Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
11/06/2022 20:27

DIJON MÉTROPOLE : Le Conseil de développement installé pour apporter «son expertise citoyenne» sur les projets structurants du territoire

Fort de 153 membres, le Conseil de développement métropolitain a été officiellement installé ce samedi 11 juin. Habitants, acteurs économiques et associatifs seront amenés à rendre leurs avis sur les projets structurants du territoire.
D’un point de vue général, les bases du Conseil de développement ont été posées dès 1999 par la loi d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire. Le Conseil de développement contribue à l’élaboration, à la révision, au suivi et à l’évaluation du projet de territoire ; émet un avis sur les documents de prospective et de planification ; contribue à la conception et l’évaluation des politiques locales de promotion du développement durable.

Depuis la séance du conseil métropolitain de Dijon du 30 septembre 2021 et le point sur sa mise en place justement, l’instance était en bonne voie. D’autant plus depuis le 24 mars 2022, lorsque que les modalités de ce Conseil de développement avaient été livrées.


Marie-Josèphe Durnet-Archeray, qui fut notamment cheffe du service pharmacie au CHU Dijon Bourgogne durant sa carrière, était alors nommée présidente, elle qui préside aussi l’association des amis du musée des Beaux-Arts de Dijon.
Le deux vice-présidents étaient aussi annoncés : Sandrine-Daria Hily, enseignante en lycée agricole, et Dominique Dechen, ancien rédacteur en chef de France 3 Bourgogne.

C’est ainsi à ce trio que François Rebsamen, président de Dijon métropole, a décidé de confier la présidence du Conseil de développement, dont il a introduit l’installation ce samedi 11 juin 2022.

«Nous devons faire davantage en lien avec nos habitants et les acteurs du territoire»


Ayant défendu une métropole dijonnaise de 23 communes «à taille humaine» dont il a souligné la capacité d’agir et l’ambition, notamment en matière de transition écologique, de logement social et de solidarité, François Rebsamen a inscrit le Conseil dans une démarche de démocratie participative.

En souhaitant «un travail dans l’intérêt général sans esprit partisan», le président de Dijon Métropole a parlé d’un «écosystème au service des habitants», dans une ambition écologique, sociale et attractive.

«Vous aurez à émettre des jugements, des avis. Vous allez nous stimuler, nous aider à mieux faire. Cette instance doit nourrir les débats. Nous devons faire davantage en lien avec nos habitants et les acteurs du territoire. La démocratie ne s’use que si on ne s’en sert pas», a lancé François Rebsamen, en assurant que les dispositions sont prises «pour que ce Conseil ne soit pas un machin de plus».

C’est en tenant à souligner l’indépendance de l’instance que François Rebsamen a ensuite quitté la salle du conseil de Dijon Métropole pour laisser se dérouler cette séance d’installation.

L’objectif de satisfaire les habitants de la métropole


Pour Marie-Josèphe Durnet-Archeray, ce nouveau Conseil est «une courroie de transmission entre les propositions des acteurs impliqués au sein du territoire et les réflexions stratégiques de la métropole». La présidente a alors lancé : «Nous allons proposer notre expertise citoyenne. Cette expertise est très diversifiée, sociale, économique, juridique, sanitaire, agricole, universitaire, associative, avec comme objectif la satisfaction des habitants de la métropole».

Concernant la composition de l’instance, celle-ci est constituée de 150 membres, plus les trois membres de la présidence. Le groupe des 50 citoyens volontaires, dont une partie ont entre 18 et 25 ans, a été formé suite à un appel à candidatures lancé par Dijon Métropole entre le 28 mars et le 30 avril derniers.
Les deux autres groupes comptant autant de membres sont : les acteurs économiques, associatifs, des représentants des organismes publics ainsi que des organisations socio-professionnelles et syndicales du territoire, proposés par le président de Dijon Métropole et la présidente du Conseil de développement ; les personnes qualifiées, proposées par le président de Dijon Métropole, chaque maire des communes ayant pu aussi proposer une personne qualifiée pour faire partie du groupe.

