Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
09/01/2021 13:07

DIJON MÉTROPOLE : François Rebsamen évoque une «double peine» pour les commerçants avec l'extension du couvre-feu

Le président de Dijon Métropole réagit à l'instauration d'un couvre-feu renforcé à partir de ce dimanche 10 janvier. François Rebsamen confirme la concertation avec le préfet de la Côte-d'Or mais considère que «rien n'est prouvé en la matière» et que «les zones rurales et zones urbaines sont interconnectées».

La Côte-d'Or ayant dépassé le seuil des 200 du taux d'incidence sur sept jours glissants pour 100.000 habitants, le département était sous surveillance pour une extension du couvre-feu à 18 heures. Néanmoins, ce samedi 9 janvier 2021, François Rebsamen (PS), président de Dijon Métropole réagit à l'application effective et précise que «la mesure n'était pas attendue» car «cette mesure n'a pas prouvé son efficacité, loin s'en faut, les gens vont aller s'agglutiner dans les grandes surfaces, les horaires vont être réduits»

«Je suis un peu triste pour les commerçants»


«Je pense surtout aux commerçants, aux restaurateurs» poursuit François Rebsamen, «qui vont subir la double peine. Ceux qui s'étaient investis (…) en préparant du click & collect, des plats à emporter vont être obligés d'arrêter cette activité qui constituait la majeure partie de leur activté entre 18 heures et 20 heures. Donc, je suis un peu triste pour les commerçants, pour la métropole. Si j'étais sûr que cette mesure apporte un réconfort sanitaire à la population, je ne ferai pas ce commentaire. Rien n'est prouvé en la matière. On a un peu l'impression que le gouvernement fait ça parce qu'il ne sait pas quoi faire d'autre pour le moment».
«Je vois la difficulté de la chose, on appliquera les décisions» ajoute le président de Dijon Métropole, «je le regrette profondément, d'ailleurs tous les maires des grandes villes regrettent ce genre de choses. C'est assez triste parce qu'il n'y a aucune données scientifique qui nous permet de le dire. On suit au jour le jour l'évolution de la maladie. Elle a légèrement augmenté effectivement dans le département mais maintenant, ils ont inventé le chiffre mythique des 200 la semaine dernière parce qu'il fallait justifier que la Côte-d'Or ne passait pas en zone rouge».

«Paris a pris la décision, on appliquera»


Interrogé sur la concertation annoncée par le Premier ministre, le président de la Métropole confirme : «la semaine dernière, j'ai eu longuement eu le ministre de la Santé pour discuter au téléphone. Je lui avais expliqué les raisons, je lui avais expliqué les raisons et je pense qu'il en avait tenu compte». «Hier, le préfet [de la Côte-d'Or] m'a appelé» reprend François Rebsamen, «j'ai fait part encore de mes remarques, je sais qu'il y a eu des discussions au plus haut niveau puisque d'autres élus ont fait savoir leur préférence pour ne pas bouger les choses. J'ai dit ce que j'avais à dire au préfet, il m'a écouté, il a transmis. Paris a pris la décision, on appliquera».

«Les gens viennent faire leurs courses à Dijon»


Parmi les élus locaux, François Sauvadet (UDI), président du conseil départemental de la Côte-d'Or, avait demandé une extension du couvre-feu limité à la métropole dijonnaise. Cela fait réagir François Rebsamen : «les propos de Monsieur Sauvadet disant qu'en zones rurales, il n'y a pas de problème, je ne sais pas de quoi ils relèvent. Il y a plus de contaminations dans la Nièvre ou dans la Haute-Saône qu'à Dijon. Ce n'est pas une question de zones rurales ou de zones urbaines [qui ] sont interconnectées. Les gens viennent faire leurs courses à Dijon».

Propos recueillis par Jean-Christophe Tardivon

La préfecture de la Côte-d'Or annonce que le couvre-feu est avancé à 18 heures


Le CHU Dijon Bourgogne a reçu 16.600 premières doses de vaccin Pfizer-BioNTech