Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
28/09/2020 19:56

DIJON : Le succès du compostage de proximité

Le déploiement des sites de compostage permet d'isoler les biodéchets parmi les ordures ménagères afin de les valoriser en compost. Exemple avec une placette de compostage de proximité inaugurée le 23 septembre dans le quartier Montchapet.

L'association Arborescence gère environ 80 placettes de compostage pour le compte de Dijon Métropole. Elles sont installées auprès d'entreprises, dans des cours d'immeubles ou tout simplement accessibles dans les différents quartiers de l'agglomération.

La gestion des placettes de compostage est participative. Les habitants s'engagent à apporter leurs déchets alimentaires compatibles et à travailler ensemble à l'élaboration du compost qu'ils pourront retirer ensuite pour amender des plantations.

Réduire de 10% les déchets de la métropole


Le mercredi 23 septembre 2020, la commission de quartier Montchapet a inauguré une nouvelle placette située près de la gare, à l'intersection des rues Henri-Vincenot et Guillaume-Tell. À chaque nouvelle installation, l'équipe d'Arborescence accompagne les nouveaux usagers afin de «transmettre les bons gestes et de lancer une dynamique conviviale» comme l'a expliqué Gaël Steimetz, maître-composteur de l'association.
Pour cette inauguration, la Ville de Dijon était représentée par François Tenenbaum, Lydie Pfander-Meny et Marien Lovichi. Après avoir salué l'implication d'Arborescence ainsi que des Ambassadeurs du tri, Lydie Pfander-Meny a rappelé que cette placette était installée sur demande de la commission de quartier Montchapet avec un financement de 1.300 euros partagé avec la commission de quartier Centre-Ville au titre des budgets participatifs de l'année 2019.

Pour sa part, Françoise Tenenbaum a souligné que «cette action s'intègre dans le projet territoire "Zéro Déchet, Zéro Gaspillage" de Dijon Métropole qui vise à réduire de 10 % sa production de déchets entre 2010 et 2020». De plus, l'élue municipale a mis l'accent sur le «changement» apporté à cet espace jusqu'alors peu reluisant de la rue Guillaume-Tell où trônent à présent les bulles à verre et les modulos de compostage.

Compost en trois temps


S'adressant aux futurs composteurs, la représentante d'Arborescence a précisé les principes du compostage participatif. Il ne s'agit effectivement pas d'abandonner ses déchets comme on peut le faire dans une bulle à verre pour qu'ils soient ensuite collectés et recyclés. L'objectif est de participer à l'élaboration du compost en trois étapes.

Dans le premier modulo se trouve du broyat qui sera la réserve. Le second, le bac d'apport, reçoit les épluchures et autres déchets recensés par une étiquette pour ne pas se tromper. Ces déchets doivent être dispersés au fond du bac, si besoin avec une griffe accrochée dans le modulo. Le bois fragmenté de la réserve s'ajoute ensuite pour équilibrer l'azote des déchets alimentaires par du carbone. Le dosage se faisant à moitié-moitié.

Lorsque le bac d'apport rempli, l'équipe d'Arborescence déplace la matière du bac d'apport dans le bac de maturation où, après neuf mois, cela donnera du compost. Les composteurs pourront alors recevoir du compost lors d'un temps convivial entre voisins. La dynamique de la placette est animée par des membres de la commission de quartier Montchapet : trois d'entre eux ont été formés par Arborescence pour devenir référents du compostage.

«Le compostage, c'est magique mais ça ne doit pas sentir mauvais»


Une fois la charte de compostage signée, un «bioseau» est remis au nouveau membre de la confrérie des composteurs avec des indications pour remplir le contenant de façon adéquate : épluchures découpées au maximum, marc de café avec le filtre, sachets de thé déchirés (pas ceux en plastique), coquilles d’œuf écrasés, bouquets de fleurs découpés...

En revanche, les restes de repas cuits, le pain, la viande ou encore les poissons sont exclus. «Le compostage, c'est magique mais ça ne doit pas sentir mauvais» a souligné Gaël Steimetz avant d'ajouter «on est tous ensemble, voisins, voisines, à composter tous ensemble donc on a des volumes assez imposants».

Dans les quartiers Roupnel ou encore Junot, le succès de la démarche est tel que les 1.300 litres du bac de compost sont remplis en trois semaines. «C'est une merveilleuse victoire pour le compostage de proximité» a indiqué avec enthousiasme Gaël Steimetz.

Au bout de trois ans, les composteurs étant devenus autonomes, Arborescence passe le relais aux Ambassadeurs du tri qui effectuent alors le suivi du compostage de proximité. La démarche se poursuit avec de nouvelles installations de placettes de compostage à venir afin de constituer un maillage partout dans la ville.

Jean-Christophe Tardivon

Les Ambassadeurs du tri font réviser les lycéens sur le recyclage