Tous ces membres ont ainsi été installés officiellement pour un mandat de deux ans. Les temps réservés aux interrogations des siégeants ont notamment permis de préciser que ce 11 juin marquait bel et bien le début du mandat et que les travaux préparatoires à l’installation n’ont pas empiété sur celui-ci. D’autres demandes ont porté sur le besoin de recevoir les documents en amont des séances plénières.
En somme, des ajustements sont nécessaires dans cette phase d’installation qui s’étalera jusqu’au 30 août, date de la deuxième séance plénière.

Un avis sur le projet métropolitain à remettre mi-novembre


«Nous avons de nombreux sujets en perspective pour participer à la politique locale, notamment le Plan climat-air-énergie, le projet alimentaire territorial, les politiques publiques de l’urbanisme, de la mobilité, de l’aménagement de l’espace public, de l’habitat, du changement climatique, de la neutralité carbone. Nous allons faire un travail collectif en vue de l’intérêt général. Nous nous lançons dans une belle aventure collective», a déclaré la présidente.

Le premier travail du Conseil de développement, sur saisine du président de Dijon Métropole, sera d’émettre un avis sur le projet métropolitain de la nouvelle mandature dont le rapport devra être remis à la collectivité territoriale à la mi-novembre.

Fin août, une commission temporaire sera d’ailleurs créée sur sept axes en phase avec le projet métropolitain. Seront constitués aussi un comité d’animation, quatre commissions thématiques, des groupes de projet. La sollicitation du Conseil de développement fonctionnera suivant des procédés de saisine et d’auto-saisine.

«Il y a des choses à caler»


Pour l’heure, sa première séance plénière a été conclue par l’élection d’une personne dans chaque collège pour former le bureau du Conseil avec les membres de la présidence. Maxence Roulliat, habitant de Chenôve, représentera les habitants au sein du bureau. Il sera aux côtés de Richard Troncy, retraité EDF, pour le collège des personnes qualifiées, et de Louis Bichebois-Delhief, membre de la Fédération étudiante de Bourgogne inter-associative, pour le collège des acteurs économiques et associatifs.

25 ans, étudiant en médecine à la faculté de Dijon depuis 2015, Maxence Roulliat prend cette possibilité de siéger telle une opportunité pour s’engager pour les autres et «faire avancer les choses pour les citoyens de la métropole».
Son élection au bureau lui «permet d’aller au bout de l’engagement dans un sens que l’on va définir avec tout le monde au cours des prochains mois, avec l’idée que l’ensemble des acteurs puisse assurer les retours citoyens auprès des élus métropolitains, dans une construction en bonne intelligence».

Ancien conseiller municipal de Dijon et membre d’Europe Écologie Les Verts, Frédéric Faverjon s’est porté volontaire pour «participer aux projets structurants de la métropole» en s’appuyant sur ses expériences passées d’élu et en souhaitant «que cette instance ne soit pas une caisse d’enregistrement».

Ses questions lors de la séance ont porté sur une volonté de transparence, sur la possibilité de demander des rapports relatifs à l’action et aux échanges entre élus métropolitains. Cela tout en considérant que cette instance aujourd’hui en place «peut apporter énormément de choses et faire vivre la démocratie. C’est un pari et je pense qu’elle peut être très féconde. Nous pouvons construire, dans la complexité des dossiers, des solutions intelligentes, sans rétention d’informations et avec une communication franche. Il y a des choses à caler mais la première impression est très positive. Dijon Métropole a mis les moyens».
«Si à l’époque les élus écologistes n’avaient pas saisi le préfet, ce Conseil aurait mis peut-être encore plus de temps à se mettre en place», a-t-il toutefois glissé.

«Le Conseil de développement n’est pas une coquille vide. Une partie de vos idées seront prises en compte», a assuré Hamid El Hassouni, conseiller de Dijon Métropole délégué à la participation citoyenne. La liste des membres et le règlement intérieur du Conseil de développement sont à retrouver sur le site internet de Dijon métropole.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier





















Infos-dijon.com - Mentions légales