Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
16/01/2021 11:45

DIJON : «Le gouvernement mène une entreprise de démolition des libertés publiques fondamentales»

C’est devant la préfecture ce samedi 16 janvier en fin de matinée que des manifestants contre la loi sur la sécurité globale se sont rassemblés.

Comme annoncé par le collectif #StopLoiSécuritéGlobale (retrouvez le communiqué en cliquant ici), un rassemblement était prévu à 11 heures devant la préfecture ce samedi 16 janvier 2021. À 11h15, la manifestation rassemblait une centaine de personnes.

«Dès l’annonce du projet de loi, un collectif national s’est constitué. Le gouvernement mène une entreprise de démolition des libertés publiques fondamentales en France à travers cette proposition de loi et ses articles 21, 22 et 24, votés le 24 novembre dernier par 388 députés ainsi que le schéma national de maintien de l’ordre. La coordination #StopLoiSécuritéGlobale en exige le retrait», a-t-il été réaffirmé sur place, de même que la crainte de voir ces articles être réintroduits dans la loi sur le séparatisme. Sans oublier que la loi sur la sécurité globale «poursuit son chemin parlementaire au Sénat» et a l’aval du Conseil d’État.
Les «atteintes aux libertés et la dérive autoritaire de l’État» ainsi que l’extension des contrôles et des fichages ont été dénoncées, en déplorant que la coordination ne soit pas entendue. Pour cette dernière, les risques et les menaces sur les libertés existent et sont imminentes.

Anne Vernaton, co-porte-parole d’Attac 21, Christophe Espanel, membre d’Attac 21, et Paul Garrigues, de la Ligue des Droits de l’Homme de Dijon, se sont exprimés tour à tour.

Un appel à la manifestation a été implicitement lancé pour le 30 janvier prochain, journée nationale de mobilisation. Celle de ce samedi a duré une petite heure.

Selon un arrêté préfectoral, toute tenue de manifestation en centre-ville de Dijon était interdite ce samedi de 10h00 à 18h00. On peut cependant supposer que le rassemblement sans déplacement était toléré.


Jean-Christophe Tardivon
et Alix Berthier