Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
26/10/2021 18:44

DIJON MÉTROPOLE : Le cadre de recueillement des familles amélioré sur un site funéraire tourné vers l’apaisement

Le site funéraire de Dijon Métropole situé au hameau de Mirande a fait l’objet ces dernières années de travaux importants dans le but d’améliorer l’accueil des familles. L’apaisement du deuil est recherché.
Le 26 octobre 2020, la salle des familles Romarin, située entre le cimetière et le crématorium du site funéraire de Dijon Métropole, était inaugurée. Mais jusqu’à cet été, elle servait de salle de cérémonies durant les travaux de rénovation du crématorium.
C’est en fait depuis début septembre dernier  et la fin de tous les travaux engagés ces deux dernières années sur le site funéraire de Dijon Métropole que l’accueil des familles peut être fait «dans les meilleures conditions» souligne François Deseille, vice-président de Dijon Métropole délégué notamment au complexe funéraire.


La salle Romarin, dont la capacité est passée de 30 à 180 personnes, dotée d’une terrasse de 90 m2, est désormais consacrée à la convivialité pour les familles peut-on dire, avec un service traiteur à différents prix pour pouvoir concerner tout le monde.

Renforcer le cadre de recueillement de chaque famille


Le crématorium comprend aujourd’hui deux salles de cérémonie, une de 80 places et une plus grande de 300 places. «La volonté était d’améliorer l’accueil des familles sur un site funéraire tourné vers l’apaisement», rappelle François Deseille.

Valérie Huet, responsable du crématorium au nom de la société Atrium du groupe OGF, délégataire pour la gestion du crématorium et de la salle Romarin, précise que la finalité de la rénovation de ce crématorium était de moderniser le tout autour d’un hall central d’accueil. «Depuis l’ouverture du crématorium en 1992 et l’extension en 2007, nous avions deux entrées sans vrai accueil central et sans espace en capacité d’accueillir autant de monde avant le début des cérémonies. On évite aussi les croisements de flux», explique-t-elle. Les dispositions ont ainsi été prises pour «permettre aux familles de rester dans leur recueillement».

2,9 millions d’euros ont été investis par Dijon Métropole à propos des opérations évoquées. En plus, 335.000 euros ont permis d’étendre le parking de 200 à 250 places. Les travaux au carrefour de la rue Pierre de Coubertin ont coûté 230.000 euros. «Sur les 15 entreprises qui ont opéré, 12 sont du territoire métropolitain, 13 de Côte-d’Or et 14 de la région Bourgogne-Franche-Comté», note François Deseille, qui ajoute que le collectif A4 Designers a été à l’oeuvre pour l’installation de planches de recueillement dans le cimetière ainsi que pour la réalisation d’une fresque.

Avec Marjorie Nortz, responsable du site funéraire pour Dijon Métropole, l’élu métropolitain annonce également qu’un appel d’offres sera lancé en vue de l’installation d’une oeuvre flottante sur le bassin d’entrée du site funéraire.

Une journée du souvenir le 6 novembre


Prochainement, Atrium organisera une journée du souvenir le 6 novembre 2021. Elle sera marquée notamment par une cérémonie d’une heure rythmée par un groupe de gospel. Une journée qui n’avait pu avoir lieu en 2020 en raison de la crise sanitaire.

«L’objectif est aussi de parler de cette période qui a été compliquée pour beaucoup de familles. Elles ont dû faire face à la souffrance avec peu ou pas du tout d’accompagnement. Il faut qu’on les aide à faire le deuil et à se rappeler que le défunt est toujours dans les têtes avec de bons souvenirs. Le partage avec d’autres familles touchées peut faire du bien. Il faut en parler sans tabou», insiste Valérie Huet, annonçant dans la même optique la présence d’une psychothérapeute qui passera la matinée auprès des familles.
Dans un lieu qui peut être vu comme trop triste pour ce qu’il contient, le délégataire de service public entend amener les familles au digne recueillement et à l’apaisement.

«Sur les 80 crématoriums qu’OGF gère, c’est certainement l’un des cinq plus gros», assure Valérie Huet. 11.147 défunts reposent dans le cimetière métropolitain créé en 1995 (nombre arrêté au 31 décembre 2020), 5 % en caveau traditionnel, 26 % en concession cinéraire, 69 % au sein des espaces de dispersion. Depuis 1992, 41.555 crémations ont été effectuées. Alors que 404 l’ont été en 1992, 2.601 ont été effectuées en 2020.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les horaires d’ouverture des cimetières pour la Toussaint


















Infos-dijon.com - Mentions légales