Recherche
> Vie locale > Vie locale
07/05/2020 05:51

DIJON MÉTROPOLE : La CGT critique le plan de Divia pour le déconfinement

Le syndicat a fait plusieurs propositions à l'opérateur des mobilités de Dijon Métropole pour établir un maximum de précautions. Refus de la montée par l'avant, masques dans l'agence commerciale, limitation des voyageurs par véhicule... C'est le bras de fer avec la direction.
La montée des usagers par l'avant des bus fait l'objet d'un bras de fer entre la direction de Keolis Dijon Mobilités et les syndicats, au premier rang desquels la CGT. Secrétaire général de la CGT chez Divia, Frédéric Pissot n'en démord pas, la distance n'est pas assez grande avec le chauffeur.

La CGT est le syndicat majoritaire au sein de Keolis Dijon Mobilités à Dijon, le délégataire de service public de Dijon Métropole pour opérer, sous la marque Divia, les services de transports, de parkings en ouvrage et de stationnement en voirie. Keolis est détenue à 70% par la SNCF et à 30% par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

«On ne veut pas de risque pour les chauffeurs»


Frédéric Pissot se fait donc le porte-parole des 500 conducteurs de Divia pour refuser la montée par l'avant dans les bus : «même s'il y a un plexiglas, on ne veut pas de risque pour les chauffeurs, les usagers passent trop près des chauffeurs». De plus, «il n'y a pas de vente de titre donc il n'y a aucun intérêt à augmenter le risque pour les chauffeurs». La vente de titre de transport étant suspendue dans les bus durant le temps de l'urgence sanitaire. Dans le tramway, la problématique est bien sûr différente puisque le conducteur est installé dans une cabine fermée.

Cette position est en ligne avec l'approche nationale de la CGT quelque soit les secteurs, dont l'enseignement. Le syndicat insiste sur les incertitudes autour de la contagiosité du SARS-CoV-2 et demande un maximum de précautions (lire le communiqué concernant la rentrée scolaire).

Selon le syndicaliste, plusieurs opérateurs dans différentes villes ont rallié l'interdiction de la montée par l'avant du bus. L'agent de Divia compte sur le civisme des usagers pour laisser descendre les personnes présentes dans le bus avant de monter. «Le problème, c'est qu'à Dijon, on n'est pas trop habitué à ça», au contraire des Parisiens, regrette-t-il. Après une longue bataille, le refus de la montée par l'avant aurait été validée par la direction, «pour le moment».

«Divia ne veut pas en entendre parler»


Une autre proposition de la CGT est, elle, repoussée, celle de limiter strictement le nombre de personnes à l'intérieur d'un véhicule : 20 dans un bus standard, 35 dans un bus articulé et 40 dans un tramway. «Mais, ça, Divia ne veut pas en entendre parler». Cette fois, c'est Divia qui compterait sur le civisme des voyageurs pour ne pas s'entasser autour des barres d'une plateforme.

Frédéric Pissot évoque des villes européennes où il sera interdit d'être debout dans les transports en commun, avec un nombre de places assises réduit pour garder des distances.

Qui contrôlera le port du masque ?


Le port du masque obligatoire à l'intérieur des véhicules fait consensus. Reste à savoir qui «aura la responsabilité de faire appliquer la loi» ? Les contrôleurs de Divia ? La police municipale ? La police nationale ? Un prochain décret devrait préciser les attributions. «On est habilité à inviter les gens à se fournir en masque, on n'est pas habilité à verbaliser ce type de contravention» précise Frédéric Pissot.

La crainte d'un rush vers l'agence commerciale


L'ouverture de l'agence commerciale est un autre sujet de friction entre la CGT et la direction. Un afflux de clients est attendu en lien avec le remboursement des abonnements. La CGT demande donc de rendre le port du masque obligatoire à l'intérieur de l'agence «comme cela se fera à Dijon dans les bibliothèques, dans les musées et au marché des Halles».

Frédéric Pissot relaie l'information comme quoi deux files d'attente seraient instaurées, en haut et en bas, avec une sortie unique par l'accès des personnes à mobilité réduite. Le syndicaliste insiste sur le fait que cette demande correspond à une attente forte de la part des salariés en poste à l'agence commerciale.

Une circulation calquée sur l'été


En revanche, Frédéric Pissot applaudit l'accroissement du service passant de 30% durant le confinement à 75% à partir du 11 mai. Il souligne d'ailleurs que les négociations concernant le 1er mai et la desserte des établissements de santé s'étaient particulièrement bien passées. Un taux de service de 75% correspond à la circulation en période estivale. Le service devrait même être encore accru le samedi 16 mai prochain pour desservir les centres commerciaux.

Devant l'inconnue de la fréquentation, Frédéric Pissot a cherché des références en France et en Europe lors d'une visioconférence ce mercredi 6 mai 2020. Il a échangé avec le président de Keolis ainsi qu'avec des collègues du Danemark, de la Norvège ou encore des Pays-Bas, Keolis n'exploitant pas en Italie.

Autre satisfecit décerné à Divia, l'adaptation des ateliers de maintenance. Un sens de circulation sera mis en place pour les changements d'équipe, les vestiaires ont été divisés et les agents ont été équipés de visières. Les salariés devraient recevoir deux masques par jour.

Du côté du stationnement, les agents circuleront de nouveau à partir du 11 mai mais pour faire de la médiation. Le retour des fameux forfaits post-stationnement attendra encore quelques temps.

Jean-Christophe Tardivon

Retrouver la manifestation aux balcons de la Fête du Travail en période de confinement


Frédéric Pissot est contrôleur au sein de Divia Mobilités et secrétaire général de la CGT Transports urbains à Dijon