Recherche
> Vie locale > Vie locale
20/04/2020 03:23

DIJON MÉTROPOLE : La Croix-Rouge a dédié une cellule de crise au Covid-19

Dès le 12 mars, la Croix-Rouge a adapté sa cellule de crise dans les locaux situés à Quetigny. Livraisons de paniers, maraudes et transports de malades du Covid-19 font partie des missions des bénévoles. Les équipes ont présenté le dispositif à Frédéric Sampson, représentant le préfet.
Tout comme l'ensemble des composantes de la Croix-Rouge, l'unité locale de la Croix-Rouge française de Dijon Métropole est mobilisée depuis plusieurs semaines pour affronter la crise sanitaire. Avant même l'annonce du confinement, une cellule de crise localisée à Quetigny a été préparée à intervenir.

Le 15 avril dernier, Frédéric Sampson, directeur de cabinet du Préfet de la Côte-d'Or, a rencontré les équipes du centre opérationnel de la délégation territoriale de la Croix-Rouge afin de valoriser les actions mises en œuvre par les bénévoles. Il a été accueilli par Pierre Desray (prédisent délégué de Bourgogne-Franche-Comté), Jean-Pierre Bec (président territorial de Côte-d'Or) et Christophe Talmet (président de l'unité locale de Dijon Métropole).

La conciergerie «Croix-Rouge chez vous»


Du fait de son antériorité et de son expérience, la Croix-Rouge française a un fonctionnement très structuré. Les stratégies du siège national sont déclinées dans l'organisation du centre opérationnel territorial. Une cellule de décision regroupe les aspects de financement, de communication et un pôle santé qui est constitué de deux médecins, sept infirmières, deux kinés, trois psychologue, un psychiatre et un pharmacien.

En guise de «tour de contrôle», une cellule arrière départementale planifie de façon hebdomadaire les moyens humains et matériels à mettre à disposition pour la réalisation des actions en lien avec les demandes de la préfecture, de l'Agence Régionale de Santé, du CHU ou des citoyens.

Dans la période actuelle, l'activité principale concerne la conciergerie. Appelée «Croix-Rouge chez vous», il s'agit de portage d'aide alimentaire ou d'hygiène auprès de personnes isolées, précaires, malades ou en situation de handicap. Des paniers-repas sont confectionnés grâce à des conventions avec des supermarchés. 126 paniers ont été livrés depuis la mise en place de la cellule de crise. La Croix-Rouge intervient sur la métropole dijonnaise ainsi qu'à Beaune et Montbard. À cela s'ajoute un numéro d'écoute «Comment ça va ?» avec une psychiatre en retraite et deux psychologues.

Aider la prise en charge de SDF contaminés par le coronavirus


Le SAMU social n'est pas en reste avec une maraude tous les soirs de 19 heures à 22 heures qui est maintenue en tenant compte des gestes barrières pour apporter un soutien aux personnes en grande difficulté. Cela passe par du lien social, de l'aide alimentaire et de la prévention sanitaire. Ce sont entre 30 à 40 bénéficiaires qui sont rencontrés chaque soir (au lieu de 50 à 60 en période normale).

Comme l'a expliqué Christophe Talmet, le SAMU social a ainsi pu détecter à Dijon deux suspicions de Covid-19 chez des SDF qui ont été pris en charge dans le centre spécialement ouvert pour cela et géré par Coallia (lire notre article). Dans ce centre, deux infirmiers de la Croix-Rouge participent aux bilans sanitaires des bénéficiaires.

Par ailleurs, la Croix-Rouge met à disposition auprès de SOS Médecins deux véhicules spécialement équipés pour visiter des cas suspects de Covid-19 à leur domicile et, éventuellement, les évacuer en direction du CHS La Chartreuse ou au CHU de Dijon. En quinze jours, ce sont 22 transports qui ont été ainsi réalisés.

Christophe Talmet signale que malgré les tentions inhérentes au confinement, les personnels de la Croix-Rouge sont «plutôt bien accueillis», y compris à la maison d 'arrêt de Dijon pour intervenir sur des cas suspects. «L'emblème, dans l'inconscient collectif, c'est un symbole de protection et la formation permettant de prendre du recul par rapport aux situations agressives» aide à avoir des échanges corrects. Toutes les sorties se concluent par un débriefing systématique pour effectuer un suivi des bénévoles.

De jeunes bénévoles en renfort


Pour mener ces actions, dans le département 350 bénévoles sont mobilisés dont 244 sur la métropole. Dès les débuts du confinement, 46 jeunes ont rejoint les bénévoles après être passés par un stage de formation. Christophe Talmet explique qu'il s'agit d'étudiants ou de personnes se trouvant en chômage partiel, des jeunes qui se révèlent à eux-mêmes lors des actions de la Croix-Rouge qui apporte des repères. En tout, l'unité locale a mis en œuvre 822 heures de bénévolat depuis le début de la crise.

C'est une aide précieuse alors que les bénévoles les plus âgée ou les plus vulnérables ne sont plus sollicités du fait de la circulation du virus. À ce jour, parmi les bénévoles, il y a eu six personnes contaminées par le SARS-CoV-2 sans que l'on sache si c'est lié à des actions de la Croix-Rouge. Ces personnes sont suivies par un médecin de l'association sans que leur état ne nécessite une hospitalisation.

Régulièrement, Christophe Talmet fait un focus sur les gestes barrières y compris avec les bénévoles les plus aguerris et a fait le point sur la présence de personnes vulnérables dans l'entourage de certains bénévoles pour éviter de les solliciter dans ce cas.

«L'ADN de la Croix-Rouge est d'être complémentaire des actions de l’État»


À la suite des échanges dans une salle permettant de grands espacements entre les participants, Frédéric Sampson a salué l'engagement des responsables et des bénévoles de la Croix-Rouge : «c'est dans ces moments de crise que les personnalités se révèlent, (…) c'est rassurant de voir des bénévoles qui sont sur le terrain, qui prennent des risques». Un propos appuyé par Jean-Pierre Bec : «ces moments difficiles mettent en lumière les grandeurs, les vices, on voit tout. On voit des gens discrets être d'une solidité phénoménale et d'autres révéler une fragilité psychique ou alors simplement une grande lâcheté».

Concernant l'approche régionale, le président de la Croix-Rouge Bourgogne-Franche-Comté a tenu à souligner les mesures mises en place pour aider les centres hospitaliers en installant des tentes afin d'augmenter la superficie des accueils. Des tentes qui seront sans doute prochainement utilisées quand viendra le moment de réaliser des tests diagnostiques ou sérologiques à grande échelle. Remerciant le préfet, par l'intermédiaire de son directeur de cabinet, Christophe Talmet a insisté sur  «l'ADN de la Croix-Rouge [qui] est d'être complémentaire des actions de l’État».

Jean-Christophe Tardivon

Informations pratiques

Croix-Rouge chez vous, écoute et livraison solidaire : 09.70.28.30.00 (tous les jours, de 8 h à 20 h)

Croix-Rouge écoute, service de soutien psychologique : 0800.858.858 (10h-22h du lundi au vendredi, 12-18h samedi et dimanche)

Dons Urgence Covid-19 sur le site de la Croix-Rouge