Sissako, le chanteur Tiken Jah Fakoly, la réalisatrice Sonia Rolland, la championne de boxe Aya Cissoko, la comédienne Anne Roumanoff, le youtubeur Jigmé Théaux, le chanteur Cali ou encore le médecin Patrick Pelloux.

Pour l'affiche, SOS Racisme 21 a retenu Latifa Ibn Ziaten, présidente de l'association IMAD pour la jeunesse et la paix créée en hommage à son fils Imad, parachutiste français victime d'un attentat terroriste en 2012. Elle parcourt les collèges et lycées de France pour promouvoir auprès de la jeunesse des valeurs de tolérance et de fraternité.

«Les discriminations raciales ne peuvent se combattre dans la violence»


Ce mercredi 31 mars, l'inauguration a été animée par Dieynaba Baldé, présidente du comité SOS Racisme de Côte-d'Or. Étaient notamment présents  Marie-Odile Chollet (PS), conseillère municipale déléguée à l'observatoire de l'âge, vie associative, Hugues Olivier et Bernadette Shunghu également pour SOS Racisme 21 ainsi que Ramatoulaye Diop, chargée de mission au siège de SOS Racisme à Paris, responsable du projet «Salam, Shalom, Salut».

«Pour SOS Racisme, le racisme, l'antisémitisme, les discriminations raciales ne peuvent se combattre dans la violence. Face au repli identitaire, nous avons besoin de nous rassembler autour des valeurs républicaines et de laïcité», a déclaré Dieynaba Baldé.

La présidente a remercié la préfecture de la Côte-d'Or pour son soutien à l'exposition ainsi que les établissements scolaires ayant répondu favorablement pour participer à la semaine nationale de lutte et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme.

«Le combat pour l'égalité réelle passe par la restauration de la fraternité, gage du vivre ensemble. Chez les militans de SOS Racisme, la fraternité, la solidarité mais aussi la non-violence sont des valeurs chevillées au corps, c'est pour cela que nous sommes très heureux de les partager avec les habitants des Grésilles, particulièrement avec les jeunes, eu égard à la vague de violences urbaines qui a secoué ce quartier pourtant très prometteur», a ajouté Dieynaba Baldé.

«Sans fraternité, il n'y a pas d'égalité»


«Il reste beaucoup à faire pour le vivre ensemble, pour la laïcité et la fraternité, nous sommes tous engagés dans cette grande entreprise. (…) Cette exposition va contribuer à une sensibilisation et à l'éducation indispensable pour avancer dans ce domaine. Je suis sûre qu'elle sera, en particulier pour les enfants et les jeunes, un support de réflexion et de débat avec les animateurs et les personnes engagées dans cette MJC», a signalé Marie-Odile Chollet.

«Sans fraternité, il n'y a pas d'égalité», déclara à son tour Ramatoulaye Diop ajoutant que «l'idée est de transmettre les valeurs de la fraternité auprès de la jeunesse, auprès de la population civile».

Une future collaboration régulière avec la MJC Dijon Grésilles


Représentant la MJC Dijon Grésilles, Aurélien Claustre a indiqué que l'exposition trouvait «une résonance spéciale» pour l'association. L'inauguration a été suivi par plusieurs jeunes du club presse de la MJC dont le reportage sera à découvrir prochainement sur le site de l'association.

Quelques activités ont été maintenues à la MJC comme les cours de piano ou de guitare, l'orchestre des quartiers ou encore l'expression corporelle pour les tout-petits et la gym parents-enfants. Une cour de l'école Champollion a ouvert pour accueillir des cours de modern jazz.

Dans le public, Léa Talli, animatrice de parcours au sein de l'organisme de formation Cesam, était présente avec quelques stagiaires du dispositif Ensemble, bénéficiant de la protection internationale, pour contribuer à découvrir les structures de quartier dijonnaises. Le dispositif Ensemble travaille sur «l'intégration globale et la vie quotidienne» des stagiaires du Cesam.

En fonction de l'évolution de la situation sanitaire, SOS Racisme 21 envisage d'organiser régulièrement des événements à la MJC Dijon Grésilles.

Jean-Christophe Tardivon

Exposition «Passeport pour la Fraternité»
du 31 mars au 30 avril
MJC Dijon Grésilles
11, rue Castelnau à Dijon































Infos-dijon.com - Mentions légales