Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
09/07/2021 20:31

DIJON MÉTROPOLE : L’application mobile OnDijon a besoin des citoyens pour être lancée

Avant le lancement de l’application OnDijon sur les plateformes de téléchargement en novembre, Dijon Métropole lance un appel aux citoyens pour la tester en avant-première et participer à sa toute première mouture.
Le projet OnDijon a été concrètement lancé le 11 avril 2019. La réalisation majeure de celui-ci est la mise en place d’un poste de pilotage connecté devant permettre de gérer plus rapidement et efficacement les dysfonctionnements et incidents dans l’espace urbain via les outils et technologies numériques.
Pour résumer, le poste de pilotage rassemble la vidéo-surveillance, la police municipale, la voirie, ainsi que les PC Sécurité et Circulation

Le projet se développe aussi sur un autre volet, celui de l’interaction avec les citoyens. «Le portail OnDijon nous permet d’être en relation avec 1.000 citoyens quotidiennement, pour des signalements ou des demandes d’informations pouvant porter sur les jours d’ouverture des bibliothèques ou bien les horaires de la restauration scolaire», explique Denis Hameau, conseiller métropolitain délégué à la smart city et au projet OnDijon. Les échanges se font par téléphone, mail, voire par courrier.


«Nous avions envie de développer une interaction plus forte avec les citoyens», poursuit Denis Hameau pour annoncer le lancement de l’application OnDijon.

«Aller plus loin dans l’interaction avec les citoyens

et la réactivité face aux problématiques»


Christèle Tranchant, directrice Sécurité civile, circulation, coordination ainsi que directrice du projet OnDijon à Dijon Métropole, a dévoilé jeudi 8 juillet 2021 des parties de la maquette réalisée.

L’application annoncée doit être dotée d’une partie dédiée aux signalements. L’utilisateur pourra alors signaler le dysfonctionnement ou l’incident sur une carte, via la géolocalisation ou bien en rentrant l’adresse lui-même s’il ne souhaite pas être géolocalisé, et le prendre en photo (accompagnée d’un commentaire si besoin), avant de l'envoyer au poste OnDijon, là où quatre «aiguilleurs» sont à la réception des signalements afin de faire en sorte que la réponse soit pertinente et que les bons services, ou partenaires, puissent intervenir rapidement.

Ne pas se substituer à la Police ni aux pompiers


Des signalements peuvent être effectués concernant les déchets ménagers, la propreté, l’eau et l’assainissement, l’éclairage public, les espaces verts, la voirie, le mobilier urbain. «Mais l’idée n’est pas de se substituer à la Police ou aux pompiers. Ce qui est encouragé, ce sont les signalements relatifs à l’espace urbain dans les compétences de Dijon Métropole. On ne veut pas être dans la délation», précise Christèle Tranchant.
L’application souhaitée doit également comporter les e-services que l’on peut trouver actuellement sur les sites web de la ville de Dijon et de Dijon Métropole.

Denis Hameau souligne le sens de cette évolution : «On passerait de 1.000 appels par jour à potentiellement 260.000 smartphones. Il s’agit d’augmenter la capacité à signaler les choses (branches tombées suite à un orage, inondations, obstacles sur les voies de circulation et autres incidents) ainsi que notre capacité à rendre les services, avec cette volonté d’assurer une boucle en terminant par un retour d’informations aux citoyens. Cette application nous aidera à mieux nous organiser suivant comment vit la ville et quelles sont les problématiques qui émergent le plus. Il s’agit d’aller plus loin dans l’interaction avec les citoyens et la réactivité face aux problématiques. L’enjeu est de mieux connaître la ville et ce qui s’y passe grâce aux citoyens. On aura autant de capteurs qu’on a d’yeux ou d’oreilles dans la ville à partir du moment où les citoyens téléchargeront l’application».

Pas d’«application citoyenne» sans les citoyens


Avant le véritable lancement de cette application en novembre, un premier appel est donc lancé aux citoyens. Dijon Métropole a besoin de 100 à 150 bêta-testeurs pour mettre au point l’application. «On a besoin de leurs retours pour rendre cet outil beaucoup plus ergonomique, beaucoup plus efficace», lance Denis Hameau. En insistant sur la démarche : «Ce projet, on le partage avec les citoyens, on ne peut pas construire une application citoyenne sans eux».

L’appel lancé est à retrouver en cliquant ici. La sélection de bêta-testeurs, «sur des critères les plus divers possibles» (âge, catégorie socio-professionnelle, commune de résidence) se fera fin août, avant un mois de septembre qui servira de phase de test.
Le mois d’octobre permettra d’intégrer les remarques des bêta-testeurs à l’application pour éventuellement la faire évoluer, avant son lancement en novembre, avec un téléchargement compatible aussi bien sur Android que sur iOS.

Denis Hameau parle aussi d’une application dont l’amélioration «sera ensuite continue», en n’oubliant pas les citoyens ne disposant pas forcément de smartphones : «Le numérique permet des accélérations mais il ne doit pas empêcher les gens d’avoir leurs droits. Les moyens téléphoniques et autres continueront d’exister».

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier





Infos-dijon.com - Mentions légales